Abderrahmane Sissako : pas encore les Oscars mais déjà un cadavre dans le placard…

potInnocemment, j’ai demandé à quelqu’un, qui a participé à Timbuktu ( le chagrin des oiseaux), de me trouver une carte d’invitation pour le palais des Congrès ( en un mot et non de gré à gré ) au cas où j’aie envie d’aller y faire un tour voir le film qui a assassiné Mettou et ce faisant, rendu ridicules les larmes de crocodile de Sissako à Cannes. On a répondu à mon ambassadeur qu’il était hors de question qu’on me permette d’aller voir le film.

C’est bien minable comme réaction car on dirait que j’ai diffamé monsieur Sissako qui apparemment ne vaut même pas la peine qu’on s’intéresse à lui tellement il semble petit. Qu’ai-je dit au juste ? J’ai appris à la Mauritanie et même à l’étranger que monsieur Sissako, qui pleure à Cannes, n’a jamais versé la moindre larme sur ce qui se passe en Mauritanie où les terribles sujets ne manquent pas.  En effet, à trois mois de tourner Mettou un film sur le sujet sensible de l’esclavage en Mauritanie, Abderrahmane Sissako a été nommé conseiller aux affaires culturelles à la présidence. 

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/voici-mettou-le-film-sur-les-152566

Tout d’un coup, ce film sensible a été enterré pour faire place à Timbuktu, le tube de l’été qui veut nous présenter Sissako en cinéaste engagé alors qu’il n’en a pas le moindre soupçon vu qu’il abandonne un projet sensible pour faire un film facile dans l’air du temps contre les méchants djihadistes.

Qu’ai-je dit d’autre ? J’ai dit que la Mauritanie ne devrait pas voler au Mali, le talent du fils du pays dont le père est malien et le meilleur du travail fait du côté malien. On devrait toujours dire le mauritano-malien. Est-ce un crime de dire ça ?

http://chezvlane.blogspot.com/2014/05/le-mali-depossede-depuis-quand.html

J’ai aussi dit que Sissako tient le pouvoir par la menace de faire des films sensibles, ce qui permet à Sissako d’avoir un poste de conseiller payé à ne rien faire car en deux ans à la présidence, il n’a jamais rien fait en rapport avec la culture en Mauritanie sauf ce film « timbuktu » tourné aussi à Oualata à défaut de pouvoir le faire sur place. Est-ce un crime de dire ça ?

Je me suis aussi demandé comment Abderrahmane Sissako a eu la grande médaille de Paris alors qu’il n’a rien fait en rapport avec la ville de Paris contrairement par exemple au cinéaste iranien qui a reçu la médaille en grande pompe des mains de l’ancien maire de Paris, Delanoë car le film de l’iranien est en partie tourné à Paris. On comprend qu’Anne Hidalgo, la maire de Paris, n’ait pas remis la médaille à Sissako qui l’a reçue de celles de l’adjoint. Est-ce un crime de dire cela ?

http://chezvlane.blogspot.com/2014/08/voila-pourquoi-anne-hidalgo-snobe-notre.html

J’ai montré que Sissako fait carrière non par son talent car jusque-là ses films donnent envie de dormir de l’avis de ses plus honnêtes amis mais par son réseau politique. Le plus lamentable à Cannes venant de Sissako fut de réclamer partout la palme d’or pour son film au nom de l’Afrique et non pour son talent. N’est-ce pas honteux ?

Comme je me suis étonné de voir les ultra-sionistes du Crif soutenir son cinéma…

http://chezvlane.blogspot.com/2014/08/pourquoi-les-sionistes-du-crif.html

J’ai appris de sources sérieuses que Sissako ferait du chantage indirect à Aziz pour obtenir un poste d’ambassadeur à l’Unesco pour mener sa petite vie à Paris à ne rien faire sinon pousser ses navets en étant payé par la république mauritanienne. Est-ce un crime de dire cela quand tout l’avance ?

http://chezvlane.blogspot.com/2014/05/voila-comment-abderrahmane-sissako.html

Tout ce que j’ai dit  a été dit preuves à l’appui avec des liens qui renvoient à ses propres paroles qui rappellent qu’il a été pris à l’école de cinéma russe alors qu’il était nul et ignorant en tout. D’ailleurs la plus belle phrase vient de lui puisqu’il dit que c’est là qu’il a appris « qu’on peut ne pas savoir et convaincre… »


J’ai prouvé mille autres choses sans animosité aucune car je préfère les vrais bandits aux imposteurs qui se donnent des airs d’artistes engagés. Jamais je n’aurais cru qu’il allait me refuser une misérable carte d’invitation pour lui faire l’honneur d’aller voir de près ce film dont le seul charme ne peut être que le décor naturel et la seule force celle d’un sujet qui, même réalisé par un nul, ne peut être que fort.

Je n’ai jamais été de mauvaise foi comme cet acteur aux larmes de crocodile. Je voulais voir le film pour en parler c’est tout et s’il avait quelque mérite je l’aurais dit. En vérité, ce que craignent ces imposteurs, c’est d’avoir dans la salle un regard libre qui risque de dire les choses comme elles sont comme ils ont surtout peur que je tombe sur un micro pour poser à Sissako les questions qui fâchent…

Ai-je hésité une fois à remercier Sissako quand j’ai su qu’il avait fait quelque chose de bien ?

http://chezvlane.blogspot.com/2014/08/pour-elle-merci-abderrahmane-sissoko.html

J’en profite aussi pour demander à l’autre camelot du cinéma mauritanien, Abderrahmane Toutou, où est passé le million de Hamza pour l’école de sculpture des artistes ? S’il a perdu la mémoire, on se fera un plaisir de la lui rafraîchir ; les liens sur internet ne manquent pas…

La confrérie des médiocres et des imposteurs n’est pas seulement politique.

La preuve !

Source : VLANE

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge