Atelier d’échange de la Fédération Internationale des Journalistes(FIJ)

JIF-NKTT-2013Atelier d’échange de la Fédération Internationale des Journalistes(FIJ) sur  la couverture médiatique des élections législatives municipales et locales en Mauritanie

« Promouvoir une couverture professionnelle des élections législatives et municipales et locales en Mauritanie » tel est l’objectif d’un atelier de trois jours organisé du 9 – 11 novembre par le bureau Afrique de la FIJ (Fédération Internationale des Journalistes). Cette une organisation qui compte 600.000 membres est présente dans 134 pays dont 34 en Afrique : www.ifj.org

Cet atelier d’échange dont l’ouverture officielle s’est tenue en présence De Rassoul Ould Khal SG  du Ministère de l’Intérieur la Communication et des relations avec le parlement a regroupé 30 participants de différents médias. L’objectif recherché est de sensibiliser les professionnels des médias sur les enjeux de ces élections  prochaines élections législatives & municipales prévues pour le 23 novembre prochain. Des élections qui se tiennent dans un contexte de crispation politique.

Un moment décisif dont le 4e pouvoir est témoin car il est considéré comme l’intermédiaire entre le politique et la population. Ainsi selon le représentant de la FIJ Sadibou Marong, la presse a « un rôle extrêmement important à jouer dans la consolidation de la démocratie et d’un état de droit ». Une presse dont le rôle est « de donner des informations pertinentes » pour mieux édifier sur les tenants et aboutissants de ces échéances dont la population est la principale cible. D’où la tenue de cet atelier qui constitue « un moment opportun » d’échange d’après le SG du Ministère de l’Intérieur la Communication et des relations avec le parlement.

Soutenue par l’Ambassade des Pays Bas, la rencontre de partage a porté sur la des interventions thématiques liées : (Code électoral et la Commission Electorale en Mauritanie), (les fondements constitutionnels des élections en Mauritanie),  (Campagne relative à la presse et à la Communication), (Réglementation relative à la presse et à la Communication audiovisuelle) ; (Ethique déontologique des journalistes en période électorale), (l’Accès aux sources d’information en période électorale), (Campagne Electorale et reportage sensible des journalistes au conflit),  (Gestion des résultats par les médias : que doit surveiller la presse), Campagne électorale et sécurité des journalistes).

Une occasion  pour le représentant de la CENI, Abdoulaye Diarra, directeur de l’éducation citoyenne (CENI)de déclarer que c’est une élection « difficile (…) compliquée » .Malgré ce constat il ajoute que sa structure est « prête » et travaille pour la tenue d’un « vote responsable ». Il estime en outre que «  le rôle de la CENI est extrêmement important, lourd et sensible » car dit t-il il faut « il faut se battre qu’il ait moins de bulletins nuls ». Ainsi selon lui, la presse doit jouer sa partition dans la promotion de  l’éducation citoyenne en informant « objectivement les citoyens pour qu’ils puissent voter de façon responsable ». Pour ce faire la CENI a entamé auprès de médias publics  & privés une campagne incitant les gens à faire un vote utile afin de « passer les messages le plus largement possible » avant de préciser que les deux semaines seront mises à profit pour cela.

Lors de son intervention le prof Abdoulaye Ciré BA a pour sa part indiqué  que «  la presse doit renforcer les bonnes pratiques » durant cette période en diffusant une information impartiale, vérifiée avec des sources fiables. Il insiste sur cette exigence professionnelle car « une information peut être une arme redoutable » avant d’inviter les médias à jouer un rôle de « veille » en promouvant les valeurs de cohésion en tout professionnalisme.

Les nouveaux médias ont été aussi au cœur de cette intervention. Cheikh Dia directeur de publication, par ailleurs SG de l’Association des Journalistes de Mauritanie (AJM) prônant le rôle innovateur de ces nouveaux médias estime que ces derniers sont « des outils pouvant créer des révolutions ».  Même si la gouvernance d’internet est un manque à combler au pays des milles poètes, pour l’intervenant, ces news médias ont « un rôle positif » à jouer à cause de leur rapidité de diffusion et d’inter action notamment. Même si le taux de connectivité des populations reste faible encore en Mauritanie, ces outils (facebook & tweeter) sont des médias d’avenir qui pourront être indispensable dans la sensibilisation des populations sur des enjeux de ces élections. Une période vécue par les militants ou sympathisants de ces formations politique  qui se traduit la création de groupe de soutien et de lobbying comme celui ci : www.facebook.com/pages/Mouvement-Jaime-Fatimetou-Mint-Abdel-Malick/364499893680173?fref=ts

Isselmou Ould Salihi patron de presse, par ailleurs, membre du SJM (Syndicat Journaliste Mauritanien) est également intervenu pour débattre de la thématique : Campagne Electorale et reportage sensible des journalistes au conflit. Ces 15 jours de campagne qui permettent aux partis en lice « de s’extérioriser » d’après les propos de l’intervenant  est  « une période sensible » où les médias doivent avoir comme arsenal le professionnel afin de rendre compte de ce « moment fort de la campagne » qui a débuté ce 8 novembre dernier.

Voilà autant de thématiques et de conseils pratiques qui enrichiront les angles d’attaques, les valeurs éthiques et déontologiques des médias dont le rôle de « chien de garde »  est déterminant dans l’éducation citoyenne.

 

Awa Seydou Traoré

RIMWEB.NET

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge