Amnesty International exige l’abandon des charges contre les militants abolitionnistes

Amnesty InternationalAmnesty International  et 16 organisations de la société civile ont lancé, lundi 1er août, un appel aux  autorités mauritaniennes à  abandonner « toutes les charges retenues contre 13 militants anti-esclavagistes et à  les libérer immédiatement et sans condition ». « Ces militants sont des prisonniers d’opinion, accusés à tort et incarcérés en vue d’entraver leur travail légitime. Régulièrement pris pour cibles en raison de leurs opinions, ils doivent être libérés immédiatement et sans condition », a déclaré Kiné Fatim Diop, chargée de campagne pour l’Afrique de l’Ouest à Amnesty International.

Selon elle, «cette persécution de longue date n’a aucun fondement légal. Les autorités doivent mettre fin à leur règne de la peur et cesser de réprimer les militants anti-esclavagistes.  Parmi ces 13 militants, aucun n’a organisé ni participé à la manifestation. Depuis leur inculpation, ils n’ont pu entrer en contact avec leurs avocats et leurs familles qu’une seule fois, indiquent ces organisations. »

« Rien ne justifie de les empêcher de communiquer avec leurs familles et leurs avocats. Toute personne privée de liberté a le droit de bénéficier de l’assistance d’un avocat, de communiquer avec ses proches et de recevoir leurs visites », a déclaré Mamadou Sarr, président du Forum des organisations nationales des droits de l’homme (FONADH).

Deux autres militants anti-esclavagistes Maafoud Ould Habib et Sidi Ould Hamdinou , président et vice-président IRA-Section Toujounine, ont été arrêtés entre le 20 et le 21 juillet et détenus au secret jusqu’au 26 juillet, avant d’être libérés sans inculpation.

Source: Le calame

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge