Attention à la tazaboutt (Vengeance divine) des Hratines

Maham YoussefPartis défendre le faux et son usage, roué de coups il est revenu avec une jambe fracturée, un nez saignant et un visage défiguré du fait d’un mari jaloux.

Enseignant de son état, promus au rang d’inspecteur d’enseignement fondamental, avantagé injustement comme inspecteur régional, et grand commis des courtiers des salons nocturnes de Nouakchott, le président de l’ONG fantaisiste et fantomatique pour le beau discours ,discours complaisant a vu du feu dans la capitale Gambienne Banjul, frôlant la mort n’eut été l’intervention des hommes du frimeur à canne, chapeletet bonnet blanc, en effet ce ringard faisant partie d’un groupe de misérables choisis pour assister à la 56e sessions de la commission africaine des droits de l’homme et des peuples.

Descendant nuitamment dans la capitale du marabout président, cherchant là où il pouvait adoucir son charnel, et bien il tomba sur la grande Fantine qui n’est pas la petite Fantine décrite par Victor Hugo, dans son livre les Misérables comme étant « une jeune fille, jolie et blonde avec des belles dents, un jour qu’elle rencontra un certain Tholomyés, amourette pour lui, ils vivaient des moments inoubliables de passion ».

Ici Fantine est grande et mariée et Tholomyés est un vrai DikHilBowbe (Coq HilBowbe) dont l’histoire est connue dans notre oralité, il part le matin et ne revient que le soir passant toute la journée à chercher une bien aimée.

Oui ce guetteur d’érotique tomba par mal chance sur la grande Fantine mariée, aussitôt découvrit par son mari, ce dernier le prenait, le terrassa le rouant de coups de pieds et de mains, le faisant oublier quel genre de discours il faut tenir et quel autre il faut lutter contre.

Criant au secours comme Jean Valjean , le DikHilBowbe pleura longtemps à chaudes larmes faible comme une femme et effrayé comme un enfant , il cria et cria encore attirant l’attention des passants venus à son secours il trouva une faille ; il sursauta comme un Kangourou en prenant la poudre d’escampette, regagnant sa chambrette d’Hôtel, le DikHilBowbe plumes mouillées ,éhonté, queue entre le jambe comme un chien malmené par les siens dira qu’il est tombé d’escalier, regagnant Nouakchott, il n’a pipé mot.

Rappelez vous l’lorsque Moauwiya Sid Ahmed Taya dans son Hassaniya approximatif invectivait les haratine le 25-04-2005, à Akjoujt il ne l’a pas répété car c’étaient sa dernière tournée et son dernier discours. Eh bien les amis attention à la Tazaboutt des Hratin.

Maham Youssouf

Source : Maham Youssef

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge