Afrique (Mali-Mauritanie-Niger) : mise en ligne d’un avion commun : Malédiction de Air France – Vers la Guéguerre politique – Dilapidation du denier public.

Avion1C’est la décision politique jugée très pertinente qui anime les salons feutrés. Certains pays africains ont manifesté leur inquiétude par rapport au sujet. Mais trois pays sont très avancés dans les réflexions pour concrétiser le projet. Il s’agit du Mali, de la Mauritanie et du Niger.

Le Président du Mali a profité de sa visite au président mauritanien pour rendre publique la nouvelle.

Au Mali, des responsables de l’Agence Nationale de l’Aviation Civile (ANAC) craignent quant à la réussite du projet. Leur inquiétude s’inspire des conséquences politiques entre des leaders africains quant à la gestion de Air France. Cela avait endommagé les relations entre des pays dans le temps. Tout pays africain à qui revenait la gestion s’agrippait et ne voulait céder après la fin de son mandat.

Pour la cause, à titre illustratif, sont cités Felix Houphouët Bougni, dit le Vieux père de l’indépendance Ivoirienne ; Oumar Bongo du Gabon ; Senghor et Abdoulaye Wade du Sénégal etc.

Ils se sont déchirés entre eux et Air France a finalement perdu son titre de ‘’Roi-aérien’’ en Afrique. En plus de cela, l’entretien de l’appareil risquera d’être un problème, car demande un fonds colossal. Ont-ils les moyens (pays africains) ?

Dans les pays comme le Mali, la crise économique n’est plus à démontrer. D’énormes secteurs importants souffrent et il faut, en toute urgence, une aide financière. L’Education, la Santé, l’armée malienne etc. Malgré ces problèmes notoires, l’Etat malien est sur le point de s’aventurer dans d’autres dont la gestion dite commune (dans ce cas) mettra en mal le fonds du contribuable malien.

Pour le départ, trois pays sont avancés dans la concrétisation du projet. Il s’agit du Mali, de la Mauritanie et du Niger. Pour ceux qui sont réticents, pour le moment, la porte est toujours ouverte. Certains pays ne tarderont pas à rejoindre le trio. Nous a confié notre interlocuteur.

Une rencontre est même prévue en fin du mois en Mauritanie pour la cause. La délégation malienne qui sera composée par le ministre de l’Equipement et des Transports, Koumaré, et des experts de l’espace aérien (ANAC) etc. prendront part. Leur vol serait prévu pour le 25 janvier.

Boubacar Yalkoué

Source : Malijet

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge