Arabie Saoudite : 5 choses à savoir sur le roi Salmane Ben Abdel Aziz, successeur d’Abdallah

Salmane Ben Abdel AzizJeune Afrique : Qui est Salmane Ben Abdel Aziz, l’ancien numéro 2 du royaume d’Arabie Saoudite, devenu roi vendredi 23 janvier ? Réponse en 5 points.

Il est déjà devenu @KingSalman sur Twitter. À 79 ans, Salmane Ben Abdel Aziz succède à son demi-frère Abdallah, décédé à 90 ans, après une décennie de règne. Salmane est le cinquième roi issu de la dynastie des Al-Saoud, les fondateurs du royaume

Au coeur du pouvoir politique

Prince héritier depuis juin 2012, Salmane s’est progressivement rapproché du devant de la scène ces dernières années. On l’a souvent vu présider le Conseil des ministres et représenter à l’étranger le roi Abdallah, qui avait considérablement réduit ses activités publiques du fait de ses problèmes de santé.

Avec le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian

Ses visites en Occident et en Asie ont ainsi ajouté une stature internationale à sa carrière, focalisée jusqu’en 2012 sur les affaires intérieures du royaume.

Depuis juin 2012, il cumulait aussi les fonctions de vice-Premier ministre et de ministre de la Défense. Salmane a été gouverneur de Ryad pendant près de 50 ans. Il est considéré comme l’artisan du développement de cette cité bâtie en plein désert par la dynastie des Saoud pour en faire une ville moderne. « Ce poste lui a donné de l’expérience et il a supervisé l’émergence de Ryad comme capitale », souligne Eleanor Gillespie dans la Gulf States Newsletter.

Un arbitre respecté dans le clan Al-Saoud

Mais ce poste lui a surtout donné l’opportunité de « jouer le rôle d’arbitre très respecté des affaires de la famille Al-Saoud », ajoute Eleanor Gillespie, assurant que le prince Salmane « a une réputation de probité ».

Lors des cinquante années passées à la tête de la province de Ryad, Salman a montré sa capacité à concilier les intérêts des groupes religieux, des organisations tribales et du pouvoir. C’est cet équilibre qui semble de nature à guider à nouveau la politique saoudienne et garantir de bonnes relations avec les Occidentaux.

Un réformateur prudent ?

Issu du clan des Soudaïri, considéré comme l’aile dure de la famille royale, le nouveau roi est plutôt connu pour sa ligne libérale et conservatrice.

Il pourrait à ce titre, « adopter une approche plus réformatrice, mais dans le cadre des limitations et des lignes rouges du système », selon Jane Kinninmont, experte à Chatham House à Londres, citée par l’AFP.

Cela alors que sur le long terme, le pouvoir saoudien va devoir résoudre le problème de la hausse du chômage au sein d’une population marquée par une forte croissance démographique dans le cadre d’une économie qui demeure totalement dépendante des revenus pétroliers et des somptuaires subventions de l’État.

Un fils astronaute et une santé fragile

Marié à trois reprises, le prince Salmane a 10 fils encore en vie, dont le plus connu est le prince astronaute Sultan Ben Salmane, seul Saoudien à avoir fait partie d’une mission dans l’espace, qui préside actuellement la commission pour le Tourisme et les Antiquités. Un autre, le prince Abdel Aziz, est ministre adjoint du Pétrole.

Né à Ryad le 31 décembre 1935, Salmane est un peu plus jeune que son prédécesseur qui serait né en 1924. Comme ce dernier, Salmane souffre de problèmes de santé. Il a été opéré en 2010 d’une hernie discale et aurait subi une attaque cérébrale. Selon The Economist et un expert américain cité par NPR, le nouveau roi souffrirait aussi d’Alzheimer.

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge