« Echec, gabegie et vol de réalisations au ministère de l’hydraulique »

Une série de rapports et de documents officiels auxquels le journal Akhbar Info a pu accéder a fait découvrir de vastes opérations de gabegie et de vol au hydrosein du ministère de l’hydraulique chargé des grands projets devant circonscrire la crise qui menace le pays au cours des trois dernières années à cause de la vétusté de la quasi-totalité des réseaux d’adduction d’eau à travers tout le pays.

Selon les documents obtenus par le journal, seuls 40% de Mauritaniens boivent des eaux non polluées qui respectent le minimum des critères de potabilité devant prévaloir au niveau des bornes fontaines et des réseaux de distribution d’eau. Selon ces mêmes rapports, le pays compte 500 réseaux destinés à approvisionner les principales villes et villages du pays, alors que 6000 localités sur l’ensemble du territoire national attendent de l’Etat les moindres services de base. Selon les experts en hydraulique, les réseaux fonctionnels à travers le pays n’assurent qu’une couverture de 8,3% des besoins des citoyens en eau et  beaucoup de ces installations sont vétustes à cause de leur ancienneté ou de défauts constatés à leur réalisation ou de la pression due à la forte demande surtout en période de grande chaleur. Le journal a publié la carte des grands projets en Mauritanie en mettant en exergue ceux qui ont connu un échec à cause, comme le déclarent certains travailleurs du secteur, du monopole de la société du premier ministre Moulaye Ould Mohamed Lagdaf qui travaille dans le forage de la plupart des travaux liés à l’eau en Mauritanie. Selon le journal, les services de l’Etat sont interdits de donner une quelconque autorisation à une autre société même si elle remplit toutes les conditions et obligent les investisseurs privés à travailler avec la société du PM qui bénéficie de la majorité des projets et dont le premier ministre se charge lui-même de présider les commissions de supervision. Selon les travailleurs du secteur, la société prend plus que sa capacité et se charge du forage de tous les puits hertziens dans toutes les zones du pays, malgré sa faible capacité d’exécution  des projets qui lui sont confiés. Selon les travailleurs du secteur, beaucoup de populations, ayant des besoins pressants en eau, font recours à elle puisque les autorités administratives n’exigent pas d’elle les autorisations demandées pour des travaux similaires.

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind