Amnesty déplore « torture et mauvais » traitements dans centres de détention

Amenesty International -rimweb.net

Amnesty International s’est dite informée de cas de torture et de mauvais traitements de détenus dans les centres de détention mauritaniens, notamment aux commissariats du Ksar et de Tevragh Zeïna et à la prison des femmes, à Nouakchott. Ces cas ne sont pas suivis d’enquêtes.

Témoignage d’étudiants qui étaient détenus au commissariat du Ksar I

L’organisation a aussi recensé plusieurs cas de disparition forcée de prisonnier d’arrestation de manifestants pacifiques et détention d’hommes politiques.

« Plus d’un tiers des pays où Amnesty International a recensé des disparitions forcées en 2012 se situaient en Afrique sub-saharienne, et notamment en Angola, au Tchad, en Côte d’Ivoire, en République démocratique du Congo, en Guinée équatoriale, en Érythrée, en Gambie, au Mali, en Mauritanie, au Nigeria et au Soudan du Sud », peut-on lire sur le site de Amnesty International.

Dix-sept personnes, accusées de crimes liés au terrorisme, ont été condamnées à la peine capitale par des cours dont certaines ne répondaient pas aux normes internationales garantissant un procès équitable, selon Amnesty.

Amnesty International  déplore encore le fait que des personnes sont maintenues en prisons après expiration de leur peine.

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge