Accident ferroviaire meurtrier dans le sud de l’Italie

sud de l’ItalieUne collision ferroviaire a eu lieu ce mardi matin dans la région des Pouilles, dans le sud de l’Italie. Au moins 22 personnes ont perdu la vie. Deux trains se sont percutés frontalement. Les autorités dénombrent une cinquantaine de blessés dont plusieurs sont dans un état grave. Matteo Renzi, le Premier ministre italien devrait se rendre sur place dans la soirée.

Le drame est survenu ce mardi vers 11h30 locales sur la ligne Bari Nord dans la région des Pouilles, dans le sud de l’Italie. Le choc a été frontal. Le tronçon où a eu lieu l’accident ne compte qu’une seule voie. Les deux trains étaient lancés à 100 km à l’heure sur cette ligne qui traverse des champs d’oliviers entre les petites villes de Andria et Corato, près de Bari. L’un des deux trains venait de sortir d’un virage, les conducteurs n’ont donc peut-être même pas eu le temps de freiner.

Un face à face mortel qui a pulvérisé les deux locomotives, encastré les wagons suivants les uns dans les autres, et fait de ces deux petits trains de quatre wagons, un amas de tôle. Seul un des derniers wagons est resté intact.

Des dizaines de véhicules de secours, des ambulances, des forces de l’ordre et des pompiers ont été dépêchés sur place, sous un soleil de plomb. Une salle d’opération a même été installée à Bari, la ville la plus proche du drame. Difficile de savoir combien de passagers voyageaient sur cette ligne très empruntée des pendulaires et des touristes en visite dans le talon de la botte italienne.

Les circonstances de l’accident ne sont pas claires pour le moment. Ferrotramviaria, la compagnie privée qui gère cette ligne, a pour l’instant indiqué qu’un des deux trains n’aurait pas dû se trouver là. Alors est-il parti en retard ? N’a-t-il pas respecté un feu ? Est-ce une erreur technique ou humaine ?

le chef du gouvernement Matteo Renzi a promis que tout serait mis en œuvre pour en comprendre les raisons. « Nous ne nous arrêterons pas tant que toute la lumière ne sera pas faite. Maintenant, c’est le moment des larmes et il faut en premier lieu récupérer les victimes et les blessés », a déclaré M. Renzi depuis Milan, avant d’annoncer son retour anticipé dans la capitale.

RFI

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge