Atar et  » l’arrivée payée  » : faut-il continuer à subventionner le tourisme artificiel ?

arret-cardiaqueLa ministre du tourisme semble avoir cédé à la pression médiatique la présentant comme refusant d’appliquer les consignes du chef de l’Etat selon l’agence française de voyage face à un problème qui mérite pourtant un sérieux débat. 

Le 6 août Point-Afrique écrivait sur sa page facebook :

«  UN ECHEC EN VUE
===============
Toujours pas d’accord de signer avec le ministère du tourisme !!!
Nous nous perdons dans des « dialectiques » avec la direction du tourisme (malgré l’accord du chef de l’Etat vu à la mi-juillet …C’est effrayant : rien n’avance…
A ce rythme : Nous serons dans l’obligation d’annuler la programmation…Dommage 
Toutes nos excuses à nos nombreux amis mauritaniens et aux nombreux voyageurs qui se sont manifestés ces dernières semaines
Désolé »

—————————————–

Ce petit mot fut repris par notre presse électronique, ce qui donnait au ministère du tourisme l’air de mettre des bâtons dans les roues d’une initiative sans laquelle les professionnels du secteur mauritaniens seraient encore plus fatigués.

Aujourd’hui, tout semble s’être débloqué et c’est reparti pour un tour de subvention pour le tourisme artificiel :

«  Contrat signé (mardi 09 septembre 2014) 
===========
Plus de doute…Les vols Paris Atar auront bien lieu…La direction du tourisme mauritanien vient de signer l’engagement de la prise de participation à hauteur de 50% de la liaison Paris Atar
A présent, il nous faudra assumer ce challenge et en aucun cas décevoir toute la population d Atar qui attend cela depuis 5 ans
Tous ensemble, nous avons des chances de réussir si vous acceptez de nous soutenir
Seul, point-Afrique ne peut rien… Vous avez prouvé par le passé votre capacité de nous soutenir….A vous d’agir
Merci d’avance
Maurice Freund »

—————————————

Sans être fâché de voir les vols reprendre, je reste perplexe face à ce tourisme artificiel qui coûte une fortune à l’Etat mauritanien dont la population est à majorité misérable surtout que cela ne semble servir à rien ou presque sinon perpétuer un procédé impuissant censé n’être au départ qu’un électrochoc pour relancer le cœur du tourisme local. Combien cette aventure coûte-t-elle à la Mauritanie ? N’est-il pas temps de réfléchir à autre chose pour compenser l’absence de touristes étrangers en se penchant sur le tourisme intérieur en le rendant attractif pour les mauritaniens ? 

Source : Vlane

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge