Allocution de Biram Dah Abeid, récipiendaire du prix Echos Of Africa, le 8 aout 2014 dans l’hôtel de ville de Philadelphia, Pennsylvania, Etats-Unis d’Amérique.

Biram à Aleg - campagne

Madame le maire, honorables élus, excellences ministres et ambassadeurs, chers amis de la société civile, honorable assemblée :

Permettez-moi de féliciter le jury de la ville de Philadelphia, pour son choix judicieux de nous décerner le prix Echos Of Africa pour l’année 2014 : une distinction en hommage à l’apport de l’Etat de la Pennsylvanie en général et de la cité de Philadelphia en particulier, dans les luttes pour l’indépendance des Etats-Unis, et, l’émancipation et les droits civiques des Afro-Américains.  Ces thèmes, fondements de la dignité de tout peuple et des droits sacrés de la personne humaine, reflètent, hélas, notre contexte national en Mauritanie,  marqué par l’hégémonie ethnique et de race, l’exclusion, la discrimination, la pauvreté et  l’injustice. Ce sont là des enjeux de gouvernance, perfides, ignobles et hors-la-loi, institutionnalisés et déniés par l’Etat mauritanien. Ce geste de reconnaissance et de soutien de la part de la ville et de l’Etat qui ont abrité la signature du traité de l’indépendance des USA et le siège des deux premiers présidents, une ville creuset des élites et des luttes abolitionnistes Afro-Américaines, ce geste contribuera à l’imposition d’une nouvelle redéfinition des rapports du monde libre, avec l’Etat et les groupes dominants mauritaniens, coupables d’institutionnalisation et de sacralisation du racisme, de l’esclavage contre les noirs, à l’instar des Afrikaners au temps de l’apartheid en Afrique du Sud.

C’est donc un immense plaisir pour moi, de vous livrer l’expérience d’ IRA Mauritanie et d’autres acteurs, dans mon pays,  sur l’engagement citoyen pour le changement, l’égalité, les libertés et l’entreprenariat social.

Depuis sa création en 2008, IRA – Mauritanie, œuvre, malgré sa non reconnaissance officielle, à éradiquer les pratiques d’esclavage traditionnel et moderne, les discriminations raciales, tire la sonnette d’alarme à propos du cancer qu’est la corruption et des dangers apocalyptiques des destructions écologiques. Notre organisation compte des milliers de membres et de sympathisants à travers le pays et à l’étranger.

Par des actions citoyennes de dénonciation, d’indignation et le plaidoyer, IRA Mauritanie, alerte les autorités policières et judicaires sur les crimes d’esclavage qui lui sont quotidiennement signalés. Elle apporte appui et assistance aux victimes, par l’aide judiciaire et la publication, aux fins d’interpeller l’opinion.

A ce jour, aucun de ces crimes, pendant devant la justice n’a trouvé un jugement équitable. Les présumés responsables des pratiques esclavagistes, continuent de jouir d’une totale impunité et les victimes apeurées et intimidées survivent dans la misère et la désolation.

Les militants antiesclavagistes d’IRA Mauritanie sont régulièrement arrêtés, torturés et jetés en cellule. Messieurs Hanana Ould MBoïrick et Boubacar Ould Yatma,  purgent une peine d’un an d’emprisonnement ferme ; Cheikh Ould Vall écope de 6 mois ; tous croupissent dans les geôles mauritaniennes.   Ces activistes, à l’instar de dizaines de membres d’IRA au cours des années et mois écoulés, sont condamnés parce qu’ils s’étaient organisés au sein d’IRA pour dénoncer le racisme et l’esclavage et assister les victimes dans le cadre d’actions et procédures légales et pacifiques. En effet, comme tout membre d’IRA, ces trois prisonniers d’opinion, ont réclamé que toute la lumière soit faite sur l’expropriation des terres des descendants d’esclaves Hratines et de l’ensemble des noirs non arabophones de  Mauritanie ; ainsi, nos amis en détentions et nous mêmes,  luttons pour l’application effective de la loi criminalisant l’esclavage et une prise en charge des victimes « libérées ».


Honorable assistance

A ce jour, le seul programme mis en place par le gouvernement, l’Agence de Solidarité TADAMOUN, ne profite jamais aux victimes. Les financements obtenus des organismes occidentaux et du golf arabique, bénéficient aux seules milieux présumés coupables, et d’extraction esclavagiste qu’à la population issue de milieux et de conditions serviles. En effet, ils sont gérés et mis en œuvre par et pour des personnes favorables au système de domination, des notables et cadres issus de la communauté arabo berbère, qui s’est accaparée de tous les leviers du pouvoir et détourne à son seul profit les richesses du pays, l’aide au développement et l’argent de la coopération.

L’action citoyenne pleine et entière ne peut s’exercer dans un environnement discriminatoire et d’exclusion.
Les Hratin et les afro mauritaniens, vivent une situation de marginalisation généralisée, systématique, multidimensionnelle et bien structurée. Elle produit l’exclusion du pouvoir politique, économique, culturel ainsi que du commandement, militaire, sécuritaire, etc.  Par exemple, selon le Rapport du Rapporteur spécial de l’ONU sur les formes contemporaines de racisme, de discrimination raciale, de xénophobie et de l’intolérance qui y est associée,  M. Mutuma Ruteere« Environ 50 % des Haratines vivent dans des conditions d’esclavage, soumis qu’ils sont à la servitude domestique, au travail forcé ou au travail sous contrainte. Ils demeurent marginalisés et sous-représentés aux postes politiques et dans la fonction publique. En 2013, seulement 5 des 95 sièges à l’Assemblée nationale étaient occupés par des Haratines et un seul sénateur sur 56 appartenait à ce groupe. De plus, seulement 2 des 13 gouverneurs régionaux et 3 des 53 préfets régionaux sont Haratines».

Ce Rapport d’une instance des Nations unies, confirme que «Des pratiques discriminatoires analogues affectent, à des degrés divers, les autres communautés afro-mauritaniennes, en particulier la minorité wolof. »

En effet, les afro-mauritaniens sont à peine mieux lotis dans cette fabrique de misère, d’essence racialiste et tribale.

Selon d’autres sources, les Hratin comptent pour 80 % de la population analphabète, 80 % d’entre eux n’ont pas achevé l’école primaire, et ne représentent que 5 % des étudiants de l’enseignement supérieur. Plus de 90 % des dockers, des domestiques, des maçons, ouvriers agricoles, bergers et autre travailleurs occupant des emplois non qualifiés et mal payés sont des Hratin ; or, seuls 2 % des fonctionnaires de haut rang et des dirigeants des secteurs public et privé sont issus de ce groupe.

Pour entretenir le déni et narguer l’opinion internationale, le gouvernement mauritanien coopte quelques rares personnes des communautés hratin et afro-mauritaniennes aux fins de colorer la façade de l’édifice. Ces dernières, ne jouissent d’aucun respect et se cantonnent à la figuration ;  leur capacité de décision demeure inexistante, limitées qu’elles sont par la consignes claire et non-écrite dans un rôle pitoyable de délateurs et de faux témoins, contre les humbles et les justes, issus de leurs communautés.

Les organisations de la société civile mauritanienne, inféodées au gouvernement, sont les seules écoutées par le pouvoir et jouissent de tous les privilèges. Elles s’emploient à justifier la politique d’exclusion du gouvernement et s’avèrent peu préoccupées de la situation des personnes vulnérables. Elles se contentent, avec un zèle proportionnel aux rémunérations, à venir conforter les thèses du gouvernement, dans les forums internationaux et à l’intérieur du pays.


Honorable assistance

La Mauritanie produit plus de 10 millions de tonnes de fer par an, ce qui constitue la principale source de revenus du pays. Elle exporte également du pétrole, de l’or et, avant tout, du poisson, en grande quantité. Les rentes tirées de ces ressources devraient mettre la totalité des citoyens mauritaniens, à l’abri du besoin. Mais la mauvaise gouvernance et l’opacité dans la gestion publique, ont conduit le pays à entretenir des rentes de monopole, au profit d’une poignée d’individus, issus de la communauté arabo-berbère, celle, justement, des anciens maîtres.  Les organisations de la société civile impliquées dans la transparence des industries extractives, ne trouvent pas un accès aux informations et données fiables pour la conduite de leur travail.

Le système d’exploitation et d’exclusion en Mauritanie, contraint les dockers, ouvriers du bâtiment, les marins-pêcheurs, les mineurs et autres travailleurs journaliers, issus des communautés Hratines et afro-mauritaniennes à une sous-traitance automatique, sous contrôle de la minorité tribale qui gouverne, depuis l’Indépendance, sans discontinuer. Le système de prédation des biens de l’Etat et de préférence à l’attribution du crédit bancaire, permet, au groupe dominant, de détenir les moyens et agréments requis à l’exercice de toute activité lucrative dans les secteurs clés de l’économie. Les victimes de l’exploitation touchent de misérables rémunérations et se heurtent à la force brute, quand elles s’avisent de manifester.


Honorable assistance

Les Hratin et les afro mauritaniens, constituent l’écrasante majorité de la population mauritanienne. Ils sont embrigadés, pour entretenir une démocratie de façade et un système de gouvernance ne profitant qu’aux seuls arabo berbères. Les masses noires de Mauritanie, très visibles dans les taches subalternes et la misère des zones périphériques, ne sont sollicitées qu’à l’occasion de processus électoraux,  à l’avance déterminés.

Outre le volet de la discrimination flagrante au sein des Forces armées et des polices, les principales sociétés de sécurité et les membres des fédérations de tir à la cible traditionnelle possèdent des armes à feu et suffisamment de munitions dont la délivrance, discrétionnaire, relève d’une faculté régalienne de l’Etat ;  ces organisations, constituées de membres issus de la seule communauté arabo berbère, détiennent des moyens de coercition létale et les pratiquent, sans aucun contrôle. Nous déplorons la gestion opaque et exclusive du secteur et sommes préoccupés des visées inavouées de ces milices de fait.


Messieurs et Dames, élus de la ville de Philadelphia, chers invités

En Mauritanie, la communauté Afro-Mauritanienne vit un deuil depuis le milieu des année 80 lorsque l’Etat Mauritanien a minutieusement mis sur pieds un plan de dé négrification du pays ; ce plan s’est soldé par une tentative de génocide qui a endeuillé les ethnies Afro-Mauritaniennes : puulaar, sooninko, woolf et bambara de Mauritanie ;des dizaines de milliers de déportés aux Sénégal et au Mali, des milliers de cadres et fonctionnaires au sein des corps civils et militaires, dans les secteurs, public et privé, ont été chassés de leur emplois ou fonctions, des centaines de personnes de race noire ont été tuées dans des pogroms dans les rues des villes de Mauritanie, des milliers de personnalités et cadres civiles et militaires Afro-Mauritaniens ont été arrêtés, torturés, internés dans des camps-mouroirs ou des centaines parmi eux ont perdu la vie ; des villages entiers d’Afro-Mauritaniens ont été rasés, leurs terres, leurs biens meubles et immeubles ont été expropriés.

Les orphelins, veuves et veufs,  parents des disparus, ainsi que les déportés revenus dans le pays, ceux toujours vivants en exil et les rescapés de cette tentative de génocide, réclament toujours la vérité, la justice et les réparations ; L’Etat Mauritanien persévère dans son entêtement à vouloir imposer l’impunité définitive à ces assassinats collectifs et autres crimes assimilables à la définition de génocide dans le droit international ; moi même, votre lauréat, Biram DahAbeid, et IRA-Mauritanie, l’organisation que je dirige, avons opté pour un soutien indéfectible aux victimes de ces crimes jusqu’à ce que tous les ayant-droit trouve leur consolation par la vérité, la justice et les réparations, et à travers un mécanisme impartiale, équitable et transparent ; je vous convie chers élus, chers amis, chers combattants abolitionnistes et contre le racisme, je vous convie à  nous épauler dans cette bataille pour la vérité, cette bataille pour la justice ; nous attendons de vous donc votre soutien par le plaidoyer et le lobbying devant les institutions américains et internationales.

Vive l’Honneur de la Personne Humaine

Je vous remercie

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge