2300 personnes assistent à la fête de la musique à l’IFM (Reportage)

Fete de la musique 2013
Plus de deux milles trois cent personnes, en majorité des jeunes, âgés de 18 à 24 ans, ont assisté à la fête de la musique, qui a coïncidé avec le deuxième jour du festival Assalamalékoum, ce vendredi 21 juin, à l’Institut Français de Mauritanie (IFM).

Deux milles billets ont été vendus à 200 Ouguiyas l’unité. Des badges d’entrée libre ont été en revanche distribués aux invités et aux journalistes venus couvrir la fête, a appris Alakhbar des organisateurs.

À l’extérieur de l’enceinte de l’IFM, la policie repoussait les quelques 500 personnes qui tentaient de forcer l’entrée après sa fermeture. « Nous avons atteint la limite du nombre de billets à vendre. Nous sommes donc contraints de fermer le portail pour éviter qu’il ait des débordements à l’intérieur», a expliqué l’un des organisateurs.

Cette présence massive s’explique par la baisse, aujourd’hui, du prix des billets (200 UM contre 500 hier», a confié un agent de sécurité. Ce a rassuré «La sécurité est bien assurée. On a seulement déparé une tentative de vol de téléphone portable».

À noté que les artistes invités sur scène étaient Mass Techno, Lauréat AD Aissate, O.Gangué, Skorpa et Diverst’art.
Le public était venu des quartiers de la banlieue de Nouakchott : (Dar El Beida, kouffa, Socogim PS Médina R carrefour sixième arrondissement).
Certains d’entre eux étaient venus pour «se divertir et respirer après l’examen du Bac», selon des lycéens. Les uns dansaient et dégustaient leur sandwich, trinquaient leur boisson et répétaient après l’artiste sur scène.

D’autres avaient « la joie de retrouver les amis et de se relaxer après de longues heures de travail» à l’image d’un informaticien accompagné de sa femme.

D’autres encore étaient là parce qu’ils n’avaient rien d’autre à faire. « Je suis là parce qu’il n’y a rien à faire».

Tous étaient cependant unanimes qu’ils étaient là pour profiter du moment, car Il n’y a pas assez de lieux ou  de programmes de divertissement pour les jeunes en Mauritanie », a dit un jeune qui ajouté: « C’est pourquoi la fête de la musique constitue pour nous une grande occasion à ne pas rater».

 

 

Ils étaient aussi d’accords qu’ »il fallait que l’entrée soit gratuite pour que tous profitent de la fête de la musique».

 

Et si certains ont bien apprécié la présence à l’occasion d’artistes étrangers,  d’autre en ont vu du gâchis  « Les frais de déplacement d’un seul artiste venu de la France suffisait pour fiare participer tous les jeunes rappeurs de Nouakchott », a ironisé un groupe de jeunes.

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge