Après Arsenal – Newcastle (7-3), la Premier League justifie tous les superlatifs sur twitter


La Premier League a régalé les fans, samedi, à l’image d’Arsenal-Newcastle (7-3). Une fois de plus en 2012. Sur twitter, on croisait hier des béats… et quelques sceptiques.

 

 

La Premier League pouvait difficilement rêver meilleure promotion. A l’heure où les autres championnats font une pause, les clubs anglais ont offert la plus belle fête qui soit aux amateurs de ballon rond, samedi. Trente-cinq buts ont été marqués lors des huit matches programmés, le plus gros total sur un seul jour en Premier League depuis le 5 février 2011. Avec comme point d’orgue un Arsenal-Newcastle aussi passionnant que prolifique (7-3).

Cette orgie offensive n’est pas passée inaperçue. Sur les réseaux sociaux et notamment Twitter, la Premier League a bousculé une avant-veille de réveillon qui ronronnait. Le show entre les Gunners et les Magpies, conclu par dix réalisations – le plus gros total de buts inscrits sur un seul match cette saison, le second dans l’histoire de la Premier League – a mis le feu aux poudres. « Arsenal- Newcastle… ça c’est un match! », s’est exclamé le défenseur lyonnais Samuel Umtiti sur son compte Twitter (@UmtitiSam), résumant la pensée dominante. « La magie absolue du foot anglais: huit buts en 31 minutes, 7-3 pour Arsenal. Quel spectacle… », abondait Vincent Duluc, signature de L’Equipe (@vincentduluc). « Un match jouissif, brillant, formidable, ou simplement…anglais : 7-3″, ajoutait le blogueur francophone TheJournalist’ (@Soc0z).

« Y a pas à dire, y a que le foot anglais… »

Si Arsenal-Newcastle a été riche en buts, ce samedi anglais l’a été en général. Face à cette intensité sans cesse renouvelée, certains supporters estiment tout simplement que la Premier League est le meilleur championnat au monde. « Y a pas à dire y a que le foot anglais, le reste on s’emmerde », avait « joliment » résumé le 26 décembre Pierre Ménes (@PierreMenes), qui devait ensuite commenter Arsenal-Newcastle sur Canal + en tant que consultant. D’autres se montrent plus sceptiques et soulignent les faiblesses du football anglais, notamment sur le plan tactique et en défense : « Les clubs anglais entre eux OK, mais au niveau européen, on voit vite leurs limites. D’ailleurs à quand remonte le dernier succès anglais en Ligue des champions? », rappelle Stéphane Kohler, reporter à L’Equipe Mag (‏@StephaneKohler), faussement naïf. Antoine Placer, de La Voix du Nord, fait carrément dans le politically incorrect et sous-entend bien des choses : « Reste que ce Boxing Day, ça pue la dinde aux hormones. C’est pas chez nous qu’ils galopent comme ça en fin d’année… » Tous sont en tout cas d’accord sur un point : la Premier League, c’est un autre football, où les spectateurs ne s’ennuient pas et en ont pour leur argent. « Pendant ce temps, @ThierryVautrat a vu 10 buts à l’Emirates, autant que lors des huit derniers matchs de championnat des Girondins », note ainsi Frédéric Laharie, journaliste à Sud-Ouest ‏(@FredLah).

Si la Premier League profite des fêtes pour faire sa pub, elle sait éblouir en toute saison. De l’autre côté de la Manche, les fans restent rarement sur leur faim. En 2012, 1094 buts ont été marqués dans le championnat anglais, le meilleur total sur une année civile en Premier League (lors des saisons à 38 matches). Le championnat anglais est ainsi le seul où une équipe peut marquer trois buts dans deux matches consécutifs et perdre les deux. Newcastle (4-3 à United et 7-3 à Arsenal) a largement participé au show anglais. Pas sûr que ça le console. D’ailleurs, tout le monde en redemande déjà. « C’est quand le prochain match entre Aston Villa et Newcastle? Un petit 7-7 possible non? », conclut l’homme de télévision Didier Roustan (@DidierRoustan). Aston Villa a encaissé quinze buts sur ses trois derniers matches. C’est ça aussi, la magie de la Premier League. Partisans et sceptiques y trouveront chacun confirmation de leurs arguments.

 

Eurosport

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge