Arrivée à l’aéroport de Bamako, du président par intérim du Mali, Dioncounda Traoré

En conséquence du retrait des putschistes du pouvoir à Bamako, la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest a décidé de lever l’embargo contre le Mali ce samedi 7 avril, et insisté sur le respect de l’intégrité territoriale du Mali. Le rôle éventuel des putschistes dans la reconquête des territoires perdus et l’appui militaire extérieur restent à préciser. Une réunion du conseil de Médiation et de Sécurité de la Cédéao doit se tenir la semaine prochaine.

«Le Président en exercice de la CEDEAO, en accord avec ses pairs, décide de la levée immédiate de toutes les sanctions contre le Mali.» peut-on lire dans un communiqué signé ce samedi 7 avril 2012 par le chef de l’Etat ivoirien, Alassane Ouattara.

L’embargo total qui frappait le Mali depuis une semaine a été rapidement levé, suite à l’accord cadre pour le retour à l’ordre constitutionnel intervenu la veille entre la junte malienne et le médiateur mandaté par la Cédéao.

L’annonce officielle de la fin de ces sanctions diplomatiques, économiques et financières a été faite samedi 07 avril en début de soirée à l’aéroport de Bamako par le ministre ivoirien de l’intégration africaine. Adama Bictogo a lu le communiqué du Président en exercice de la Cédéao. Un texte dans lequel Alassane Ouattara remercie tous les dirigeants de l’organisation sous-régionale, ainsi que l’Algérie, la Mauritanie, les Etats-Unis et la France « pour leurs efforts en vue du retour à l’ordre constitutionnel au Mali ». Le texte évoque également la situation causée par la rébellion dans le nord du Mali.

Source: RFI

Toute reprise partielle ou totale de cet article  devra faire référence à  www.rimweb.info 

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind