4e édition de Traversées Mauritanides : Focus sur Migrations & Voyages

Mauritanides-rimweb.net 

RIMWEB© La capitale mauritanienne vibre aux allures du festival Traversées Mauritanides (TM) du 8 au 13 décembre. Cette traversée littéraire dont l’ouverture officielle s’est tenue ce dimanche dernier au musée national porte sur le thème « Migrations, Voyages ».

Ce rendez-vous culturel soutenu entre autre par le ministère de la Culture de la Jeunesse et des Sports verra la participation des auteurs étrangers tels que : Lamia Barrada, Nafissatou Dia Diouf , Sophie Bessis, Yahiya Belaski, Karim Miské , Manuel Bengoetha, Amal Sewtohul( Lauréat 2013 Prix des cinq continents de la Francophonie) .

Le public ira également durant ces 5 jours à la rencontre des écrivains , critiques & artistes du pays comme Pr Cheikh Saad Bouh Kamara, M’bareck Beyrouck, Mohamed Bouleiba, Jamal Oumar, Turkia Daddah, Nicole Mikolo, , Momme Ducros, Mamadou Kalidou Ba ? Med Lemine Moulaye, Kissima Diagana, Mohamedou Hdana, Mahjoub Ould Boye, & Mamadou Lamine Kane.

Ce festival littéraire entamé par une sensibilisation scolaire dans les écoles Toufounde Gangal & Ecole Al Baghia et une table ronde portant la thématique « Ecrire, éditer et diffuser : quels chemins pour le livre et la lecture ? » vise à promouvoir la littéraire comme un vecteur d’excellence en Mauritanie.

Ainsi pour le directeur artistique de TM Bios Diallo cette édition « fera entendre des voix d’auteurs, mais aussi celles d’acteurs sociaux et de militants des droits de l’homme car à l’ombre des vœux pieux de circulation et de restrictions des libertés, les axes d’intervention sont divers ».

Cette tribune dont l’objectif est : «  d’offrir une visibilité aux auteurs mauritaniens » évoquera donc les maux de cette discipline tels que le manque d’industrie de marché d’édition, le manque de lecture des jeunes, le manque d’espace culturel où « les auteurs peuvent se rencontrer ». Une traversée qui permettra par ailleurs de rendre hommage à Aimé Césaire & Albert Camus dont c’est le centenaire cette année.

Lors du lancement officiel de ces traversées mauritanides , nous sommes allés par la suite à la rencontre de la Sénégalaise Nafissatou Dia Diouf (Lauréate Prix du Plus jeune écrivain francophone en 1999 à Muret & 1er Prix de la Fondation Léopold S.Senghor en 2000).

 Pour cette dernière dont c’est le 1er séjour au pays des millions de poètes,  TM est « une occasion de découvrir & d’abolir les frontières ». Une rencontre qui lui permet de mettre en exergue la nécessité de création d’un marché de diffusion et de promotion de la littéraire en attendant que TM s’exporte un jour au pays de la Téranga.

Lamia Barrada, Franco Marocaine auteur de «  La reine de l’oubli » lors de notre entretien a mis l’accent sur l’importance souvent de « la délocalisation » des festivals comme celui-ci afin de promouvoir leur attractivité . Par rapport à la présence féminine dans le monde littéraire, elle constate que « les femmes écrivent beaucoup même si elles sont moins médiatisées ». En guise de consolation on note parmi les interventions la consœur Hindou Mint Ainina , Journaliste et conseiller chargé de communication à la Primature.

Rencontre M’Barek Beyrouck & Nafissatou Dia Diouf 

Après l’ouverture officielle de ces rencontres littéraires, le public a eu droit à un Face & Face M’Barek Beyrouck & Nafissatou Dia Diouf  ce 9 décembre à l’espace culturel Diadié Camara. Ce duo d’intervention perçu par certains comme en un moment donné comme « un terrain glissant » s’est focalisé sur « la barrière » ou « problème linguistique » qu’il faut résoudre » en Mauritanie selon M’Barek .O. Beyrouck . Journaliste & nouvelliste, ce dernier d’après qui « l’arabisation a été mal faite mais légitime » est l’auteur  de « Et le ciel à oublié de pleuvoir » paru en 2006 en 2006 aux Editions Dapper) . Pour le poète & Ecrivain Djibril Sall, qui aurait préféré écrire en pulaar  l’arabisation a créée « un clivage ». Une situation qualifiée par le confrère Ba Abdoulaye Mamadou comme « fracture linguistique ». Une question sur laquelle, il est important de trouver « un compromis national » au nom de la place de la Mauritanie de demain rappelle cet intervenant.

Awa Seydou

RIMWEB VOUS Y MÈNE EN IMAGES………

RIMWEB

 

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge