Victime d’une maladie rare, il raconte: « Quand ils ont ouvert ma jambe, ils ont eu le choc de leur vie »

Sam O'SullivanSi Sam O’Sullivan (24 ans) est encore en vie aujourd’hui, cela tient du miracle. Le joueur de football australien (sorte de rugby) de Port Melbourne a été victime d’une bactérie mortelle. Il fait partie des quelques rares personnes au monde ayant survécu à cette infection.

Aujourd’hui, le sportif australien semble avoir vaincu la maladie. A travers le monde, on ne dénombre que 21 cas similaires. Parmi eux, seuls sept s’en sont tirés d’affaire. Le foot, en revanche, c’est désormais terminé pour lui. Mais il peut s’estimer heureux d’être encore en vie.

« J’ai ressenti une douleur très forte au tibia »
Comment a-t-il contracté cette maladie? Il l’ignore. En septembre dernier, il a soudainement été frappé par les symptômes de la grippe. « Un dimanche, j’ai ressenti une douleur terrible au tibia et j’ai dû aller à l’hôpital. Les premiers jours, ils n’ont pas trouvé ce que j’avais », raconte-t-il.

Son état s’est très vite détérioré. « Ma jambe a gonflé, mon pied ne bougeait plus et j’avais plus aucune sensation. Ils m’ont opéré pour le ‘syndrome des loges’ (ndlr. une augmentation de la pression qui s’exerce sur les tissus internes). Lorsqu’ils ont ouvert ma jambe, ils ont eu le choc de leur vie. Toute ma jambe était remplie de pus. Mon corps a subi un choc septique et j’ai été plongé dans le coma ».

« Maladie dévoreuse de chair »
Le diagnostique a très vite été établi: une fasciite nécrosante, également appelée la « maladie dévoreuse de chair ». Il s’agit d’une maladie rare qui entraîne une destruction considérable de tissus et qui peut causer la mort. Lorsque l’infection s’étend aux tissus musculaires, on l’appelle myosite nécrosante.

Admis aux soins intensifs, O’Sullivan a subi plusieurs interventions chirurgicales. « La bactérie a dévoré la couche supérieure de mon tibia et une grande partie des muscles.  Ma jambe droite a dû être reconstituée complètement. Je ne peux toujours pas lever mon pied, mais j’espère pouvoir me faire opérer à nouveau d’ici quelques mois, quand tout sera guéri ».

« Survivor of Superbug »
L’Australien est conscient qu’il est un véritable miraculé. « Je pense que je vais me mettre à jouer au Lotto », a-t-il plaisanté. Ses initiales « SS » lui valent désormais le surnom de « Survivor of Superbug », le « survivant d’une super bactérie ».

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge