Deux caïds se font épingler et remis en prison

Mohamed Ould Brahim et Mohamed Ould Hadramy sont des caïds notoire, des endurcis de la pègre Nouakchottoise. Ils ne profitent pas trop de leur liberté.Dès qu’ils sortent de prison, c’est pour y retourner aussitôt, le temps de commettre un forfait, de dévaliser des boutiques, d’arnaquer ou d’agresser de paisibles passants. La prison pour ces endurcis est encore mieux que la vie en liberté. Dans le pénitencier de Dar Naïm, ils se sentent mieux.

Dans cet univers carcéral, ils se la coulent douce, passant des jours tranquilles entre farniente, jeux de cartes et causettes avec les comparses, pour échanger des ficelles du métier. Cette fois-ci, ils ont été épinglés par des limiers du CSPJ, toujours en ronde, habillés en civile au cœur de Nouakchott. Là, ils repèrent facilement toute cette faune qu’ils connaissent parfaitement, suivent leurs faits et geste et les alpaguent de près à la moindre incartade. Les deux caïds, Mohamed Brahim et Mohamed Hadramy avaient pisté une femme du nom de Amy Bâ, 37 ans, originaire de Boghé, de père peulh et de mère mauresque. La femme venait de sortir d’un bureau de changes lorsque les deux malfrats lui piquèrent son sac et prirent la tangente. Mais la dame avait gardé sur elle le pognon et son sac ne contenait que son portable, ses pièces d’état-civil et d’autres babioles inséparables pour la gent féminine. Les policiers du CSPJ rôdaient heureusement dans les parages. Ils furent informés du larcin et rassurèrent la jeune femme qu’elle retrouvera son sac. Elle donna son numéro de téléphone à l’un des limiers. La traque pouvait commencer. Quelques tournées dans le milieu des indics et autres collaborateurs leur permit au bout de plusieurs heures de pister les auteurs du vol. L’adresse où se planquaient les deux malfrats en poche, Didi le chef de la PJ et ses hommes s’y rendirent. Il s’agissait d’une maison barricadée située dans un endroit désert. Ils y pénétrèrent et arrêtèrent les deux caïds qui voulurent s’enfuir mais les policiers leur avaient bloqué tous les issus. Menottés, ils seront conduits au CPSJ, le sac volé et retrouvé comme pièce à conviction. Après vérification, les policiers constatèrent que les voleurs n’avaient pas eu le temps de puiser dans leur butin. Le téléphone de haute qualité y était comme les autres objets. Vêtu d’un pantalon et un tee-shirt d’Omar Shakur connu sous le nom de 2 Pac, un célèbre rappeur Américaine tué en 1996 par Christopher Wallace dit Biggie qui fut tué aussi plus tard par les amis de 2 Pac, Mohamed Brahim avait l’air détaché alors que Mohamed Hadramy habillé d’une culotte rouge lui faisait face. Après les avoir interrogés, ils furent déferrés devant le Procureur de la République qui les orienta vers le juge d’instruction du 5ème cabinet, qui après les avoir interrogés, les a envoyés en prison. Cela a eu lieu le Mardi 27 Novembre. Deux jours après, ils étaient devant le juge d’instruction pour leur première audition.

Le locataire xénophobe a enfin déménagé

Mamadou a enfin plié ses bagages et a quitté la maison. Mamadou, c’est le personnage dont nous avions parlé dans une précédente édition, où il était question de xénophobie et de bagarre entre colocataires. L’histoire est celle de Mamadou et d’un Nigérian répondant au nom d’Abdoul Aziz Wasiu, coiffeur de son état à El Mina. C’est lui le responsable de la maison. Un fervent Musulman, selon le témoignage de l’entourage en qui le propriétaire de la maison avait entièrement confiance au point de lui avoir confié la gestion de la maison et la collecte des loyers. Abdoul Aziz n’avait jamais failli à cette mission. Mamadou ne le piffait pas pour cet excès de confiance dont il jouissait. La bagarre a éclaté quand se préparant à aller à la prière à la mosquée, Abdoul Aziz ne parvint pas à rejoindre sa chambre. Mamadou et quelques uns de ses amis prenaient leur repas dans l’allée et lui bloquait le passage. Abdoul voulut passer mais Mamadou le bloqua et lui demanda d’attendre jusqu’à ce qu’ils terminent de manger, restant sourd aux supplications du Nigérian qui lui disait craindre de rater la prière. Comme il essayait de passer, Mamadou se serait levé et le frappa au visage. Lui et ses amis s’en seraient pris au Nigérian qu’ils tabassèrent. Ce dernier porta alors plainte au Commissariat d’El Mina 2. Mamadou sera arrêté. Mais suites aux supplications de ses parents, Abdoul retira sa plainte et le problème fut réglé à l’amiable. Les proches de Mamadou lui remboursèrent ses frais médicaux. Mais au Commissariat, Mamadou continuait à tenir des propos haineux et xénophobes, assurant que les étrangers n’ont pas le droit de travailler en Mauritanie. Le Commissaire qui le tança pour cette attitude lui donna, comme le propriétaire de la maison, un délai de deux semaines pour quitter la maison. Il lui avait fait savoir que des milliers de Mauritaniens travaillent, font le commerce et vivent pacifiquement dans les autres pays Africain et qu’un vrai Mauritanien n’est ni raciste ni xénophobe parce que nos compatriotes sont partout en Afrique. Il lui a même dit que c’est dans les autres pays d’Afrique où la majorité de nos compatriotes sont devenus superbe riches. Hargneux, Mamadou a voulu des jours après agresser Abdou, n’eut été l’intervention des autres locataires. Abdoul alla informer la police que Mamadou refuse de quitter et le Commissaire Mohamed Ould Lehou lui envoya quelques uns de ses éléments qui le conduisirent auprès de lui. Il promit de partir dans les 72 heures et il fut libéré. Une fois de retour, il a plié ses bagages et quitta enfin la maison, pour le plus grand besoin des autres locataires.

Les risques des liaisons inconnues

Se marier à un étranger de passage, est un risque, surtout si l’on ignore tout de lui. C’est le prix que doit payer aujourd’hui Harouna Camara, un Soninké de mère Sierra Léonaises né en 1971. Il n’a jamais connu son père. Ce dernier, originaire du Guidimakha, avait marié sa mère et la quitta alors qu’il était encore jeune. Amadou Camara, le père de Harouna était un commerçant de cola qui avait, comme beaucoup d’autres Mauritaniens, quitté la Mauritanie pour la Sierra Léone, réputée par ses richesses aurifères et diamantifères. C’est en 1975 qu’il aurait quitté la Sierra Léone pour venir saluer ses proches en Mauritanie et n’y revint plus, laissant derrière lui le jeune Harouna juste âgé de 3 ans. Personne n’entendit plus parler d’Amadou Camara. Les Soninkés du pays auprès de qui la femme d’Amadou s’adressa pour avoir des nouvelles ne le connaissaient pas, parce qu’Amadou ne résidait pas à Kono, ville diamanta ire mais à Freetown la capitale. Devenu adulte, Harouna décida alors d’aller à la recherche en Mauritanie de ce père qu’il a peu connu. Muni de ses pièces Sierra Léonais et de la carte de réfugié que lui avait fourni le HCR, il vivait plutôt bien à son arrivée à Nouakchott. Il n’a pas encore trouvé son père malgré ses recherches, les Amadou Camara sans autre précision, il y en a des pelles. Or, c’est tout ce qu’il connaît de ce père. Aujourd’hui, il vit à Nouakchott et il apprécié chaleureusement le Président Mohamed Ould Abdel Aziz. C’est ce qui lui vaudra d’ailleurs une petite chamaillerie l’autre jour avec un homme nommé Mohamed Lemine. Se rendant compte que Harouna est Soninké dont l’origine se trace en Mauritanie, il s’excusa des mots déplacés qu’il avait prononcés à son égard. Harouna dit ouvertement que le Président Mohamed Ould Abdel Aziz et non seulement le Président pour les Mauritaniens mais aussi pour tous les étrangers qui résident en Mauritanie. Il dit que ces derniers sont sous la protection de l’Etat Mauritanien dont le chef est le Président Aziz. Donc, dit-il, soit diplômât ou non diplômât, tous les êtres humains vivant en Mauritanie ont un seul chef, le Président Mohamed Ould Abdel Aziz, l’homme du peuple, dit-il. Malgré qu’il ne soit pas né en Mauritanie, Harouna s’exprime parfaitement dans toutes les langues ethnies du pays et il aime bien le pays.

Abou Cissé.

Source :L’Authentique (Mauritanie)

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge