Affaire Macina : Quand un prisonnier trouble l’ordre de la République

Mohamed El Hadi MacinaL’ancien secrétaire général du ministère de l’Intérieur, aujourd’hui incarcéré à la prison civile de Nouakchott, est un homme bien gênant ! Ayant décidé de passer à table face à la police dans l’affaire de détournement de fonds publics portant sur la confection des bulletins de vote en 2009, il aurait fini sa déposition en revenant sur près de 50 dossiers qu’il a eus à gérer lors de ses treize années de fonction dans son ancien département !
L’affaire dite du désormais ancien secrétaire général du Ministère de l’Intérieur,Mohamed El Hadi Macina risque de créer des vagues dans la République !
Interrogé par la police, l’homme aurait beaucoup parlé tant bien qu’il aurait évoqué la quasi-totalité des affaires, des transactions et autres marchés qui ont été menés dans son ancien département durant les treize années qu’il a eues à diriger le ministère de l’Intérieur !
Ses révélations porteraient sur trois chapitres : l’enveloppe financière réservée à la confection des bulletins de vote de la présidentielle de 2009, l’utilisation des fonds des conseils locaux et des programmes de développement décentralisé, puis les fonds destinés aux Willayas du pays.
C’est ce que nous avons appris de sources sûres qui indiquent que le juge d’instruction, à charge de cette affaire, s’apprêterait à convoquer les personnes cibles qui seraient au nombre d’une quarantaine : outre quatre ministres, ce répertoire comprend des responsables administratifs et financiers, des Walis et des préfets.
Pour l’heure, il s’agirait pour le juge d’amener les personnes cibles à justifier certaines dépenses confinés dans des rapports d’activités mais qui demeurent sans justificatif. Il s’agit aussi en amont, de savoir comment ont été passés les marchés de confection des listes électorales lors de la présidentielle de 2009. Sur ce dernier chapitre, quatre ministres seraient attendus.
Pour nombre d’observateurs, l’homme peut être contraint de divulguer certains dossiers confidentiels du ministère sinon révéler des dépassements capables de noyauter d’autres personnalités avec lui, dans des affaires importantes, dans sa quête d’une perche de salut lui permettant de recouvrir la liberté, notamment en se vengeant de ses ex-collègues au sein du département.
Selon des sources dignes de foi, c’est à partir de la mi-mars que le juge d’instruction a décidé d‘entamer son travail. Conscients de cet état de fait, ils ont ainsi nombreux les hauts responsables qui craignent pour leur avenir.
Une crainte d’autant plus justifiée que le président de la République tiendrait particulièrement à connaître d’une part, les tenants de l’affaire portant sur la confection des listes en 2009 et de l’autre, celle relative à la gestion des fonds publics.

JOB

Source:  L’Authentique

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge