Atelier de renforcement des capacités des journalistes en matière des Droits de l’Homme

Les travaux d’un atelier de renforcement des capacités des journalistes en matière des droits de l’Homme ont été ouverts, mardi, à Nouakchott.
L’atelier qui dure un jour est organisé par le ministère de la Communication et des Relations avec le Parlement, en collaboration avec le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Droits de l’Homme.

Atelier de renforcement des capacités journalistes en droits de lhomme02042013 A travers cette rencontre, les organisateurs visent à renforcer le rôle des journalistes dans les questions des droits de l’Homme, grâce aux exposés et aux discussions qui auront lieu à cette occasion sur les conventions internationales en la matière ratifiées par la Mauritanie.
Dans un mot prononcé pour la circonstance, le secrétaire général du ministère de la Communication et des Relations avec le Parlement, M. Rassoul Ould El Khal a affirmé que cet atelier vise essentiellement à contribuer aux développement des capacités des journalistes et à sensibiliser ces derniers sur le rôle central qu’ils doivent jouer pour faire connaître les différentes problématiques des droits de l’Homme.
Il a ajouté qu’en faisant de la promotion des droits de l’Homme leur question, les journalistes appuient ainsi les grands efforts déployés par la Mauritanie, sur instruction du Président de la République, Monsieur Mohamed ould Abdel Aziz, à un moment où, les prisons ont été vidées des détenus d’opinion, où les entraves à la liberté d’expression ont été levées et où des réformes radicales ont été introduites dans les composantes du domaine de l’information.
Le secrétaire général a précisé que le respect des droits de l’Homme est le prélude à tout discours sur la promotion sociale, car, a-t-il dit, l’Homme libre jouissant de tous ses droits est le seul à pouvoir participer efficacement à l’oeuvre de développement.
Il a souligné que l’adoption du protocole facultatif, de la convention internationale de lutte contre la torture, de la convention internationale de protection des personnes contre les disparitions forcées et la création d’une Agence Nationale chargée de lutter contre les Séquelles de l’Esclavage et contre la Pauvreté sont autant de réalisations accomplies en faveur du respect et de la promotion des droits de l’Homme pour honorer les engagements nationaux et les conventions internationales.
Auparavant Me Madina Athié, chargée du Programme au Haut Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme en Mauritanie a indiqué que l’ambition de son organisme de soutenir l’Etat mauritanien dans le renforcement des institutions démocratiques, en l’occurrence la presse, constitue une certaine réponse au droit à l’information.
A, ce titre, a-t-elle encore dit, les journalistes sont au service de la promotion et de la protection des droits de l’Homme, agissent pour les droits de l’Homme, pour la démocratie, pour le dialogue et la cohésion sociale.
Ainsi, constituent-ils, une ossature de la gouvernance démocratique comme garants d’un droit fondamental, le droit à l’information, qu’il convient d’exercer en toute liberté(liberté de la presse) en vue de mener des investigations et reportages selon une approche fondée sur les droits de l’Homme, a-t-elle conclu.

Source : AMI

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind