Aboul Wane à Jeune Afrique :Les Négro-Mauritaniens restent discriminés dans tous les secteurs


Touche pas à ma nationalité continue de maintenir la pression sur Nouakchott. Crée il y a un peu plus d’un an, le collectif exigeait initialement l’arrêt du recensement en cours en Mauritanie, qu’il juge discriminatoire à l’égard des populations noires. Depuis, la lutte s’est intensifiée : les Négro-Mauritaniens (Peuls-Toucouleurs, Soninkés et Wolofs) réclament désormais un véritable partage du pouvoir. En attendant, les manifestations – le plus souvent réprimées par les forces de l’ordre – ne faiblissent pas.

Abdoul Birane Wane, 35 ans,

Abdoul Birane Wane, 35 ans, est un homme d’apparence discrète. Pourtant, le leader du mouvement ne mâche pas ses mots à l’encontre du régime de Mohamed Ould Abdelaziz, qu’il accuse de racisme.

Interview.


Jeune Afrique : Comment expliquez-vous que les Négro-Mauritaniens soient encore sous-représentés au sein de l’appareil de l’État ?

Abdoul Birane Wane : Il n’y a aucun fondement, ni aucune raison objective à cela. On veut nous faire croire que c’est le résultat d’un vote, mais le découpage électoral actuel ne permet pas aux Négro-mauritaniens d’avoir ne serait-ce que le tiers à l’Assemblée nationale. Pour preuve, nous n’avons que 13 députés sur les 95 que compte la chambre basse du pays…  De plus, les gouvernements successifs n’ont jamais compté plus de quatre Noirs. Aujourd’hui, un préfet Maure qui exerce dans les localités du Sud est obligé de chercher un traducteur. Quel intérêt de nous imposer des administrateurs qui ne parlent pas nos langues ? C’est une aberration.


La nomination d’un nouveau bureau en mai a provoqué la colère de certains cadres, qui se sont dits exclus. Y’a-t-il des dissensions au sein du collectif ?

Abdoul Birane Wane: Non, aucune. Nous nous sommes simplement retrouvés dans une situation où ce que nous disions dans les réunions filtrait dans la rue. D’autre part, il ne nous fallait plus uniquement des cadres, mais aussi des hommes de terrain, qui savent mobiliser la population. Une révolution ne se mène pas derrière un ordinateur.


Pourquoi souhaitez-vous créer un « pôle de toutes les forces noires » de Mauritanie ?

Abdoul Birane Wane: Alors que nous sommes certains d’être en majorité par rapport aux Arabo-berbères, les Négro-Mauritaniens restent discriminés dans tous les secteurs. Ceci dit, nous sommes convaincus de l’imminence d’un changement politique en Mauritanie. Une fois ce jour arrivé, nous ne voulons pas que les Négro-Mauritaniens partent en ordre dispersé dans les partis dirigés par les Arabo-berbères ou les Haratines. C’est pour cette raison que nous ne ménageons aucun effort pour que toutes les forces négro-mauritaniennes soient présentes avec un seul pôle, fort et unifié.


Ne craignez-vous pas que ce projet soit perçu comme étant communautaire ?

Abdoul Birane Wane:  On nous le reproche déjà. Ces critiques sont injustes, mais c’est le prix à payer. Mais il ne faut pas perdre de vue qu’à chaque fois que des décisions importantes sont prises sur l’avenir du pays, nous ne sommes pas présents.


Avez-vous reçu le soutien de la Coordination de l’Opposition Démocratique (COD) ?

Abdoul Birane Wane:  Lors de notre dernier grand meeting, il est vrai que des députés du RFD (Rassemblement des Forces Démocratiques, principal parti d’opposition) étaient présents. Mais nous ne sommes pas soutenus par la COD. D’ailleurs, alors qu’elle appelle au départ du président [Mohamed Ould Abdelaziz NDLR.], nous réclamons la chute de l’ensemble du système.


Les FLAM (Forces de libération africaine de Mauritanie) viennent d’annoncer leur redéploiement dans le pays, afin de se muer en parti politique. Envisagez-vous également de créer une telle formation ?

Abdoul Birane Wane:  Au vu de la lutte que nous menons, le mouvement pacifique reste le cadre le plus adapté. Ce que nous voulons, c’est un partage des responsabilités politiques.


Comment comptez-vous parvenir à vos fins ?

Abdoul Birane Wane:  Aujourd’hui, nous faisons appel à toutes les forces qui luttent contre ce pouvoir. Nous sommes d’ailleurs en négociation avec le Mouvement des Jeunes de Mauritanie (MJM), la Coordination de la jeunesse du 25 février, la Coalition du 25 février et El Khor, pour tenter de planifier un programme d’action. Seule la pression de la rue pourra faire chuter le régime.
___
Propos recueillis à Nouakchott par Justine Spiegel

Jeune Afrique

Commentaires (12)

Par arabe:

Primo : les négros ne sont pas majortaires en Mauritanie, leur popids tourne autour de 10 % dont environ 7% de toucouleurs, 2,5% de soninkés et moins de 0,5% de Ouolofs … sauf si vous comptez les immigrants illégaux et autres voleurs de la nationalité mauritanienne
Secundo : ils s’appellent Arabes et non Arabo-berbères comme vous insistez continuellement à les appeler… comme si vous vouliez INCONSCIEMMENT magnifier les premiers (le comble!) en minimisant les seconds! cela dit lesdits Arabes n’ont rien contre ces frères et sont au contraire fiers de leur fonds culturel berbère
Tercio : vos protecteurs français vous font une mauvaise propagande (Jeune Afrique est l’un des instruments de cette proppagande) en vous poussant continuellement à l’affrontement avec vos frères arabes, vos frères musulmans, vos frères dans la citoyenneté mauritanienne, pour leurs intérets néo coloniaux. Et vous marchez malheureusement tete baissée dans ce plan criminel. Triste.
quarto en fin : et c’est le plus important, la prétendue discrimination des négros mauritaniens est un mensonge et un chantage permanent aux différents régimes pour toujours obtenir plus de concessions, sachant que ces régimes sont aux ordres de la France, votre protecteur commun. Bien au contraire, la communauté négro bien qu’elle soit minoritaire bénéficie de bien plus que ne l’autorise son poids, au point que la révolte maintenant gronde au sein de la majorité arabe qui se sent lésée et frustrée par tant de laxisme et de favoritisme injustifiés au prifit d’une minorité gatée.
Par leydimen :
Les négros mauritaniens ne sont pas contre les maures, ils ne demandent que justices, vous êtes beydane pourquoi on se réclame toujours arabe alors dans le grand Maghreb on le réclame jamais arabe, que dit l’islam inamal mouiminoun ikhwatoun va aslihou beyne ikhyekoum, almouminoun ka jasdin wahid…, l’appel tous les Mauritaniens de s’unir pour lutter contre l’injustice.Abus
Par arabe :
Réponse à leydimen.Les Arabes du Maghreb n’ont pas besoin de rappeler leur identité, elle est évidente. Notre arabité à nous l’est autant… sauf pour vous les Poulars. On la rappelle constamment puisque vous nous la contestez. Est-ce que nous on vous refuse ce que vous prétendez etre, votre toucouleurité, ou poularité? ça n’aurait pas de sens, et de quel droit. Je m’appelle Ahmed, pourquoi vous tenez à m’appeler Sidi? je me considère arabe, de quel droit vous me collez l’appellation d’Arabo-Berbère. Je repète que berbère n’a absolument rien d’infamant, bien au contraire, mais on est ce qu’on est, tout simplement.
Par Amadou S B:
Je pense que, si vous étiez Arabe, vous n’allez pas le réclamer.
Moi je suis poular et donc je ne le réclame pas. Seulement en me voyant on sent que je suis poular.
Je te demande (par soit disant arabe) de cesser ces paroles insensées.
Par Jemal O/ Habibourrahmane:
Vous tournez tous autour du pot : il y a des berbères,des Arabes donc: la combinaison entre les 2 communautés c’est les Arabo_ berbères .Arrêtons svp d’insulter les composantes du peuple Mauritanien .poulars,berbères,wolofs sarakolés,arabes nous ont tous chers
Par Cheikh O/ Abdellahi
Nous ne sommes pas gênés , parce que nous sommes berbères. Il tirer les conclusions à partir des leçons du passé
Par Cheikh O/ Abdellahi,
Nous ne sommes pas gênés , parce que nous sommes berbères. Il tirer les conclusions à partir des leçons du passé
Par abdallah:
Amadou S Ba,
ça se voit que tu n’as pas pris la peine de lire mon comment, braqué que tu es sur tes idées erronnée et malsaines. Donc pour répondre à ta question, je te rpète que nous réclamons notre arabité uniquement face à vous les Poulars puisque vous nous la contestez (allez savoir pourquoi!). Pour le reste du monde nous ne lui disons rien puisque la chose est évidente. Pour votre gouverne encore Messieurs les Poulars, les Maures sont les plus arabes des Arabes, leur dialecte, le hassania, est le plus proche de la langue arabe classique, ou littéraire, leur histoire se confond avec celle de la Nation arabe. Le monde entier connait ces évidences… sauf la minorité poular. Soubhanallah
Par abdallah :

A ceux qui parlent polmpeusement de composantes, de pays multiculturel et de je ne sais quoi encore, rappelons des vérités toutes simples, incountournables, qu’aucune propagande ne peut occulter :

– la Mauritanie n’est pas multiculturelle au sens de nationalité, elle est seulement biculturelle avec une culture arabe dominante et une culture africaine locale

– la communauté arabe mauritanienne est majoritaire à près de 90%, ce qui lui confère le droit de diriger le pays et d’y imposer sa langue comme langue officielle, sans préjudice des droits reconnus et garantis de la minorité négro africaine. Telle est la loi sacro sainte loi de la démocratie appliquée par les pays du monde entier

– la Mauritanie est partie intégrante de la grande Nation arabe, géographiquement, culturellement, historiquement, sentimentalement, psychologiquement … sans nier sa dimension africaine dont elle est fière

Qu’on cesse donc de rabacher tout le temps des généralités qui n’apportent aucun éclairage à l’analyse. L’identité c’est très important. C’est meme essentiel et, comme pour les individus, un pays sans identité est impensable

Par Mouhamed lemine sow 
les arabes ne sont pas si tel etait le cas on allait pas faire des recensements dont l unique objectif est de duminuer la composante noire et les deportations l objectif est le meme
Par le système beydane est finissant à la vitesse de la lumière :

Trop de blabla !

Conclusion : la fin du système est proche. Très proche ! Tous ceux qui braillent ici ou ailleurs le savent. En fait c’est la peur qui les envahissent. Ils savent que bientôt, inchallah, les Haratines et les negroafricains vont contrôler ce pays pour l’éternité. Raison : le NOMBRE. Ca crève les yeux. Mais bon, je comprends toute cette peur, car c’est dur de perdre ses privilèges mal acquis et injustifiés ! Qui vivra vera et c’est pour bientôt. Les maures sincères et éclairés le savent. A bon entendeur salut !

Par le système beydane est finissant à la vitesse de la lumière:

A abdallah !

ton commentaire m’inspire du khrouj, cette histoire bidon de minorité negroafricaine ! n’importe quoi ! mais la chute sera dure mon ami ! tres dur ! tunisie ! egypte ! lybie! syrie ! yemen ! qui l’aurait cru ???? toute chose a une fin sauf le pouvoir d’Allah ! le système beydane est dans l’agonie et M. abdallah le pauvre le sait.

Source: Taqadoumy

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge