Atelier de formation sur les violences, l’extrémisme et le terrorisme dans le milieu des jeunes

Aicha Mint Bilal SowLa salle de conférences de la commune d’Arafat a abrité, ce jeudi 8 Octobre, un atelier de formation au profit de 30 jeunes sur les violences, l’extrémisme et le terrorisme.

Cet atelier a été organisé par l’ong, Association intégration femme et enfant en Mauritanie(AIFEM) en partenariat avec la commune d’Arafat, le ministère de la Jeunesse et des Sports et le ministère de la Culture et de l’Artisanat, sous le financement de l’Ambassade des Etats Unis d’Amérique à Nouakchott.

Durant cette formation, Mr Diallo Djibril et Houcein Berraze, tous deux formateurs en matière de développement et en techniques de communication ont présenté des exposés sur les différents types de violences et les facteurs qui sont leurs principales causes surtout dans le milieu des jeunes. Puis ils ont abordé les genres d’extrémisme et de terrorisme.  Mr Djibril Diallo a cité dans son exposé plusieurs sortes d’extrémisme dont l’extrémisme violent qui est le plus fréquent.

Selon Diallo, ce phénomène est accentué par des facteurs socio-économiques et politiques qui ontentraîné la précarité de la vie, l’injustice, l’analphabétisme, l’exclusion, la marginalisation, etc.

La dislocation des structures familiales, le développement des quartiers défavorisés et la prison contribuent à l’émergence de l’extrémisme et de la violence, a dit Diallo.

«  Les groupes extérieurs violents exploitent alors ces facteurs en offrant aux victimes une échappatoire, un but et l’intégration à un mouvement violent, extrémiste et même terroriste collectif » a-t-il signalé dans un paragraphe de son exposé.

Quant à Mr Berraze, il a parlé des dangers de l’exclusion  sociale qui sème l’extrémisme violent et les graines du terrorisme. Et il a détaillé au passage, les conséquences de ces phénomènes qui continuent de provoquer des pertes de vies humaines. Ils détruisent des  constructions et des ressources qui des sources de vie pour des milliers de personnes. Ces faits, selon Berraze, sont le plus causés par les insuffisances en besoins sociaux et économiques et l’existence de la corruption, de la pauvreté, l’insécurité et la déperdition scolaire.

Il a attiré l’attention des jeunes sur l’utilisation des réseaux sociaux (face book, whats App, viber, twitter …) qui sont très utilisés par les groupes extrémistes pour le recrutement et la propagation de leurs discours et de leurs messages.

«  Le terrorisme et l’extrémisme sont à combattre sur tous les fronts » a déclaré l’un des participants qui a noté que le développement économique et l’intégration des jeunes dans la vie active constituent des barrières à ces deux maux qui ne cessent de se développer dans certains dans le monde et surtout en Afrique.

Après la réponse à un certain nombre de questions posées et des interventions faites par les participants, les exposants ont insisté à ce que les présents à cette formation s’attachent  davantage aux principes de la tolérance.

Il faut rappeler que la cérémonie d’ouverture de cet atelier a été présidée par l’adjointe au maire d’Arafat, Madame Aicha Mint Bilal Sow qui était entourée de quelques un de ses proches collaborateurs et de certains présidents et représentants d’ong.

La représentante du maire a appelé les bénéficiaires de cette session de formation à accorder une attention particulière au thème de cette formation.

Elle a remercié les partenaires qui ont contribué à l’organisation de cet atelier qui est d’une importance particulière.

A.SIDI

Source: Tawary

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge