Un travail harassant et sous-payé peut provoquer le diabète

diabeteComparés aux salariés qui travaillent entre 35 et 40 heures par semaine, ceux qui travaillent au moins 55 heures ont 7% de risques en plus de développer un syndrome métabolique.
Diverses études ont déjà montré que le travail peut augmenter le risque d’asthme, mener à la dépression et même être à l’origine d’un burn-out. Une équipe de chercheurs internationaux s’est penchée sur toute la littérature médicale qui a été publiée sur le sujet et a étudié les dossiers médicaux de 222 120 adultes des Etats-Unis, Europe, Australie et Japon. Ils se sont particulièrement intéressé aux personnes qui avaient un travail harassant et aux 68% d’entre elles qui travaillaient au moins 55 heures par semaine.
Pendant que les chercheurs menaient leur méta-analyse, 4963 hommes et femmes ont été diagnostiqués comme diabétiques. Mais il apparaît que tous n’avaient sans doute pas le même risque au départ. Comparés aux salariés qui travaillent entre 35 et 40 heures par semaine, ceux qui travaillent au moins 55 heures ont 7% de risques en plus de développer un syndrome métabolique, conduisant à un important taux de sucre dans le sang et donc au diabète de type 2.
Mais lorsque les chercheurs se sont penchés sur les catégories professionnelles des personnes travaillant jusqu’à 55 heures par semaine, ils se sont aperçus que le salaire avait aussi un rôle à jouer dans l’apparition du diabète. En effet, les personnes à haut salaire n’avaient aucun risque accru de diabète alors que de longues journées de travail associées à un maigre salaire augmente de 29% le risque de développer un diabète de type 2.
Plus de travail c’est moins de sport et moins de sommeil
Cette étude publiée dans la revue médicale the Lancet n’a pu déterminer la raison pour laquelle de longues semaines de travail rendrait certaines personnes plus sujettes au diabète de type 2 mais les chercheurs ont apporté quelques pistes d’explication. La raison la plus évidente est que plus on passe de temps au travail, moins on a de temps pour pratiquer une activité physique et moins on a de temps de sommeil. Or, on sait aujourd’hui qu’une glycémie élevée est également liée au manque chronique de sommeil.

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge