Attentat à Charlie Hebdo: Bernard Maris, une voix de l’antilibéralisme

BernardRFI : L’économiste Bernard Maris, une des voix de l’antilibéralisme en France, a été tué lors de l’attaque terroriste contre l’hebdomadaire satirique Charlie Hebo. Portrait.

Chroniqueur célèbre sur la radio du service public France Inter, où il rejouait, chaque vendredi dans le débat économique, le match entre l’altermondialisme et le libéralisme, expert sur les plateaux de télévision, l’économiste en chef de Charlie Hebdo Bernard Maris était très connu pour ses prises de positions antilibérales et son opposition viscérale aux banquiers.

Et pourtant, il accepte, en 2011, un poste au conseil général de la Banque de France. Un poste plutôt surprenant pour cet économiste atypique, professeur à l’Institut d’études européennes, auteur de nombreux ouvrages, qui avait été candidat pour les Verts aux législatives de 2002, et membre du conseil scientifique de l’ONG Attac.

Ses amis le décrivaient comme « un saltimbanque au pays du CAC 40 ». Au plus fort de la crise, il se prononce en faveur d’un défaut de la France sur sa dette publique. Pour lui, c’est le seul moyen de relancer l’économie, où bien encore pour un revenu minimum d’existence qui garantit à chacun, le minimum vital. Une générosité qui était la marque de fabrique de celui qui signait « Oncle Bernard » ses chroniques dans Charlie Hebdo.

Pour Benjamin Coriat, professeur à l’Université Paris 13 et co-président du collectif des Économistes Atterrés, Bernard Maris était quelqu’un qui n’hésitait pas à dire la vérité.

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge