ELLES REFUSENT: les populations du Hodh Echarghi, la taxe de 1000Um contre le retrait d’une pièce d’identité.

Officiellement le coût du projet dit d’enrôlement des populations a couté au contribuable mauritanien la somme de 14 milliards Um. La gestion de ce projet s’est caractérisée par une grande opacité. Depuis sa conception jusqu’à sa réalisation, il n’à jamais fait l’objet d’aucune inspection ni d’aucun contrôle.

Depuis quelques semaines, les citoyens sont autorisés à retirer leur pièce d’identité nationale contre le payement de 1000Um la pièce. Ce qui n’arrange pas la majorité de nos concitoyens, éprouvés fortement par une année de sécheresse.

Au Hodh Echarghi, la grogne contre cette taxe, risque de tourner à l’émeute si la mesure n’est pas réviser à  la baisse et à temps. Les pères, et  parfois les mères de famille, sont complètement abattus depuis l’annonce de cette taxation, qu’ils  jugent exorbitante et peu réaliste.

Certains chefs de familles relativement  nombreuses, renoncent, faute de moyens, au retrait de  la précieuse pièce. D’autres se  contentent de retirer les pièces du père et de la mère et laissent les autres membres de la famille. Tous, évaluent  à quelques dizaines de milliers d’ouguiyas, le cout de revient, parfois d’une seule pièce d’identité, quand on prend en compte le va-et-vient entre le centre d’enrôlement et le lieu d’habitat  du citoyen concerné, ajouté aux prix  des taxations des  pièces demandées.

Des élus, contactés par nos correspondants  donnent raison aux populations, mais ils préfèrent garder l’anonymat pour ne pas s’attirer les foudres des autorités supérieures. Ils reconnaissent que  les gens  viennent régulièrement se plaindre auprès d’eux.

Au temps du régime  de Ould Taya, sous la pression des populations, les autorités compétentes de l’époque,  ont fini par ramener le prix du retrait de la pièce d’identité à 200 Um au lieu de 500Um. Espérons que les autorités actuelles reviennent à leur tour à la raison, avant qu’il soit déjà trop tard.

Source : Taqadoumy

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind