Arrestation et Indignation d’éleveurs à Khabou au Guidimakha

GuidimakhaHarouna Amadou ,Mamadou Samba Ba, Idrissa Ifra Ba et Mamadou  Ba  sont  quatre jeunes bergers  de  la localité de Digogny, un  village peul, à quelques kilomètres  de Khabou   à se retrouver  au commissariat de  police en ce 30 Novembre 2015 . En effet  ces jeunes dont des mineurs sont en arrestation  après que  leurs vaches soient entrées dans le champ  d’un certain  Wagui Soumaré. Selon notre source   ce champ  a été   envahi  par d’animaux  autres que les leur.

Contacté par les parents de  ces derniers, Wagui Soumaré  déclare ne rien réclamé  d’eux .cependant la police exige six mille ouguiyas par personne pour libérer ceux qui étaient partis de chez pour faire paitre leur troupeau avant de se retrouvés  dans une situation de racket.

Selon une source proche du dossier  les policiers de Khabou ont toujours exigé  des populations des montants en parlant des frais de déplacement et/ou du carburant. Pour mémoire  il a été exigé à  l’imam   de  la localité en question   de payer  la somme de vingt mille ouguiyas au motif que le carburant de la voiture de la police qui vient  constater des dégâts occasionnés par les animaux  est à la charge du propriétaire d’animaux

Au  niveau de cet arrondissement, les éleveurs  se plaignent et se disent  victimes des rackets   qui s’expliquent  soit par la méconnaissance ou  par  refus d’appliquer   les textes qui régissent leur activité.

La méconnaissance  des codes pastoral et  agricole qui  régissent les activités auxquels se livrent les populations  ou le refus  du  premier responsable de l’administration à savoir le chef d’arrondissement  de les appliquer  ne sont pas de nature de garantir la cohésion sociale  et de protéger les citoyens.

Pour  les populations  cet administrateur  qui n’a pas  hésité de déclarer qu’au niveau de son arrondissement  les dégâts occasionnés par les animaux  en plein jour sont à réparer est à l’origine des problèmes auxquels ils sont confrontés. Car il n’est secret pour personne que les textes stipulent   que le jour,  le gardiennage incombe aux  propriétaires champs  et celui de la nuit aux propriétaires d’animaux alors qu’à Khabou, jour ou nuit, les propriétaires d’animaux  sont contraints de payer et mis aux arrêts.

En un mot à Khabou, c’est l’indignation d’éleveurs.

Amadou Bocar Ba

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge