Affaire des Ouvrages incinérés: SOS Esclaves dénonce l’usage politique de l’affaire

L’organisation abolitionniste SOS Esclaves a dénoncé « toute action d’inquisition consistant à punir un livre » tout regrettant la récupération «détestable» de l’événement ou « son usage à des fins politiques est aussi ».

«L’esclavage et les séquelles de l’esclavage sont des réalités incontestables en Mauritanie. L’abolition du premier et la lutte contre les secondes est un impératif de justice sociale, d’équité et d’étique. Exagérer ces faits ou les minimiser sont aussi nuisibles l’un que l’autre à la noble cause de la lutte pour l’égalité et la justice en Mauritanie», a regretté l’ONG dans un communiqué parvenu à Alakhbar.

«Nous dénonçons la brutalité avec laquelle Biram et ses amis ont été appréhendés, et attirons l’attention sur la préservation de leur intégrité physique et psychologique, (ainsi que) l’usage de la force et de la répression dont use le pouvoir dans sa relation avec les défenseurs des droits humains et exigeons la libération de Birame Dah Ould Abeid et ses compagnons» a appelé l’ONG.

« SOS Esclaves regrette toute action d’inquisition consistant à punir un livre, livrant les idées, qui ne sont jamais sacrées, mais sujettes à la réflexion et à la contradiction. L’autodafé d’ouvrages de penseurs, à fortiori celui de penseurs islamiques, choquent que l’on soit d’accord ou non avec leurs opinions et analyses. Mais la récupération de l’événement ou son usage à des fins politiques est aussi détestable», note SOS Esclaves.

« Brûler des livres, outre sa nature choquante et puérile, est si peu conforme au respect de l’opinion et de l’idéologie contraires de tout défenseur des droits humains. Cependant outrage, si outrage est prouvé, ne justifie pas l’appel au meurtre, la violation de la loi en la matière et les attitudes « tartuffiennes ». La harangue du Chef de l’Etat, le soir du 29 avril sur la non existence de l’esclavage est un appel contre les haratines et tous les défenseurs de droits humains engagés dans la lutte contre l’esclavage », ajoute le communiqué.

A en croire l’ONG, le président a ouvert une nouvelle campagne de sensibilisation de toutes les populations sur le déni de l’esclavage avec l’utilisation de tous les médias publics, avec la participation des oulémas, des intellectuels et des partis politiques affiliés au pouvoir. «Nous faisons le constat de la volonté du pouvoir à unir les haratines inconscients et les esclavagistes contre les défenseurs des droits humains et les bonnes volontés qui œuvrent pour l’éradication de l’esclavage », a-t-elle indiqué.

«Nous déplorons l’appel du pouvoir à la vindicte populaire et le détournement des populations de leurs réelles préoccupations qui sont la hausse vertigineuse du coût de la vie et le déficit dans la réponse aux promesses de changement et de réalisation démocratique. Aussi nous réaffirmons à cet égard notre condamnation du déchaînement hystérique, de la confusion politique entretenue par les passions non maitrisables et les manœuvres politiciennes », ajoute le communiqué.

L’ONG a appelé les populations « à la raison et au refus de se laisser manipuler quand nos priorités et nos défis sont ailleurs ». Elle a appelé le pouvoir et les politiques « à jouer un rôle d’hommes d’Etat qui n’usent pas l’opportunité de leur média pour appeler à la vindicte populaire quand ils auraient du être plus modérateurs et acteurs pour la cohésion sociale et la paix».

Source: alakhbar

Toute reprise partielle ou totale de cet article  devra faire référence à  www.rimweb.info

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind