Appel aux élèves du lycée 1 de Sélibaby suite à la démission de l’état

Membre du bureau de parents d’élèves dont certains  ont été taxés d’appartenir aux FLAM et à l’ IRA  pour avoir poussé   au soulèvement  ou pour avoir   soutenu les élèves  dans leur mouvement au cours de l’année scolaire 2017/2018, Mr Boubou Koumé a fait le tour des classes du lycée de Sélibaby 1 ce Samedi ,15 décembre 2018  pour demander aux élèves de mettre la main  dans la poche  afin d’équiper les salles Ceci afin de  permettre les  lycées  et les collégiens  de  suivre  les cours de 8 heures à 14heures  Le secrétaire général du bureau des parents d’élèves du lycée de Sélibaby1 était  accompagné  des directeurs des études de l’établissement qui  a été primé meilleur établissement  au Guidimakha au titre de l’année scolaire écoulée. Aux  lycéens, Mr Koumé  a déclaré   l’incapacité du  premier responsable du secteur de l’éducation nationale  et   du  représentant de l’exécutif régional  de  mettre fin au problème du  double flux. Et  de  rappeler que  c’est  grâce  aux  parents d’élèves  qui s’étaient    fait  arrêtés par la police, neuf jours durant que  la construction de  dix salles de classes a eu lieu Et de dire  qu’il demande à chaque élève de contribuer à hauteur de 200 ouguiya pour l’achat des Table -bancs . Mais  reste à savoir si la  décision  de faire cotiser les élèves a été prise en assemblée générale ou individuellement et par quel bureau des parents d’élèves ?

En attendant  de trouver d’éléments de réponse à ces questions, il importe de  souligner  que l’acte   suscite  d’interrogations. Pour certains ce bureau est suspendu  de  ses activités et qu’il ne  peut plus représenter les parents d’élèves et avancent comme  preuve le fait qu’aucun membre du  dit bureau n’a été convié à la cérémonie de remise des prix organisée par la DREN il ’y a de cela  un mois

Pour d’autres, il est inconcevable qu’au moment où des organisations  de  la société civile  et des  partenaires internationaux  exigent de l’état   la gratuité  de l’enseignement, à Sélibaby on fait cotiser  des élèves au motif  d’équiper des classes. Pour le coordinateur régional  de l’Association Mauritanienne des Droits de l’Homme au Guidimakha(AMDH), cette décision est à revoir même  si elle  était prise en assemblée générale  qui, malheureusement n’a jamais été convoquée. D’ajouter que cette démission déshonore  l’état ; Et de dire en fin  qu’il n’appartient pas aux parents ou  aux élèves  de se substituer à l’état

Signalons que lors du  passage du membre du B PE dans les classes, le directeur des études, Mr Farba Tamboura   qui assure  l’intérim, n’a  cessé de marteler  que la décision de cotiser  ne venait pas d’administration scolaire mais du parent d’élèves présent.

En attendant de savoir  où sont passées les réalisations du président des pauvres  tant chantées, notons  qu’à Sélibaby, c’est la démission de l’état quand pour suivre ses cours il faut mettre la main dans la poche.

Amadou Bocar Ba/Gaynaako

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *