Assainissement de Nouakchott : quelles perspectives?

 sitinpiz

Telle est la question qui alimente les causeries de nombreux mauritaniens dont la capitale bénéficiait d’une opération d’assainissement quotidienne depuis 7 ans à travers la société pizzorno qui avait signé un contrat de 10 ans avec l’Etat mauritanien. 

Cette société qui réclamait des arriérés aux autorités mauritaniennes est en arrêt suite à la résiliation de contrat entre les deux parties d’après des employés de Pizzorno. Une situation qui plonge les employés de cette société dans l’incertitude. Ce qui les amène à entreprendre désormais des sit-in afin d’être éclairé définitivement sur leur sort avec comme slogan : «nous demandons nos droits».

Des ordures à perte de vue

«Pizzorno a arrêté ses activités »  témoigne un citoyen ; « cela n’est pas normal » rétorque un autre. Voilà le débat en vogue depuis près de deux mois suite à l’arrêt des travaux de la société pizzorno. depotdechetsAlors que les citoyens rêvent de retrouver une ville assainie depuis 7 ans , les employés de la société Pizzorno qui se disent en « chômage technique » depuis le 22 mai ont tenu une manifestation devant le palais présidentiel ce 7 juillet. Les 1293 employés de cette société chargée du nettoyage de Nouakchott depuis sept ans veulent être « situés » sur leur situation face au « divorce » entre leurs employeurs et l’état mauritanien. Depuis lors c’est la Communauté Urbaine de Nouakchott(CUN) qui s’active avec les moyens du bord pour assainir la capitale. Un service non satisfaisant pour de nombreux mauritaniens qui expriment leur désarroi notamment sur le réseau social facebook, à cause des nombreuses décharges visibles par-ci par là aux environs du  carrefour du quartier marbat où sont stockées à perte de vue des déchets de tout genre alors que des travailleurs journaliers marchants effectuent des ramassages même la nuit .

Echos des employés 

«La famille pizzorno » selon des mots de manifestants était en sit-in pour demander «des informations concrètes au niveau de l’état » afin de savoir  si l’arrêt des activités de pizzorno est temporaire ou définitive. En plus de cette revendication, les employés sous la houlette de leur délégué général Abdallahi Baba disent être là « pour connaitre notre sort » tout en exigeant aussi le paiement de leur salaire de juin.

sitinpizor

Pour le délégué général très sollicité par ses collègues en vue d’un règlement rapide de la situation en ce temps de ramadan : « on n’est pas licencié, ni en chômage technique, on ne comprend pas, on est là pour poser nos problèmes, car la situation n’est pas claire (…) ; on est prioritaire en cas d’embauche ». Devant cette situation d’incertitude, des employés comme Elimane sont persuadés d’être entre « le marteau et l’enclume » face au manque de précision sur « la résiliation de contrat » entre les deux parties confie un employé, qui ajoute : « on nous a dit de rentrer chez nous » sans détails clairs.

dechetpiz

Une situation qui affecte le moral de ces manifestants pour qui « On est des pères de famille, l’essentiel c’est le boulot ». Mais pour des nostalgiques comme cette employée « résilier bêtement ce n’est pas intéressant. On avait nos salaires à temps en plus du 13 mois, on aurait pu achever le contrat qui est d’une durée de 10ans ». Pour Moctar  Ould Amar de pizzorno , qui explique qu’il ya un comité inter ministériel en charge de la propreté de la ville en plus l’Agence de développement urbain, ce chômage est une source de précarité pour de nombreux employés non présents à ce sit-in pour manque de « moyens » pour se déplacer jusqu’ici.

employecun

En attendant plus de précision sur la nouvelle stratégie d’assainissement de la ville de Nouakchott, des citoyens se dirigent avec leurs décharges vers le carrefour marbat. Une situation qui n’est pas sans conséquence en cette période d’hivernage alors que le centre d’enfouissement technique se situe à 25 km de Nouakchott.

marbatt

Dans le cadre de la réalisation de ce reportage, nous avions pris contact avec la cellule de communication de la CUN à propos de ses actions d’assainissement. Nous attendons sa réaction. Toutefois, nous vous proposons ce reportage.

Awa Seydou Traoré

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge