Assemblée générale extraordinaire de l’ACIM : Les enjeux de l’enrôlement  inter-ivoirien obligent

sommacim1

L’Association de la Communauté Ivoirienne de Mauritanie (ACIM) a organisé ce 18 janvier dernier, une assemblée générale extraordinaire pour informer ses membres des activités et des actions entreprises par le bureau exécutif que préside Somma Mamadou. Toutefois, l’accent a été mis sur l’enrôlement inter-ivoirien. Le consul honoraire de la Côte d’Ivoire en Mauritanie, M. Tidiane Diagana a pris part à cette rencontre qui a vu la présence d’une centaine d’Ivoiriens toutes sensibilités confondues.

somacim3

Elu le 14 juin 2013, le bureau exécutif de l’Association de la Communauté Ivoirienne de Mauritanie (ACIM), a depuis lors entrepris plusieurs actions et envisagé des projets ambitieux en faveur de la communauté. Cette assemblée générale, la deuxième du genre, se déroulait dans un contexte particulier marqué par les enjeux de l’enrôlement initié au sein de cette communauté ivoirienne pour identifier les membres afin de mieux s’occuper de leurs préoccupations quotidiennes.

somacim5

D’emblée, l’abidjanaise a été chantée et bien entonnée avec enthousiasme cette symphonie en souvenir à la patrie qui interpelle les ivoiriens à la paix et à la fraternité malgré une crise politique qui a laissé des séquelles et des stigmates au sein de la société ivoirienne. Une minute de silence a été observée à la mémoire de tous les disparus de l’année 2014. Ensuite, le Secrétaire Général Elian Sei, a tenu à préciser que « ce n’est pas une assemblée pour tirer un bilan d’activités » mais pour inciter les ivoiriens à se mobiliser pour l’enrôlement.

somacim10

Le consul Diagana devait ouvrir la séance en présentant ses vœux à l’occasion de cette année nouvelle tout en invitant ses administrés à la «patience et au courage ». A sa suite, M. Elian est revenu pour présenter les membres du bureau exécutif à l’assemblée qui s’est déroulée dans une ambiance à l’ivoirienne. Ce bureau, assure un membre, reflète toutes les sensibilités ivoiriennes.

Des actions entreprises …

Le président Somma Mamadou s’adressant à ses compatriotes, a dressé un tableau reluisant des activités menées jusque-là par son bureau allant des rencontres avec les autorités ivoiriennes en visite en Mauritanie, aux projets ambitieux envisagés au profit de la communauté. Il s’y ajoute des accords de libre circulation des personnes et des biens signés en octobre 2014 entre la Mauritanie et la Côte d’Ivoire qui ont permis aux ivoiriens vivant sur le sol mauritanien d’être exemptés de la carte de séjour. « Nous ne sommes plus assujettis à la carte de séjour » a-t-il précisé non sans souligner que malgré cet avantage, il n’en demeure pas moins que des ivoiriens rencontrent des difficultés liées aux tracasseries policières à cause de certains agents ripoux et véreux.  Pour parer à toute éventualité d’escroquerie, Somma a exhorté les ivoiriens à se souder et à se rapprocher du consulat et de l’ACIM. Malgré le climat caractérisé par un débat parfois houleux, Somma Mamadou a su apporter des réponses claires et précises aux interpellations de ses compatriotes aidé en cela par son secrétaire Général Elian Sei et celui des affaires sociales M. Laurent.

somacim9

L’enrôlement, le goulot d’étranglement

Cette question quoique bien expliquée au détail près par le secrétaire chargé aux affaires sociales, Laurent, a constitué un goulot d’étranglement pour beaucoup d’ivoiriens qui trainent encore les pieds. Selon Laurent, sur près de 2000 ivoiriens, seuls 61 dont en majorité de Kroubou (ethnie de la Côte d’Ivoire) sont régulièrement identifiés par l’ACIM qui travaille en collaboration avec le Consulat. Pourtant, confie Laurent, chaque semaine, des ivoiriens entrent en Mauritanie contre un faible taux de départ. Ce qui pose d’énormes problèmes pour la gestion et l’accompagnement des nécessiteux. D’où l’important selon lui, de l’enrôlement. Toutefois, indique-t-il, « la communauté vit en bonne intelligence avec la société mauritanienne et les autres communautés étrangères ».  Durant son long exposé sur ce point, le problème de Charlie Hebdo s’est invité juste pour attirer l’attention des ivoiriens sur la question religieuse.

somacim7

Une communauté structurée

Malgré la nonchalance constatée par rapport à l’enrôlement, la communauté ivoirienne, si l’on n’abuse pas, est de loin, la plus structurée de toutes les communautés étrangères établies en Mauritanie. Une association mère dirigée par un bureau exécutif qui coordonne avec quatre sous associations communautaires constituant des relais sûrs. En outre, des étudiants constituent aussi une structure, de même que des membres d’honneur et des délégués de quartiers à forte concentration d’ivoiriens. Ces derniers, à en croire, le bureau exécutif, relayent bien le bureau exécutif les problèmes vécus au quotidien.

somacim8

Cette communauté ivoirienne est bien intégrée et bien organisée comme en atteste l’organisation de deux éditions de tournois de football dont la dernière édition a été remportée par son équipe. Néanmoins, les dirigeants exhortent leurs compatriotes au sérieux. « Si nous volons être toujours une communauté sérieuse, commençons à nous quantifier par l’enrôlement » martèle Laurent chargé des affaires sociales. Il a en outre mis l’accent sur les cotisations de 500 ouguiyas par mois et par membre. Une contribution financière qui permettra de subvenir aux besoins des ivoiriens le moment venu. Faut-il  souligner que la communauté ivoirienne s’active dans la restauration, l’enseignement, le bâtiment et certains services.

somacim6

Un débat ouvert, des échanges fructueux

L’assemblée qui a été invitée au débat, n’a pas manqué de jouer sa partition. En dépit de quelques brebis galeuses, certains ont fait de bonnes contributions posant des questions pertinentes qui ont permis au président Somma de rebondir pour apporter des réponses précises aux préoccupations de ses compatriotes. Revenant sur la question du faible taux d’enrôlement, certains intervenants ont soulevé des problèmes de communication. D’autres questions ont été adressées au consul Diagana qui a apporté des réponses détaillées soulignant au passage que depuis que la Mauritanie a quitté la CEDEAO, la Côte d’Ivoire a continué d’appliquer les privilèges de cette organisation à la Mauritanie. « Donc, ce que vous avez aujourd’hui, n’est que le fruit d’un travail lointain à la base » a-t-il dit indiquant que « la commission mixte ivoiro-mauritanienne se tiendra dans le courant de cette année 2015 pour voir comment appliquer les accords conclus ».

Compte rendu Badiane

Reportage photos (RIMWEB vous y mène en images)

somacim2

somacim4

sommacim1

somacim7

somacim6

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge