Afghanistan: l’EI est-il derrière une attaque meurtrière à Jalalabad? Par RFI

Explosion meurtrière à JalalabadEn Afghanistan, ce samedi 18 avril 2015, un attentat suicide commis dans la ville de Jalalabad (est du pays) a coûté la vie à au moins 33 personnes, et en a blessé une centaine d’autres. Une attaque qui intervient alors que la fin de l’hiver marque ce qu’on appelle traditionnellement, en Afghanistan, la « saison des combats ». Même s’il faut se méfier à ce stade des effets d’annonce, l’attaque – dont les talibans nient la responsabilité – aurait été revendiquée par l’organisation Etat islamique.

Pour récupérer leur salaire ce samedi matin, de nombreux fonctionnaires faisaient la queue devant une banque de Jalalabad, la grande ville afghane de l’est du pays non loin de la frontière pakistanaise. Et c’est précisément au milieu de cette foule qu’un kamikaze a fait exploser sa charge.

Le retour de la « saison des combats »

Comme souvent lorsque des civils sont les principales victimes d’une attaque, le porte-parole des insurgés talibans a décliné toute responsabilité concernant cet attentat. Tandis que Daesh a fait circuler une photographie d’un kamikaze présenté comme l’auteur de l’attentat. Ce qui a fait dire au président Ashraf Ghani : « Daesh a revendiqué cet attentat », tandis qu’une personne se présentant comme un porte-parole du groupe Etat islamique en a dit tout autant, par téléphone, à l’Agence France-Presse.

Traditionnellement, au retour des beaux jours printaniers, lorsque les cerfs-volants se mettent par ailleurs à planer plus nombreux dans le ciel de la capitale Kaboul, revient également la reprise de la saison dite des combats, qui avaient été ralentis par la neige hivernale et le froid. Mais si l’implication de l’organisation EI devait être confirmée, ce serait une première dans le pays.

Recrudescence des attaques depuis un mois

Des combats et des attaques se sont donc multipliés ces derniers jours, dans la foulée de l’annonce de Barack Obama, le mois dernier, de ralentir le rythme du retrait des quelque 10 000 soldats américains encore présents dans le pays pour entraîner et soutenir l’armée afghane.

En une semaine, un convoi de l’Otan a ainsi été visé, là encore à Jalalabad, tuant trois civils. Et dans la région du Badakhshan, dans le nord-est du pays, ce sont cette fois 18 militaires afghans qui ont trouvé la mort.

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge