L’OM bat l’ASSE (1-0) grâce à Andre Ayew et revient à la hauteur du PSG et de l’OL

Non sans avoir souffert, l’OM a retrouvé le chemin de la victoire au Vélodrome face à St-Etienne (1-0). Marseille finit l’année avec 38 points, comme le PSG et l’OL. Paris est sacré champion d’automne.

La dernière fois que Saint-Etienne s’est imposé à Marseille, Michel Platini portait le maillot de l’ASSE. Il avait même marqué. C’était en 1979. Aujourd’hui, Platoche est loin du Forez et Saint-Etienne ne gagne plus au Vélodrome. Trente-trois ans que ça dure. Dimanche, les Verts se sont inclinés face à un Olympique de Marseille qui n’a pas fait grand-chose de mieux que son visiteur du soir (1-0). Sinon un centre de Rod Fanni et un superbe coup de tête décroisé d’André Ayew. Cela a suffi à battre des Verts dont le mutisme offensif devient indécent.

Incapables de marquer depuis 587 minutes, les hommes de Christophe Galtier terminent l’année à la dixième place, à onze longueurs d’un Olympique de Marseille qui, bon an, mal an, suit le rythme imposé par le Paris Saint-Germain, champion d’automne, et l’Olympique Lyonnais. Etre à la hauteur de l’ogre parisien à la trêve, l’OM n’en attendait sans doute pas autant. Mais s’appuyant sur son exceptionnelle entame (6 victoires de rang), des réactions régulières et une bonne série pour terminer l’année (3 victoires de suite), Marseille a réussi son coup.

Aubameyang n’y arrive plus

Dimanche soir face à Saint-Etienne, le club phocéen a gagné son septième match sur le score de 1-0 mais n’a pas été très bon, sinon défensivement où les Olympiens ont rempli leur tâche sans faillir. Avec Jordan Ayew en pointe, l’OM n’a pas su donner de rythme à une partie que l’ASSE n’a pas rendue plus passionnante. En première période et hormis quelques contres bien lancés mais mal conclus, les Verts n’ont pas ennuyé Steve Mandanda, qui a réalisé son premier arrêt au retour des vestiaires sur une sortie dans les pieds de Josuha Guilavogui (47e).

A ce moment de la partie, Stéphane Ruffier n’avait pas encore réussi le moindre arrêt. Et pour cause, la première tentative cadrée olympienne est allée au fond de ses filets, grâce à André Ayew (1-0, 45e). Le reste ? Pas grand-chose. Mené au score, Saint-Etienne a pris le match en main durant le deuxième acte et Marseille est passé dans la peau du contre-attaquant. Pas plus inspiré dans ce rôle que l’ASSE devant le but, à l’image d’un Pierre-Emerick Aubameyang qui peine en cette fin d’année mais aurait pu égaliser s’il n’était pas tombé sur Fanni (76e), l’OM a récolté ce qu’il ne méritait pas vraiment : trois points. Dimanche, le père Noël s’appelait André et était marseillais.

Eurosport

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind