Terrorisme, dire non tout haut

BOUMOUZOUNA_president_oBoumouzouna : Après la fusillade et l’assassinat lâche et froid de journalistes du journal français « Charlie Hebdo » et d’une dizaine de citoyens français, nous société civile mauritanienne nous insurgeons contre cet acte ignoble que rien ne peut justifier. Ces terroristes qui se réclament de l’Islam, ne sont pas des musulmans et donnent une image ternie de notre sainte religion.

La manifestation de Paris du 11 janvier 2015 qui a vu la participation record d’un nombre impressionnant de dignitaires du monde devrait servir de catalyseur pour une réaction internationale unifiée contre les organisations et groupuscules terroristes qui veulent répandre le chaos, la discorde et la violence dans le monde.

La menace jihadiste n’épargne aucun pays dans le monde et le France pourrait même être frappée à nouveau. Un responsable religieux d’Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa), dont se réclament les frères Kouachi, auteurs de l’attentat contre Charlie Hebdo, a menacé la France de nouvelles attaques dans une vidéo diffusée vendredi dernier, a révélé un centre de surveillance américain des sites islamistes.

Dans ce message, Harith al-Nadhari, une autorité en matière de charia, la loi islamique, au sein d’Aqpa, s’adresse aux Français en ces termes: « vous ne serez pas en sécurité tant que vous combattrez Allah, Son messager et les croyants« , selon une retranscription fournie par SITE.

Cela en dit long sur les intentions de ces assassins qui revendiquent combattre au nom de l’islam alors que leurs premières victimes sont des musulmans. C’est le cas au Yemen, en Irak, en Syrie, en Libye, au Nigéria, en Somalie, au Mali etc.

En Mauritanie aussi il y avait eu un début de prolifération d’actes terroristes mais heureusement, grâce à l’action du pouvoir du Président Aziz, cette menace a été circonscrite. L’armée a été dotée de moyens conséquents et de nouvelles unités spécialisées dans la lute contre le terrorisme ont vu le jour. Depuis quelques années la situation sécuritaire est plus que satisfaisante. Mais il est sûr que sans politique régionale ou sous régionale le phénomène ne pourra être vaincu.

C’est pourquoi, Nouakchott joint ses forces aux trois autres capitales, Bamako, Alger et Niamey, pour réfléchir sur la question sécuritaire dans le Sahel. Cette zone est en proie à beaucoup d’instabilité du fait des activités terroristes qui y sont développées et aux crises qui fragilisent certains pays de la région comme la Libye.

Dans le cadre de ces réflexions, une rencontre a eu lieu du mardi 06 au jeudi 8 janvier 2015 à Tamanrasset. Elle réunit les chefs d’état-major des pays susvisés qui procèdent à des échanges de vues et d’informations sur la situation. Le but consiste à établir un bilan des actions, conformément à la stratégie de lutte contre le terrorisme et la criminalité organisée, adoptée par ces pays. Il faut dire qu’avec Aqmi, Boko Haram, le Mujao, les Chebabs et autres, la menace est toujours de mise.

Près de chez nous, en début décembre, plusieurs commerçants transsahariens ont fait état de la présence massive de combattants d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) dans la région de Tombouctou, et plus précisément du côté de notre frontière avec le Mali. C’est dire que le danger est toujours là. Seule une action internationale concertée pourra y mettre fin.

Nous sommes totalement contre les caricatures du prophète (PSL) et nous pensons que de sujets de critiques ne manquent pas dans ce monde et qu’il est injustifiable de s’en prendre à un de principes sacrés de l’Islam et dans le même temps d’offenser 1 milliard et demi de musulmans.

Mais également nous rejetons le terrorisme sous toutes ses formes encore plus s’il se réclame de l’Islam.

Boumouzouna
Chargé de Communication Société Civile Mauritanienne

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge