65ème Session ordinaire du Conseil des ministres de l’OMVS :

Rapport d’activités 2012, budget 2013 du H.C et des sociétés (Soged, Sogem et Sogenav) au menu. Le Conseil des Ministres de l’Organisation pour la Mise omvsen Valeur du fleuve Sénégal tient aujourd’hui 26 mai 2013, sa 65éme Session ordinaire le 26 mai 2013 au siège de l’organisation à Dakar, sous la présidence de Makan Aliou Tounkara, ministre de l’énergie et de l’eau de la république du Mali, président en exercice du Conseil des ministres de l’OMVS.

Signalons que notre ministre de l’hydraulique et de l’assainissement, Mohamed Lemine Ould Aboye qui se trouve à Dakar depuis vendredi dernier dans la capitale sénégalaise, participe aux travaux. Cette session a été précédée par la rencontre préparatoire des Experts qui a eu lieu les 24 et 25 mai.

Au cours de cette 65ème session ministérielle de l’organisation, le Conseil aura à examiner les rapports d’activités 2012, les programmes d’activités et les budgets 2013 du Haut Commissariat et des sociétés de gestion : SOGED (Société de gestion du barrage de Diama), SOGEM (Société de gestion du barrage de Manantali), SOGENAV (Société de gestion pour la navigabilité du fleuve Sénégal).

Cette session intervient au lendemain de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’OMVS, tenue le 25 Mars 2013 à Nouakchott, qui a mis à sa tête le guinéen Kabinet Komara à la place de notre compatriote, Ahmed Salem Ould Merzoug.

La conférence a également élu le président de la République, Mohamed Ould Abdel Aziz, président de la Conférence des chefs d’Etat et de Gouvernement de l’OMVS et Makan Aliou Tounkara, ministre malien de l’Energie et de l’Eau, comme président en Exercice du Conseil des Ministres de l’Organisation. Elle a en outre approuvé des résolutions relatives à la prise en charge de l’aménagement de la route Labé-Tougué-Dinguiraye-Siguiri du SITRAM, à l’électrification de la partie guinéenne du bassin du Fleuve Sénégal

La réunion a autorisé la transposition du code et de ses règlements d’application dans le droit interne des Etats, à la recherche de financements pour la réalisation des aménagements structurants et à la prise en charge des travaux complémentaires du Projet Hydroélectrique de Koukoutamba. Ces résolutions portent aussi sur la définition des critères d’évaluation des bénéfices, coûts et charges des Ouvrages Communs, la délimitation et la mise à disposition de l’OMVS des domaines portuaires du Fleuve Sénégal.

Elles ont trait aussi au financement du programme de réhabilitation et de rénovation du Barrage de Diama et de ses ouvrages annexes et accessoires, l’électrification des villages déplacés ou affectés lors de la construction d’ouvrages hydroélectriques. Elles concernent également la première phase du Système Intégré de Transport Multimodal, le développement hydro-agricole dans le Bassin du Fleuve Sénégal et la mise en place du Chantier Naval de Rosso.

Créée en mars 1972, l’OMVS est un organisme inter-Etats regroupant le Sénégal, la Mauritanie, la Guinée et le Mali. Sa vocation est de favoriser un développement intégré et coordonné du bassin du fleuve Sénégal, fondé sur la maîtrise et l’exploitation rationnelle des ressources. Cette ambition des Etats est cimentée par des idéaux de solidarité, de partage, d’équité et de culture de la paix.

Moussa Diop

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind