Abus de confiance par détournement-El Wely Sidi Haiba

weli cheikhbouyaL’abus de confiance par détournement de fonds est l’une des plus dangereuses infractions pénales courantes qui sévissent dans les relations de travail au sein des établissements publiques. Le détournement de fonds publics est en soit l’opération illégale qui consiste à utiliser des sommes appartenant à la collectivité à des fins autres que le bien public.
En droit pénal français prévoit que « Le fait, par une personne dépositaire de l’autorité publique ou chargée d’une mission de service public, un comptable public, un dépositaire public ou l’un de ses subordonnés, de détruire, détourner ou soustraire un acte ou un titre, ou des fonds publics ou privés, ou effets, pièces ou titres en tenant lieu, ou tout autre objet qui lui a été remis en raison de ses fonctions ou de sa mission, est puni de dix ans d’emprisonnement et de 150 000 euros d’amende (59 250 000 UM). La tentative de détournement de fonds publics est punie des mêmes peines.
Il faut dire qu’en France et partout ailleurs où l’Etat de droit jouit de toute son autorité, la punition est effective une fois les faits avérés et établis. Aucun groupe de pression social ou politique ne peut entraver le cours de la justice et se dresser contre toute son application. Les individus  qui trempent dans la magouille répondent de leurs actes devant la loi. Ils sont arrêtés, jugés et punis conformément aux lois en vigueur.
Alors que  Le coup d’envoi de la campagne agricole 2016-2017 vient d’être donné par le chef de l’Etat, Mohamed Ould Abdel Aziz, disparaissent comme par enchantement 16.000 tonnes d’engrais nécessaires à sa réussite, chiffre énorme confirmé par les documents aux mains des enquêteurs. Une aberration sans pareille qui laisse perplexes ces enquêteurs dépassés par l’ampleur de ce détournement. Et s’y l’on greffe à ce gravissime qu’en se rendant dans les magasins de la société, ces enquêteurs ont découvert que les caisses sensées contenir les engrais, étaient remplis de déchets, l’affaire devient plus rocambolesque et ses griefs plus graves encore.
Le Président de la République a ordonné qu’une enquête ouverte soit engagée et donné ses fermes instructions que personne ne doit y être soustrait sous quelque prétexte que ce soit. Cette enquête a-t-il aussi intimé doit être entreprise avec toute la rigueur et l’impartialité requises. Les traces des engrais détournés doivent être relevés et suivis en priorité pour en repérer les destinations probables et procéder à par tous les moyens à leur restitution ou du moins ce qu’il sera découvert. Et qu’en deuxième lieu soit engagée la procédure de jugement de tous les auteurs présumés et complices et prononcer les verdicts conformément aux lois en vigueurs. Cette affaire d’abus de confiance par détournement ne doit souffrir d’aucune défaillance juridique ni être tronquée pour quelque motivation sociale et politique que ce soit dans un pays ou tribalisme générationnelle, aristocratie, nomenclature des nantis, la corruption pour gestion ont pignon sur rue et bénéficient de l’impunité totale.
Or cette enquête si elle se déroule en toute indépendance, il est certain que de ses aboutissants vont dépendre les poursuites de plusieurs cas similaires qui gangrènent les institutions publiques et en sapent la gestion, handicapent la bonne gouvernance, sabotent les fondements et principes de l’Etat de droit et bloquent toutes les voies vers le développement et la recherche de l’équité sociale.
weli cheikhbouya
Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge