Attribution des espaces du secteur du port artisanal de Nouadhibou à des proches de Ould Abdel Aziz

ndb_plage_port_aeroportTaqadoumy: Des sources concordantes parlent de l’intention des autorités mauritaniennes de distribuer les espaces inhabités sis entre le port artisanal et l’aéroport de Nouadhibou.

La part du lion de ces espaces nus sera attribuée à l’homme d’affaires, cité dans les milieux du business mauritanien comme étant le gérant effectif des richesses de Ould Abdel Aziz, en l’occurrence son influent proche Mohamed Lemine Ould Bowbattou, rapportent les sources précitées.

Ce dernier est inhabituellement fréquent dans la capitale économique depuis un certain moment, dans la perspective de céder le dit secteur à des investisseurs étrangers, dans le but d’ y construire une usine de conditionnement du poisson, moyennant 1,5 million euros par terrain, ajoutent les mêmes sources.

Sur un autre plan, les sources rappellent l’ambition que nourrissaient certains partenaires ukrainiens de l’homme d’affaires Maurice Benza pour créer une manufacture du poisson à Noaudhibou, toujours impossible sans l’obtention préalable d’une licence.

Les investisseurs ukrainiens seraient finalement entrés en négociation avec Ould Bowbattou, dans l’espoir de surmonter les obstacles qui entravent leur projet concluent les sources ci-dessus évoquées.Taqadoumy - Des sources concordantes parlent de l’intention des autorités mauritaniennes de distribuer les espaces inhabités sis entre le port artisanal et l’aéroport de Nouadhibou.

La part du lion de ces espaces nus sera attribuée à l’homme d’affaires, cité dans les milieux du business mauritanien comme étant le gérant effectif des richesses de Ould Abdel Aziz, en l’occurrence son influent proche Mohamed Lemine Ould Bowbattou, rapportent les sources précitées.

Ce dernier est inhabituellement fréquent dans la capitale économique depuis un certain moment, dans la perspective de céder le dit secteur à des investisseurs étrangers, dans le but d’ y construire une usine de conditionnement du poisson, moyennant 1,5 million euros par terrain, ajoutent les mêmes sources.

Sur un autre plan, les sources rappellent l’ambition que nourrissaient certains partenaires ukrainiens de l’homme d’affaires Maurice Benza pour créer une manufacture du poisson à Noaudhibou, toujours impossible sans l’obtention préalable d’une licence.

Les investisseurs ukrainiens seraient finalement entrés en négociation avec Ould Bowbattou, dans l’espoir de surmonter les obstacles qui entravent leur projet concluent les sources ci-dessus évoquées.

Source: Taqadoumy

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge