Amenas : le message algérien n’était pas destiné aux seuls terroristes…


Depuis le 11 septembre, nous savons définitivement qu’en matière de terrorisme toutes les manipulations les plus infâmes sont possibles, le plus inimaginable est possible. Depuis l’assassinat de JFK jamais les USA n’ont été si incapables de s’expliquer parfaitement face à un attentat sur leur sol plus douteux que jamais. Plus c’est gros, plus ça passe dit-on. Qu’est-ce une poignée de civils tués, moins que les accidents de la route, face à des enjeux colossaux qui pèsent des centaines de milliards de dollars sans parler d’enjeux géopolitiques stratégiques ? 

Depuis bientôt une dizaine d’année, on nous annonce que le sahel sera une zone de conflit entre diverses puissances, depuis bien longtemps, on nous explique que la zone va devenir de plus en plus instable, depuis des années, on nous parle au-delà de nos petits pays, d’intérêts colossaux impliquant le débarquement en Afrique de la Chine et des USA sur leur chameau de guerre saoudien toujours prêt à pousser plus loin le fanatisme pour que personne ne s’intéresse à ce qui se passe chez eux, on nous parle aussi d’autres puissances du golfe qui se livrent partout jusqu’au sahel désormais une guerre sans merci par bandes interposées, on nous dit ceci et cela et nous n’avons aucun moyen d’y voir clair car seuls les états peuvent saisir ce qui se passe sans pouvoir eux non plus accuser officiellement tel ou tel d’être responsable tant les marionnettistes sont loin des marionnettes et tant les fils sont longs et mélangés.

En termes de manipulation, c’est un jeu criminel où tout le monde joue au poker et à l’apprenti sorcier sauf les états qui ne sont pas de la région et qui ne risquent finalement que de perdre la partie d’un point de vue économique et d’influence politique. Les états de la région sont dépassés sauf l’Algérie dont la puissance même faible face à d’autres puissances étrangères au continent n’en reste pas moins une véritable puissance de la place qui sait très bien ce qui se passe sans pouvoir non plus en dire un mot.
D’ailleurs dire la vérité à qui ? Notre ami B.Pascal disait «  je ne crois qu’aux histoires dont les témoins se feraient égorger ». Les peuples dorment et doivent dormir sinon ce serait le cauchemar pour tous. Sauf que désormais les états africains ne dorment plus, du moins leurs dirigeants. Il savent très bien ce qui se passe mais là encore chacun fait l’innocent tellement la manipulation est relativement simple dans ces coins surtout quand on a affaire à des illuminés ignorants qui ne savent certainement rien du monde qu’ils combattent sinon ils ne feraient pas eux-mêmes tant de bêtises comme s’ils voulaient eux-mêmes faire venir sur le sol Malien de quoi les anéantir. Pauvre Mali qui sert désormais de terrain de guerre où il est impossible de savoir exactement ce qui se passe ni vers quoi se dirige-t-on.
Toutefois, en l’absence de vision claire, une méthode permet le lever un coin du voile sur le brouillard. En effet, les astrophysiciens peuvent savoir qu’une planète existe sans même la voir, il leur suffit de considérer la déformation du champ magnétique dans son environnement. Ce n’est qu’une méthode indirecte parmi d’autres pour déceler la présence d’un corps tiers invisible.
De même, en géopolitique, on peut en voyant la déformation d’une certaine logique déterminer la présence d’un « diable » qui agite le terrain. En cela ce qui vient de se passer en Algérie et au Mali laisse perplexe :
Déjà au Mali, le problème des illuminés aurait pu être réglé très tôt, pourquoi avoir laissé la situation empirer malgré les appels du Mali et de la CEDEAO ? Pourquoi ne parle-t-on plus que des illuminés en oubliant qu’ils ne sont pas les seuls à avoir contribué au désastre malien. D’autres groupes indépendantistes sont responsables pour les avoir épaulés dans cette affaire sans parler des états voisins directement impliqués par un certain soutien racial ?
Passons.
Regardons plutôt du côté Algérien où l’affaire à In Amenas en dit beaucoup sur tout-à-fait autre chose : l’Algérie a fermée ses frontières après les premières attaques françaises afin d’éviter le ressac des illuminés et pour les prévenir de chercher une autre direction de repli. Il est établi que l’attaque du site à Amenas était prévue de longue date bien avant la fermeture des frontières algériennes à l’époque où l’Algérie n’avait pas encore autorisé l’aviation étrangère à survoler son territoire.
Ainsi, si quelqu’un voulait impliquer l’Algérie directement dans ce conflit mais surtout impliquer d’avantage d’autres puissances étrangères, rien de tel qu’une prise d’otages sur un site stratégique impliquant tant de nationalités.
Comment croire une seconde que l’Algérie allait accepter les folles exigences des terroristes  à savoir 100 prisonniers salafistes à libérer, plus des 4X4 bien équipés et un corridor sécurisé pour retourner dans le désert hors de frontières algériennes de l’autre côté du site attaqué ? Seuls des illuminés naïfs pouvaient croire en cette possibilité. Comment ont-ils pu si bien s’informer  sur la rotation des gardiens les lieux quand on est si naïfs ?
Tout porte à croire que la réaction violente de l’Algérie est un message à ceux qui seraient tentés de l’impliquer ou de se servir de ses trésors miniers dans cette affaire. Si l’occident s’est dit indigné sans trop accabler l’Algérie ce n’est pas comme on l’a entendu partout dans les médias occidentaux parce qu’il ne faut pas se fâcher avec l’Algérie vu que son espace aérien est ouvert mais aussi parce qu’en termes de fiasco des forces spéciales, ni les américains ni personne au monde ne peut présenter de bilan propre ; les français en savent quelque chose tout récemment… On notera aujourd’hui que contrairement aux anglais et aux américains qui se plaignent vivement, la France se dit comprendre parfaitement l’attitude Algérienne comme si pour une fois l’Algérie et la France ont compris que l’enjeu n’est plus leur guerre froide sur place mais plutôt le risque de laisser faire bien d’autres puissances qui veulent s’emparer de l’Afrique petit à petit…
La rapidité avec laquelle la France a dû intervenir après une percée dingue vers Mopti des illuminés est la preuve que ces illuminés ne savent pas ce qu’ils provoquent ni qui ils combattent à moins qu’ils ne le savent que trop et qu’ils sont payés en toute connaissance de cause comme des mercenaires histoire d’entraîner la suite… La France est même peut-être tombée dans un piège à l’insu de son plein gré car désormais avec le repli des illuminés, la France devra occuper le terrain jusqu’à ce que l’armée malienne soit en mesure d’être combattive autant dire qu’il faudra du temps. L’opinion publique française va-t-elle accepter cela en cas de mauvaises tournures dans cette guérilla où l’ennemi commence déjà à trouver du soutien dans les partis islamistes des pays voisins comme s’il suffisait à n’importe quel bandit de grand chemin de se déclarer djihadiste pour être défendable.
Pour le reste, une chose demeure certaine, c’est que cette attaque à Amenas n’est pas claire du tout… Elle a tout de suite été exploitée en Mauritanie pour bien montrer que la Mauritanie n’est pas la seule à combattre ces illuminés.
La Mauritanie commence à jouer très gros depuis que les « islamistes » arabo-berbères commencent  à prendre fait et cause pour les djihadistes sous prétexte de l’islam comme si nos oulémas à Nouakchott savaient exactement qui sont ces gens-là ! Ainsi nos islamistes prêchent contre le débarquement français ce qui bientôt va radicaliser leurs ouailles contre les français en Mauritanie. Ainsi bientôt l’état mauritanien n’aura plus seulement à surveiller nos frontières, mais il devra craindre un geste isolé d’un petit groupe qui passerait à l’acte après le matraquage de ces imams qui veulent être plus musulmans que les musulmans maliens qui remercient la France de les sauver de ces illuminés.
Nous verrons bien comment l’état mauritanien va gérer cette affaire même si la poussée islamiste intérieure ne peut être que du pain béni pour un régime militaire qui se dit civilisé et démocratique.
Pourvu que ce soutien des « islamistes » mauritaniens politiques et religieux ne soit pas perçu par les maliens comme une haine du nègre car alors les mauritaniens du mali auront de quoi s’inquiéter suivis ici des maliens en Mauritanie.
Les tueries sauvages entre mauritaniens et sénégalais en 1989, c’était ça…
L’inquisition des prétendus islamistes avance, nous devrons subir cette tyrannie de l’ignorance et du fanatique étroit en espérant ensuite en sortir. A défaut d’un quelconque programme politique qui puisse réveiller les foules, la religion est le dernier ticket des assoiffés de pouvoir politique autoritaire car avec leur vision la barbe fait le moine et l’esprit critique fait l’hérétique…
A part ça, une pensée au capitaine Sanogo dont l’œil noir couvert de bleus doit voir le blanc en rouge…
Source : Chezvlane

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge