ALLO 116 ! ALERTE AUX GRANDS MOULINS DE MAURITANIE CA BOUGE COTE SYNDICAT !!!

syndicats-rimweb.net

Au moment ou tous les projecteurs sont braqués sur les grandes multinationales (Tasiast, MCM .) on oublie qu’ici à Nouakchott à quelques mètres du bureau de Madame la Ministre de la fonction publique, du travail et de la modernisation de l’administration les lois et règlements de ce pays sont violés avec le plus grand mépris et à tous les niveaux et l’exemple le plus frappant est celui des grands moulins de Mauritanie.

Dans cette boite, tous les ingrédients sont servis :

Licenciements abusifs : Vous vous souvenez certainement de l’affaire Moussa Diop expulsé pour avoir touché la chemise du « supérieur »français Monsieur mise à pied-expulsion  bourreau désigné des sujets Mauritaniens .Au palmarès on compte : Aliou Diallo – Cheikh Ould Khall – Alassane Gueye – Ahmed Boubakrine – Med Salem Ould  Alioune – Oumarou  -Aminata Fall – Aminata Diongue – Abdallahi Mbow  Etc..

Cibles prochaines : Moustapha Ould Zein (cas intéressant sur lequel nous reviendrons dans nos prochaines livraisons)

-Les délégués du personnel: Moctar Ould Bilal, Djibril Diop et Salem Ould Abdallah pour avoir exercés leur  droit syndical

-Mohamed Lemine  Ould Oubeid pour avoir affiché son soutien a un collègue injustement puni

-Moustapha Kane : affaibli par son diabète et qu’on veut liquider tout simplement

Non respect du décret 224 sur la maritimisation des postes : cette entreprise ne compte aucun cadre Mauritanien et paradoxalement les fonctions qu’occupent les expatriés sont ceux parmi lesquels on compte le plus de diplômés chômeurs: comptabilité, gestion ; ressources humaines

Et ceux ne sont pas les sortants des facultés de droit et d’économie qui me contrediront.

Travail clandestin : cette boite emploie au noir des dizaines d’expatriés  sans contrat de travail, ni aucune sécurité sociale tout comme on continue d’utiliser des jeunes mauritaniens comme des journaliers  et ce pendant des années sans aucune perspective de régularisation.

-Brimades et insultes de toutes sortes :comme à l’époque coloniale les employés sous-payés subissent toutes sortes de propos insidieux, vexatoires et méprisant, on les utilise pour les travaux d’entretien des belles villas des « maitres »et cela en dehors des heures de travail et celui qui rechigne est mit au pilori ;le fond d’aide tout comme les primes et autres avantages sont des armes qu’on utilise pour récompenser les plus dociles et les rapporteurs de ragots et qu’on retourne contre les récalcitrants qui osent réclamer le moindre droit. Pourtant nous sommes bien  en 2013 et à Nouakchott, capitale de le République Islamique de Mauritanie.

Interdiction est faite aux employés Mauritaniens qui ont des véhicules de stationner à l’intérieur du site et  on les accuse implicitement d’être les auteurs des vols supposés détectés par les cameras et dont on a jamais nommés les auteurs qu’on dit avoir identifiés choses que l’un des employés outré (Moustapha Zein) a rejeté avec la plus forte énergie, ce qui lui vaut aujourd’hui les foudres de la direction.

C’est pourquoi par le numéro 116 d’alerte aux urgences Madame la ministre est interpellée  tout comme l’inspection du travail, pour prendre les mesures idoines et rendre aux fils de ce pays leur dignité et leur honneur bafoués. Les associations des diplômés chômeurs, l’ANAPEJ,  les syndicats et l’ensemble des forces vives de ce pays doivent  se lever comme un seul homme  pour reconquérir  leurs droits et dire STOP ! CE PAYS ON LE RESPECTE OU ON LE QUITTE !

 

Le syndicaliste

Source : Essirage

ALLO 116 ! ALERTE AUX GRANDS MOULINS DE MAURITANIE !!!

 

altAu moment ou tous les projecteurs sont braqués sur les grandes multinationales (Tasiast, MCM .) on oublie qu’ici à Nouakchott à quelques mètres du bureau de Madame la Ministre de la fonction publique, du travail et de la modernisation de l’administration les lois et règlements de ce pays sont violés avec le plus grand mépris et à tous les niveaux et l’exemple le plus frappant est celui des grands moulins de Mauritanie.

Dans cette boite, tous les ingrédients sont servis :

Licenciements abusifs : Vous vous souvenez certainement de l’affaire Moussa Diop expulsé pour avoir touché la chemise du « supérieur »français Monsieur mise à pied-expulsion  bourreau désigné des sujets Mauritaniens .Au palmarès on compte : Aliou Diallo – Cheikh Ould Khall – Alassane Gueye – Ahmed Boubakrine – Med Salem Ould  Alioune – Oumarou  -Aminata Fall – Aminata Diongue – Abdallahi Mbow  Etc..

Cibles prochaines : Moustapha Ould Zein (cas intéressant sur lequel nous reviendrons dans nos prochaines livraisons)

-Les délégués du personnel: Moctar Ould Bilal, Djibril Diop et Salem Ould Abdallah pour avoir exercés leur  droit syndical

-Mohamed Lemine  Ould Oubeid pour avoir affiché son soutien a un collègue injustement puni

-Moustapha Kane : affaibli par son diabète et qu’on veut liquider tout simplement

Non respect du décret 224 sur la maritimisation des postes : cette entreprise ne compte aucun cadre Mauritanien et paradoxalement les fonctions qu’occupent les expatriés sont ceux parmi lesquels on compte le plus de diplômés chômeurs: comptabilité, gestion ; ressources humaines

Et ceux ne sont pas les sortants des facultés de droit et d’économie qui me contrediront.

Travail clandestin : cette boite emploie au noir des dizaines d’expatriés  sans contrat de travail, ni aucune sécurité sociale tout comme on continue d’utiliser des jeunes mauritaniens comme des journaliers  et ce pendant des années sans aucune perspective de régularisation.

-Brimades et insultes de toutes sortes :comme à l’époque coloniale les employés sous-payés subissent toutes sortes de propos insidieux, vexatoires et méprisant, on les utilise pour les travaux d’entretien des belles villas des « maitres »et cela en dehors des heures de travail et celui qui rechigne est mit au pilori ;le fond d’aide tout comme les primes et autres avantages sont des armes qu’on utilise pour récompenser les plus dociles et les rapporteurs de ragots et qu’on retourne contre les récalcitrants qui osent réclamer le moindre droit. Pourtant nous sommes bien  en 2013 et à Nouakchott, capitale de le République Islamique de Mauritanie.

Interdiction est faite aux employés Mauritaniens qui ont des véhicules de stationner à l’intérieur du site et  on les accuse implicitement d’être les auteurs des vols supposés détectés par les cameras et dont on a jamais nommés les auteurs qu’on dit avoir identifiés choses que l’un des employés outré (Moustapha Zein) a rejeté avec la plus forte énergie, ce qui lui vaut aujourd’hui les foudres de la direction.

C’est pourquoi par le numéro 116 d’alerte aux urgences Madame la ministre est interpellée  tout comme l’inspection du travail, pour prendre les mesures idoines et rendre aux fils de ce pays leur dignité et leur honneur bafoués. Les associations des diplômés chômeurs, l’ANAPEJ,  les syndicats et l’ensemble des forces vives de ce pays doivent  se lever comme un seul homme  pour reconquérir  leurs droits et dire STOP ! CE PAYS ON LE RESPECTE OU ON LE QUITTE !

 

Le syndicaliste

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind