Abou Jafar: »Sennoussi ou la rupture des relations avec Nouakchott »

« La Mauritanie est entrain de traiter des intérêts avant d’extrader Abdallah Sennoussi » tels sont les propos de Haddy Chelouv, président du parti démocratique libyen, a appris Alakhbar de sources journalistiques sur place.

« Si j’étais une autorité ou le président du CNT ou le chef du gouvernement, je porterai plainte contre la Mauritanie pour son refus d’extrader en libye le sanguinaire et criminel,Abdallahi Sennoussi qui est recherché par la justice libyenne » ajoute selon notre source Haddy Chelouv

Les mêmes sources soulignent que Youssouf Ebou Jafar, le président du parti de la rencontre du 17 février libyen et candidat à la prochaine présidentielle libyenne, a pour sa part déclarer que si la « Mauritanie n’extrade pas en Libye, l’ex chef de services de renseignements de Mouammar Khadafi et qu’il prend le pouvoir il romprait les relations diplomatiques avec Nouakchott ».

Selon nos sources, il a indiqué que s’il était le président du CNT ou le ministre des affaires étrangères, il aurait passer à l’acte, si Sennoussi n’est pas remis au gouvernement du CNT.

« Les autorités mauritaniennes sont entrain de traiter l’extradition de Sennoussi en contre partie des intérêts » cite notre source qui rapporte les propos d’Abou Jafar sur un site d’informations libyen.

Abou Jafar a rappelé que la France cherche à ce que Sennoussi soit jugé sur son sol, indique notre source.

 

Source: Alkhabar

Toute reprise partielle ou totale de cet article  devra faire référence à  www.rimweb.info 

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind