Attentats de « Charlie Hebdo » : Des ONG font le parallèle avec la Mauritanie

charilDix-neuf organisations de défense des droits de l’homme mauritaniennes, membres du FONADH (Forum des organisations nationales des droits de l’homme) ont publié le 11 janvier 2015 un communiqué sous le titre : « L’ennemi de la démocratie et le nôtre : un mot de solidarité avec la France ».
Ces ONG qui rappellent les évènements tragiques de « Charlie Hebdo » et les attaques qui ont bouleversé la France entre le 7 et le 9 janvier dernier, ont fait le parallèle avec la Mauritanie. Selon elles, ce qui a été attaqué en France, « c’est le fondement de l’Etat de droit ».
Et de souligner que c’est le même ennemi qui vient de frapper la France qui « veille et s’active à l’intimidation croissante de la société (mauritanienne), avant de lui infliger le sort du Mali ». Cet ennemi serait, selon leur entendement, « une théocratie qui impose la terreur », menace la diversité culturelle, la pensée individuelle et la joie tout simplement de vivre.
Les ONG signataires affirment que « chaque jour, dans nos rues et sur les réseaux sociaux s’élèvent, avec ostentation, les appels au meurtre contre les militants des droits humains et se dissémine la culture de la haine, sans susciter la moindre réaction du gouvernement, encore moins de l’appareil judiciaire ».
Après avoir exprimé leur solidarité avec le gouvernement, le peuple français et les familles des victimes de la tuerie de « Charlie hebdo » et de l’épicerie « Cacher », les ONG signataires ont réclamé « l’abolition de la peine de mort en Mauritanie, les peines attentatoires à l’intégrité physique du corps et la dépénalisation totale des délits d’opinion et de conscience ».
Elles demandent dans l’immédiat « la libération et la protection des personnes poursuivies pour leurs idées, ainsi qu’une « réponse aux revendications d’égalité et de réparation, contre l’impunité, l’insécurité, la violence, le racisme, l’esclavage et le système de castes ».
Les organisations signataires sont : Le Fonadh et ses organisations membres, l’Association des femmes chefs de famille (AFCF), l’Association mauritanienne pour la promotion de la langue et de la culture sooninke (AMPLCS), l’Association pour la promotion de la langue wolof en RIM, l’Association pour la renaissance du Pulaar en RIM (ARPRIM), l’Association pour le renforcement de la démocratie et de l’éducation citoyenne (ARDEC), le Comité de solidarité avec les victimes des violations des droits humains en Mauritanie (CSVVDHM), les Groupes d’études et de recherches sur la démocratie et le développement économique et social (GERDESS), la Ligue africaine des droits de l’Homme (section Mauritanie), la Ligue mauritanienne de droits de l’Homme (LMDH), Regroupement des victimes des évènements de 1989-1991 (REVE), le Collectif des veuves, le Collectif des rescapés militaires, SOS Esclaves, Association d’appui au développement à la base des communautés, Association pour le développement intégré de l’Enfant, Initiative de résurgence du mouvement abolitionniste (IRA), Conscience et résistance et El Hor.

Source : Lauthentic

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge