Justice

Mohamed Hanefi-rimweb.net« Nous avons proposé aux cieux, à la terre et aux montagnes la responsabilité, Al Amana(De porter les charges de faire le bien et d’éviter le mal). Ils ont refusé de la porter et en ont eu peur, alors, l’Homme s’en est chargé, car il est très injuste et très ignorant. »Coran. Les coalisés-72. Ne cherchez pas d’autres causes.

Toutes vos maladies physiques, mentales sociales, politiques et spirituelles, présentes, passées et à venir, sont le fruit des injustices que vous développez autour de vous.

Un marchand prospère, dont tous les mouvements se résumaient entre sa demeure et le lieu de son commerce, entendit un jour des coups de feu. Intrigué, il sorti la tête pour savoir de quoi il retournait. Une balle lui traversa la colonne vertébrale et le paralysa à vie. Il se demanda intérieurement: « Ou est la justice de Dieu? ». Pourquoi m’a-t-il fait cela?

Il en refera à l’auguste érudit Rateb Enabulsi, venu lui rendre visite. Pourtant, lui a-t-il dit travailler pour gagner sa pitance à la sueur de son front est une piété, une adoration. Pourquoi Allah le Juste m’a-t-il affligé de cet handicap?

N’ayant aucune réponse, le dévot s’en alla pensif. Il savait parfaitement que Dieu, le Juste ne faisait de tort à personne. « Ton Seigneur ne fait de tort à personne », a dit Allah dans le coran.

Nabulsi s’arrêta devant une maison pour saluer son propriétaire, qui était une vieille connaissance. Ce dernier raconta: « Maitre, il s’est passé une chose étrange aujourd’hui. La maison d’en haut est habité par un voisin de longue date. Son frère en mourant a laissé quelques deniers pour ses enfants. Mais l’oncle refusa de la leur donner. Ils se plaignirent au cadi, qui leur dit: « Votre oncle est un riche commerçant, vous ne pourrez rien contre lui devant notre justice déjà assez corrompue. Plaignez-vous au Juste. Il vous entendra. Aujourd’hui le verdict et la sentence sont tombés simultanément. Subhanallah dit le dévot, et il continua son chemin.

Il savait, comme il l’avait toujours su que l’invocation de l’opprimé est exposée sans intermédiaire, sur la table du grand Juge. Le Juge des juges, qui donne les délais, mais ne néglige jamais une plainte. Pour jouir de liberté, de sécurité, de justice et de prospérité, il faut absolument permettre aux autres d’en jouir également.

Quand on lutte pour le droit des autres, on lutte en fait, pour le sien propre. Tous nos problèmes en ce siècle, ont pour moteur l’injustice. L’injustice est mécréante et abominable. Elle est l’artisan principal des dissensions, de la haine et de la division au sein des peuples. Avons-nous seulement, médité sur les adages que nous avons quotidiennement sur les langues, comme « dormir du sommeil du juste » ?

Le juste peut dormir, car sa conscience le lui permet. C’est une grâce de Dieu, mais aussi une récompense pour ceux qui ont suivi ses commandements. Ceux qui ne visent sur terre ni turpitude, ni supériorité. Allah a dit dans un hadith qudsi:« Je me suis interdit le tort et j’en ai fait une interdiction pour vous entre vous. Ne vous faites pas de tort. » L’injuste se permet en fait ce que Dieu, l’Exalté s’est interdit à lui-même. Il est perdu par son aveuglement et son arrogance, au point de se rendre licite, ce que le Créateur a commencé par s’interdire avant de le prohiber à ses créatures. Il est allé trop loin en transgressant les limites interdites de Dieu. Il devient ainsi doublement mécréant.

L’injuste et l’oppresseur ne dorment pas. Ils ne peuvent dormir. Comme le malade, il ne peuvent trouver le sommeil. Le créateur, qui a façonné ses créatures de la manière qu’Il veut a placé en eux les gènes de leur trouble et les facteurs de leur déséquilibre.

C’est une usurpation de s’accaparer ou de convoiter ce qui appartient aux autres. Tout le problème est là. Tous nos problèmes et nos maux se cachent dans cette équation. Quand chacun a son du et s’acquitte de ses devoirs. La société sera en bonne santé et la cohésion ne s’en porterait que mieux. L’ordre de Dieu est clair et n’a pas besoin d’un livre de Tavsir pour être compris. Cet ordre est venu explicitement sous la forme impérative:  » Allah ordonne la justice et la bienfaisance. » « Et quand vous jugez entre les gens faites le avec justice. » Coran.

Je ne veux pas parler ici d’un cas particulier. Mais j’invite ceux qui liront ce texte à méditer sur la question suivante : « Quelle relation, qui saute aux yeux lie les problèmes, tous les problèmes de notre société et l’absence de justice. » ?

Nous ne sommes pas pires que les autres. La seule différence résidera dans la rapidité à se repentir et à se pardonner. Se repentir est une noblesse et pardonner une grandeur.

Ne pas avoir les yeux rivés constamment sur le passé. Trop lorgner sur les déboires et les mésaventures du passé mène a faire demi-tour, ou pire foncer en marche arrière.

Nous sommes déjà trop restés sur les traces de l’humanité. Une autre justice consiste à se faire justice à soi-même. Donner une image répugnante de soi est un tort fait à soi-même et de très mauvais legs laissés à nos enfants. C’est le plus mauvais de tous les investissements. Quand on porte un beau boubou, qu’on achète une belle voiture ou qu’on construit une belle villa, c’est essentiellement une exhibition pour être admiré des autres. Qu’adviendrait-il alors, quand tous les autres, tous ceux qui vous entourent, vous envient, vous détestent, vous méprisent et vous veulent du mal, pensant, souvent à raison, que vos fastes sont le fruit du vol de leurs droits spoliés? Votre effort serait vain alors , votre « lumière » ternie et vous récolterez le contraire de l’effet escompté.

Ceci nous amène à une autre forme de justice commandé par Dieu et son messager « Celui qui croit en Dieu et au jour du jugement doit faire largesse de ses bien à son voisin. »

Il est immoral et inhumain de verser des carcasses grillées de moutons dans les poubelles, quand à votre porte des frères en humanité se tordent d’inanition. Quand la sécurité, les services d’eau et d’électricité, les routes et les infrastructures sont accordés en priorité, pour ne pas dire en exclusivité aux quartiers de riches et que dans les quartiers pauvres, les ânes n’ont pas un chemin déblayé décemment pour ravitailler les foyers pauvres en eau, ou acheminer des femmes malades, on est bien loin de l’exemple de Omar ibn Al Khattab.

Si Omar dormait c’est bien à cause du célèbre mot qui lui a été adressé par un prince ennemi, qui l’ayant trouvé endormi au pied d’une montagne et n’ayant comme coussin qu’une pierre, il lui dit : « Tu as gouverné, tu as été juste, tu as dormi. »

Ceci est d’autant plus important que les richesses, la santé et les luxes de ce bas monde ne sont durables pour personne. Beaucoup de riches deviennent quotidiennement pauvres et beaucoup de pauvres font le mouvement inverse. « Si les trésors du monde devaient s’éterniser pour d’autres, elles ne seraient pas tombés entre vos mains. »

Justice dans le respect du gouvernant, mais justice également du gouvernant à traiter tous les citoyens sur le même pied d’égalité. Il est immoral, voire un péché grave de mal partager les subsistances naturelles offertes gratuitement par le Seigneurs des mondes visibles et du mystère entre ses créatures. Si tout le monde est tenu de se procurer une carte d’identité nationale, si tout le monde doit répondre aux impératifs et à la défense de la nation, il est aussi juste que tout le monde goute les fruits de cette patrie. De sa patrie. Le socle du pays se poserait ainsi sur l’équilibre satisfait et satisfaisant de la satisfaction convaincue de tous ses citoyens. Ce monde est tellement éphémère et ses plaisirs sont si trompeurs qu’il ne faut pas tellement s’y fier.

Tout le monde finira dans un trou sombre à la merci des vers et de la vermine. Même le nom s’en ira. Nous porterons tous le nom de dépouille, de défunt, ou plus vulgairement de macchabée. Personne n’emportera une ouguiya dans la tombe. Par contre on vous demandera compte de toute fortune et de tout centime tombés entre vos mains. Le jeu en vaut-il la chandelle?

Donner procure plus de plaisir que recevoir. Voir tous ses frères le sourire aux lèvres, les âmes satisfaites de la protection affective, sincère et juste de la mère patrie, les bras tendus en dans le ciel pour lever très haut la dignité des siens et le triomphe de son territoire, est une image qui vaut tous les trésors du monde.

Mohamed Hanefi. Koweït.
Source : MOHAMED HANEFI

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge