86 militaires camerounais en situation difficile

Armee_Camerounaise060415500Ils ont été faits prisonniers par l’armée nigériane pendant les batailles. Libérés après 1016 jours de prison, l’administration militaire tarde, 17 ans après, à les dédommager. Alors que ces soldats se sont sacrifiés pour la nation. Alerte rouge !

Le conflit entre le Cameroun et le Nigéria au sujet de la péninsule de Bakassi a fait des victimes dans les rangs des deux armées. Bakassi est une presqu’île appartenant au Cameroun, mais considérée comme nigériane par des citoyens du pays de feu le président Sani Abacha qui y vivent depuis des générations. La guerre éclate après une échauffourée entre pêcheurs camerounais et pêcheurs nigérians. Les armées des deux pays voisins entrent en guerre. Le Cameroun reste et demeure attaché à la paix, mais n’entend pas renoncer, sous aucun prétexte, à un centimètre de son territoriale. C’est ainsi que les deux armées se sont lancées dans une guerre qui a laissé sur le carreau des milliers de Nigérians et de Camerounais. Avec des prisonniers de guerre des deux côtés.

Ces prisonniers ont été libérés en respect des conventions de la charte des Nations unies sur les prisonniers de guerre et d’Amnesty International. Notons que le Cameroun confirmera sa souveraineté sur Bakassi au terme d’une mémorable bataille diplomatico-judiciaire. Après les accords de Greentree, au Pays-Bas, les présidents du Nigeria et du Cameroun vont tomber d’accord sur un certain nombre de clauses. Le pays de Paul Biya se verra rétrocédé la péninsule de Bakassi après 14 ans de combat.

L’insupportable attente des 86 prisonniers de guerre de l’armée camerounaise

Les 86 militaires et ex-prisonniers de guerre ont été détenus à la prison d’Enugu pendant 1016 jours. Soit 03 ans et demi de prison, de souffrance et de travaux forcés. Ils reviennent libres du Nigeria le 24 novembre 1998. Optimistes, après leur retour au bercail, et rassurés par les autorités du pays, beaucoup de promesses leur ont été faites par la hiérarchie militaire. Promesses portant sur: prime d’alimentation durant leur séjour au Nigeria, l’octroi de médailles d’honneur, les avancements exceptionnels, une rencontre avec le chef de l’Etat au Boulevard du 20 Mai et bien d’autres avantages dus à leur souffrance pour avoir défendu la nation. 17 ans après, ces vaillants soldats et ex-captifs d’Enugu attendent toujours que les promesses soient réalisées. Certains sont morts sans jamais avoir reçu les récompenses promises.

Un autre orage militaire éclate alors que l’armée nationale est en guerre contre la nébuleuse Boko Haram. Paul Biya si attaché aux institutions républicaines est mal entouré, comme le soutiennent à juste titre des analystes politiques. Détenus dans une prison étrangère pendant 03 ans et demi sur le statut de captifs de guerre comment Amadou Ali, alors ministre délégué à la Défense, et le général Pierre Semengue alors chef d’Etat-major ont pu enterrer un tel dossier ? Ici, force est de constater l’égoïsme et la méchanceté de certains responsables vis à vis du bas peuple.

Chacun voudrait seul être bien vu par Paul Biya, alors on empêche d’autres citoyens héroïques d’être remarqués par le chef de l’Etat. 86 militaires sont aux abois et implorent le père de la nation afin qu’il écoute leurs doléances. Un peuple sait pouvoir compter sur son armée, dit-on souvent.

LISTE DE 86 EX-PRISONNIERS DE GUERRE

1- Colonel KOME Divine
2- Lt-colonel Bell Bell
3- CDT MPAMA Joseph
4- A/CM NGATCHA Luc
5- A/CM NANA Ebeneze
6- A/CM MPENYE NNOKO
7- A/C NKODO Roland
8- AT ESSOUGOU Joseph
9- AT MUZANG Salomon
10- AT BALEGUEL NJIKI Jean Pierre
11- PM FOUEPE Gabriel
12- PM MOUAGNAFO Victor
13- A/C POM Pierre
14- A/C BAKONG Samuel
15- A/C TAFFOU Jean Pierre
16- A/C SELATSA Pierre Marie
17- A/C ESSOH NGOH Raymond
18- A/C NDOMBI Ottou
19- A/C MAHOP MAHOP Albert
20- AT ABOU Joseph
21- NKOLLA Joseph
22- AT ELAME Otto
23- AT TCHEPO Maurice
24- AT PAGUETNA NDAM Jules
25- AT SAMA FONDEM Jonathan
26- AT ANGUI Jean Calvin
27- AT PACHONG
28- AT NKPUNGIEFIT Abdou
29- Maître KOULAGNIA
30- Maître TSOPGUE Jean
31- Maître DJOMO NJOUANOU Charly
32- AT NGAH Charles
33- AT MENGOU Frederick
34- AT DADJIO Bernard
35- AT NJAI WAMEY Polycarpe
36- AT NKONDA Isaac
37- AT NWANCHAN CHECK
38- AT WERENYEN Emmanuel
39- SGT NGANJE NDOUBE
40- SGT MBIDA Ferdinand
41- SGT MVODO Antoine
42- SGT NDJOUBI Florent
43- S/C NJOYA Jean
44- S/C BEKONO BEKONO Richard
45- S/C NDI Jean Claude
46- S/C BALLE Nicole
47- S/C BONI Faustin
48- S/C NJOUYEP Jean Daniel
49- SGT NNA Samuel
50- SGT DJOUKI Babil
51- SGT ADJEBE Babil
52- SGT MBETNYEMP Grégoire
53- SGT NGOMPE Samuel
54- SGT MWANGUE NDEMA Max
55- SGT TATA Edouard
56- SGT HAMIDOU Paul
57- SGT MGBAROUMA
58- SGT MFORMI NDAMNSIA Cosmas
59- SGT ILAMBO Victor
60- SGT NGAH Charles
61- SGT ZE MANGA Joseph
62- MLC DJOKO Pierre
63- C/C BIAMBE GORANDI
64- C/C ANGAME Eric
65- C/C MUNGUEN John FONGANG
66- C/C NGA MBAG
67- Inspecteur MBUA Mathias
68- C/C NDJOUDJIYEMEN Bernard
69- C/C BABA ABOUBAKAR
70- C/C KUM KEBI Raymond
71- C/C EKAMBANG ZOK Mesmin
72- C/C NGOH MONDIME Jules
73- C/C MBINACK Joseph
74- C/C ZIENE Richard
75- C/C MAHAMAT ALANDJI ABBA
76- C/C MISON Kingsley
77- C/C BELIBI OTTOU Philippe
78- C/C ZE Pierre
79- C/C MASSA Guillaume
80- C/C MATTOP Joahnas
81- C/C MEKOUMOU Simon
82- C/C SONA Jules
83- C/C NGWANE Samuel
84- C/C FOTOH Athanasius
85- C/C NNA Samuel
86- S/C NDJOUMOU Pierre

© L’Epervier : A.Z.
Source: camer.be
Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge