Sénégal: Karim Wade placé en garde à vue


Karim Wade, ex-ministre et fils de l’ancien président sénégalais Abdoulaye Wade, a été interpellé ce lundi soir 15  avril, à Dakar, et placé en garde à vue avec sept à huit personnes. Dans la matinée, il avait fait remettre à la justice des justificatifs sur son patrimoine. Un patrimoine évalué par une cour spéciale à un milliard d’euros.karim wade2

Selon un de ses avocats, c’est lundi, en fin d’après-midi, que des gendarmes sont venus au domicile de Karim Wade. Ils ont présenté une convocation et l’ont prié de le suivre. Le fils de l’ancien président est retenu à la section « recherches » de la gendarmerie de Colobane. Selon Me Demba Ciré Bathily, il a été placé en garde à vue dans une gendarmerie à Dakar « avec sept à huit personnes », dont un directeur d’une société aéroportuaire d’assistance au sol et un ancien responsable de l’aéroport de Dakar. Plusieurs dizaines de militants de l’ancien parti au pouvoir le PDS s’étaient rassemblés dans la soirèe en signe de protestation.

« Kidnapping! »

Joint par RFI, l’ancien garde des Sceaux, Maître Amadou Sall, qui est l’un des avocats de Karim Wade, y voit une preuve supplémentaire que cette procédure est menée selon un agenda politique : « Nous sommes dans le non-droit. Nous avons en face de nous un gouvernement hors-la-loi », affirme-t-il. Pour lui, Karim Wade a tout simplement été « kidnappé ».

« Rien ne justifie l’arrestation de Karim Wade. Pendant huit mois, il a fait l’objet d’une enquête de police, une enquête de police politique d’ailleurs. Après huit mois d’enquête, le procureur spécial a fait une mise en demeure à Karim Wade d’apporter une réponse sur un patrimoine qui lui est attribué. Il avait un mois pour le faire. Il l’a fait en déposant 3 000 pages. Moins de trente minutes plus tard, le procureur le convoque pour le mettre en garde à vue, alors que l’enquête est terminée, il n’ya plus d’enquête à faire, donc, c’est du kidnapping ! (…) Karim Wade a été kidnappé par un gouvernement revanchard ! (…) Nous allons mobiliser nos militants. On se battra contre l’injustice. Nous saisirons la justice sénégalaise tout comme la justice de la Cédéao. »

En plus du dossier de 3 000 pages fournis par les avocats de Karim Wade, 240 documents ont été déposés. Parmi eux figurent des attestations, des registres d’actionnaires, des déclarations de souscription et de versements notariés émanant des principales sociétés qui montrent que, selon ses avocats, ces sociétés n’appartiennent pas à Karim Wade. Pour le moment, aucune information officielle n’a été donnèe sur les motifs de cette interpellation.

« Ces sociétés n’appartiennent pas à Karim Wade », invoque la défense

Avec notre correspondante à Dakar, Carine Frenk

Après plusieurs mois d’enquête préliminaire sur ses biens supposés mal acquis et six journées entières d’audition à la gendarmerie, Karim Wade est finalement mis en demeure le 15 mars dernier. D’après le procureur spécial près la Cour de répression d’enrichissement illicite, il a est à la tête d’un empire financier évalué à un milliard d’euros, soit 694 milliards de Francs CFA. Une fortune constituée notamment de Dubaï port, concessionnaire du terminal à containers du port de Dakar, de la Banque marocaine du commerce extérieur et de plusieurs sociétés aéroportuaires d’assistance au sol. Karim Wade avait un mois pour s’expliquer sur l’origine de cette fortune.

Lundi matin 15 avril, à l’expiration de ce délai, les avocats de Karim Wade ont remis un dossier de près de 3 000 pages avec 240 documents à l’appui en guise de réponse. Au lieu de prouver qu’il a acquis ces biens de manière licite, Karim Wade conteste en fait les posséder, « et il en donne la preuve », selon l’un de ses avocats.

« Nous avons des attestations, des registres d’actionnaires, des déclarations de souscription et de versements notariés émanant des sociétés citées par l’accusation, qui montrent que ces sociétés n’appartiennent pas à Karim Wade ». Pour la défense, « le dossier est solide comme du béton armé et l’accusation s’y cassera les dents ». « On va voir ce qu’on va voir », répond une source proche de l’enquête.

Source : RFI

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge