AGIR CONTRE LE VIOL

femmeviole

Il y a quelques jours, l’opinion publique nationale et internationale a été, de nouveau, profondément choquée par le décès d’une fillette qui  a succombé a des brûlures qu’un gang de violeurs lui a infligé. Zeinabou  Mint Abdellahi, une gamine âgée de 09 ans, a été kidnappée, violée et brulée vivante par 3 gangsters qui, semble t-il, ont été arrêtés.

Mais ces arrestations sont loin de satisfaire une opinion publique qui ne décolère pas puisque le scenario de violeurs qui assassinent leurs victimes s’est produit à plusieurs reprises dans notre pays. C’est un remake qui s’est produit avec :

  • Penda Soghé qui a été violée à Nouakchott, assassinée et les yeux ont été crevés. Les violeurs et assassins ont été arrêtés le même soir.
  • Kady Touré une fillette de 6 ans violée et assassinée par un maçon qui travaillait chez elle. Il a brisé son coup, l’a mise dans un sac et l’a jetée au bord de la mer à Nouakchott.
  • Aissata Diop a été retrouvée, violée et assassinée dans son domicile à Nouadhibou
  • Une fille âgée de 15 ans violée par un maitre coranique à Nema.
  • Une fille de 11 ans kidnappée devant son école, finalement, violée tuée dans une maison abandonnée à Dar Naim 18.
  • Une jeune femme violée par 5 hommes dont des gardes  à  Bir-Mougrein. Elle est devenue folle après cet acte barbare. Quant son père a porté plainte au niveau du tribunal régional de Tiri-Zemour, le procureur l’a mis à la porte.
  • Une petite de 5 ans a été violée par un commerçant à Nouadhibou
  • Une petite fille de 10 ans violée par un  directeur d’école a Nouadhibou
  • Une petite de 5 ans a été violée par un commerçant à Sebkha.
  • une petite fille de 11 ans violée par son voisin à El Mina
  • une Mineure violée et enfanté par son cousin.
  • une domestique âgée de 20 ans violée par le petit frère de sa patronne, qui est toujours en liberté.
  • Une domestique violée et kidnappé par 4 personnes qui jusqu’à présent sont en cavale.
  • Le directeur du centre islamique de Mauritanie à Dakar a violé une fille à Shegar qui a finalement accouché.
  • Une fille violée à Atar par un transporteur. Malgré les plaintes déposées par les parents et l’AFCF, ce monsieur n’a jamais était entendu à cause de la complicité de son parent magistrat.

La liste des crimes n’est pas limitative ; mais nous permet de mettre en exergue cette délicate situation, surtout les cas de viols suivis d’assassinat.

Toute cette recrudescence du viol  est due au manque de test  ADN, manque d’un laboratoire spécifique pour les examens  du viol. Le seul laboratoire disponible est celui de l’hôpital national qui ferme ses portes à partir de 12h. Les résultats des autres laboratoires privés ne sont pas acceptés.

L’impunité encourage la criminalité

La flambée des cas de viol est causée par la déconcertante facilité avec laquelle, les criminels des récidivistes du viol obtiennent la liberté provisoire, l’absence des lois criminalisant le viol et pénalisant  les violeurs.  Mais aussi  la démission des parents vis-à -vis de l’éducation de leurs enfants étant donné que la famille est  la  première école. Cette insécurité qui menace les ménages, aujourd’hui, est une conséquence de l’interventionnisme de certaines autorités et des personnalités influentes de la tribu ou de l’élite politique.

De nos jours, le viol tape à toutes les portes et devient une menace sérieuse en république islamique de Mauritanie.

L’AFCF lance un appel à tous les citoyens mauritaniens d’être très vigilants et de dénoncer le viol au lieu de le cacher. Elle exige du pouvoir mauritanien la mise en place d’un arsenal juridique spécifique aux violences à l’égard des femmes.

A l’instar des autres pays arabo-africains et dans le monde  entier,  la Mauritanie doit  préserver les droits fondamentaux de la femme et de l’enfant.

Elle doit aussi mettre fin à ces crimes odieux en utilisant tous les moyens efficaces dont au premier rang, l’adoption de loi criminalisant le crime du viol et son application. Nous exigeons, aussi, la suppression de la liberté provisoire accordée aux violeurs  qui leur permet d’échapper au sort qu’ils méritent. La Mauritanie peut s’appuyer sur l’exemple de l’inde: lorsqu’une étudiante a été violée en Inde toute la population  était descendue  dans la rue pour réclamer justice. Les violeurs ont été durement sanctionnés et depuis lors aucun cas de viol n’as été enregistré.

Nous souhaitons que la Mauritanie profite de cet exemple, étant donné qu’on est le deuxième pays après l’inde qui a connu le crime du viol suivi d’assassinat.

Source : AFCF

 

 

 

 

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge