Attentat déjoué à Paris : ce que l’on sait sur le suspect

4620772_6_f8bd_l-appartement-du-suspect-sous-scelles-le-22_c62fcb1b70d510050efc8c8c9dc385f1L’enquête avance sur le projet d’attentat que la police a annoncé avoir déjoué, dimanche 19 avril. Mercredi, le procureur de Paris, François Molins, a donné des précisions sur le profil du suspect, soupçonné d’avoir voulu commettre un attentat contre une ou deux églises de la banlieue parisienne.

La police a également établi un lien entre le suspect et le meurtre d’Aurélie Châtelain, une professeure de fitness retrouvée morte dans sa voiture, dimanche, à Villejuif (Val-de-Marne).

  • Qui est le suspect ?
  • L’enquête a permis de déterminer que le suspect avait évoqué les « modalités de commission d’un attentat » avec une personne « pouvant se trouver en Syrie », a relaté François Molins. Cet homme qui serait en Syrie lui aurait demandé « explicitement de cibler particulièrement une église », a ajouté le magistrat.

    Les perquisitions menées à son domicile ont permis de retrouver, outre de l’armement et du matériel de vidéo, des écrits « établissant sans ambiguïté que l’individu projetait de commettre un attentat, vraisemblablement contre une ou deux églises », a précisé Bernard Cazeneuve. Le procureur a précisé que des « documents en langue arabe évoquant les organisations terroristes Al-Qaida et Etat islamique » ont été trouvés par les policiers. Les faits ont donc été requalifiés en « association de malfaiteurs en vue de préparer un acte de terrorisme ».

    • Quel lien avec l’assassinat d’Aurélie Châtelain ?

    Les éléments de l’enquête permettent désormais de faire le lien entre l’homme soupçonné d’avoir voulu commettre un attentat et le meurtre d’Aurélie Châtelain. La jeune femme de 32 ans a été retrouvée morte dimanche matin à Villejuif (Val-de-Marne) sur le siège passager de son véhicule, tuée d’une balle entrée par l’épaule et qui a touché le coeur.

    M. Molins a en effet confirmé la présence du suspect Villejuif, « dimanche matin dans le créneau horaire où Aurélie Châtelain a été assassinée ». Le procureur a également confirmé que le sang de la victime avait été retrouvé sur le manteau du suspect et que l’ADN de ce dernier avait été retrouvé dans le véhicule de la victime, notamment sur le frein à main. Les faits ont donc été requalifiés en « assassinat en relation avec une entreprise terroriste ».

    Aucune hypothèse sur les raisons précises de l’assassinat n’a été émise par le magistrat. Mais les enquêteurs soupçonnent l’étudiant d’avoir tenté, pour une raison inconnue, de voler son véhicule. Une tentative de vol manquée à l’occasion de laquelle il se serait tiré une balle dans la jambe par inadvertance.

    • La suite de l’enquête

    L’enquête se poursuit désormais pour déterminer les complicités éventuelles et la provenance des armes saisies. Dans ce cadre, a précisé M. Molins, une personne de l’entourage du suspect a été interpellée à Saint-Dizier et placée en garde à vue. Selon une source du Monde, la compagne du suspect a été interpellée, mais le magistrat n’a pas confirmé s’il s’agissait de la même personne.

    Le parquet demandera « très probablement » une extension de la garde à vue du suspect à six jours, comme le permet la loi dans le cadre d’une enquête liée au terrorisme.

     

    Source: Le Monde

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge