La Mauritanie et le FIDA lancent un nouveau projet de développement des filières inclusives pour combattre la faim et la pauvreté dans les zones rurales

Nouakchott/Rome, 3 mai 2017 – Le Fonds international de développement agricole (FIDA), agence spécialisée des Nations Unies et le gouvernement de la Mauritanie ont lancé officiellement le Projet de développement de filières inclusives (PRODEFI), ce jour 3 Mai 2017 à Nouakchott, la capitale de la Mauritanie.

L’atelier de lancement officiel du PRODEFI a été ouvert par Lemina Mint El Ghotob Ould Moma, Ministre de l’agriculture  de la Mauritanie et Ides De Willebois, Directeur régional de l’Afrique de l’Ouest et du Centre du FIDA en présence des membres du Gouvernement mauritanien, des partenaires de développement et des acteurs de la mise en œuvre  du projet.

Dans son allocution d’ouverture de l’atelier, la Ministre mauritanienne de l’agriculture, a souligné que la dégradation des conditions agro-climatiques, l’accès de plus en plus limité aux ressources de production, et la maîtrise encore insuffisante des technologies et des itinéraires techniques affectent considérablement les performances des filières agricoles mauritaniennes. Ces dernières demeurent, malheureusement, insuffisamment valorisées en raison du faible niveau de transformation mais aussi d’identification des circuits de commercialisation.

«C’est dans ce cadre que la stratégie de développement du secteur agricole (à l’horizon 2025), conformément aux orientations de la Stratégie de Croissance Accélérée et de Prospérité Partagée, s’est fixée comme objectif majeur ‘le développement de filières porteuses de croissance, génératrices d’emplois permanents et de revenus incitatifs », a déclaré la Ministre Mint El Ghotob Ould Moma. « Objectif qui pourra être atteint à travers la mise en œuvre du Programme National de Développement du Secteur Agricole et dans lequel le nouveau projet PRODEFI s’insère parfaitement, » a-t-elle ajouté.

Quant au Directeur régional de l’Afrique de l’Ouest et du Centre du FIDA, Ides de Willebois, il a souligné que PRODEFI, un projet d’un coût total de plus de 45 millions d’USD est le résultat d’une réflexion conjointe entre le Gouvernement mauritanien et le FIDA pour la promotion de filières rémunératrices et résilientes, inclusive des ruraux pauvres, y compris les femmes et les jeunes. Il permettra un ciblage accru des jeunes ruraux, une promotion de la prise en compte des aspects nutritionnels  et mettra l’accent sur la résilience des filières au changement climatique grâce à un financement du Programme d’Adaptation de l’Agriculture Paysanne (ASAP).

« Je voudrais souligner encore une fois notre appréciation de la coopération fructueuse qui existe entre la Mauritanie et le FIDA, et je réitère l’engagement continu du Fonds à œuvrer à vos côtés dans la lutte contre la pauvreté rurale en Mauritanie»,  a déclaré Ides de Willebois.

Il faut rappeler que le PRODEFI cible plus de 243 000 bénéficiaires et est cofinancé par le FIDA et le Gouvernement mauritanien. Il  sera mis en œuvre dans les régions du Sud du pays – Brakna, Assaba, Gorgol, Guidimakha, Hodh El Gharbi et Hodh Ech Charghi.  Il va privilégier d’abord les filières maraîchage, aviculture, lait de chèvre et produits forestiers non ligneux en mettant en relation les marchés et les bassins de production et en privilégiant des partenariats entre les petits producteurs et les acteurs privés des filières. Il permettra d’améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle et accroître leurs revenus des populations rurales pauvres.

Communiqué de presse no FIDA/29/2017
Le FIDA investit dans les populations rurales, en les autonomisant afin de réduire la pauvreté, d’accroître la sécurité alimentaire, d’améliorer la nutrition et de renforcer leur résilience. Depuis 1978, nous avons octroyé 18.5 milliards d’USD sous la forme de prêts à faible taux d’intérêt et de dons en faveur de projets qui ont touché quelque 464 millions de personnes. Le FIDA est une institution financière internationale et un organisme spécialisé des Nations Unies dont le siège est à Rome – le centre névralgique des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture.

 

 

Contacts

 

Excellence Aziz ,un pas pour introniser notre presse comme 4éme pouvoir.

A l’occasion de la célébration de la journée internationale de la Presse, n’en déplaise à vos détracteurs politiques, je  vous exprime mes vives félicitations  pour votre apport à la liberté et libéralisation de la presse qui vient de placer la Mauritanie et pour la 6éne année consécutive à la tête des pays arabes en matiére de liberté  et vous suggére  de faire  le pas  qui placera notre presse dans sa juste place de véritable 4éme pouvoir au service du développement du pays.
Aussi, en ma qualité d’ancien reporter bilingue de presse du l’unique quotidien national public dans les années 72, 73 et 74 ‘’Nouakchott-informations’’, tiré sur stencils en français et Arabe et actuel rédacteur  bénévole de plusieurs presses numérisées toujours critiques du développement mais toujours détenteur  de propositions de solutions faciles et immédiates ( je remercie au passages les presses qui  me publient régulièrement),  je vous félicite pour la juste et courageuse annulation de l’article 11 qui étranglait nos presses naissantes.
Tout en ma qualité d’ancien Administrateur de  développement qui a laissé des traces indélébiles dans le développement de l’Agriculture et l’Education :
 
1 – Indélébiles dans l’agriculture irriguée en 1984 au Trarza pour avoir pris l’initiative d’aménager gratuitement 1000 ha aux population démunies de Keur Massénedans une année de fortes sécheresse et famine nationale ( la SONADER n’aménageait que 50ha/an au Trarza sur financements de  l’Etat et de la Hollande de 1976 à 1984 inclue) pour faire passer le rythme d’aménagement officiel  à 5000 ha/an en 1987 ( stat. disponibles) par le secteur privé et collectivités non encadrés par la SONADER.
2- Indélébiles dans l’enseignement secondaire en 1994 à Maaden El ervane pour avoir conçu et appliqué sur fonds propres le sytéme éducatif Oughoul El Ouahatt intensif et gratuit (au coût zéro à l’Etat et parents d’éléves) qui a donné durant 10 ans (1998 à 2008, année de mon 1er AVC) un nombre d’admis au Bac scientifique trilingue à cette Oasis supérieur chaque année au total des admis au Bac des 3 lycées publics d’Aoujeft, Chinguetti et Ouadane réunis bien que dotés d’un appui de l’Etat qui avait dépassé dans cette période le milliard d’UM pour  encadrer 100 écoles primaires dans les oughtaas.
Le pas à faire est d’accepter de réagir favorablement à nos articles critiques de la mauvaise gestion actuelle des secteus de l’Education et l’Agriculture .
En matiére d’’Education :
1-      Je vous prie d’accepter ma proposition de financer  et d’inaugurer en personne  le 15 juillet 2017 le projet vulgarisateur du systéme Oughoul El Ouahatt d’Aoujeft  soumis par l’Association  des 30 jeunes Docteurs de Maaden (une Oasis qui n’avait pas un seul bachelier en 1998) aux 2 Ministéres de l’Education et de la jeunesse .
 Ce projet  fera tâche d’huile dans le pays pour économiser rapidement à l’Etat prés de 50 milliards d’UM/an et sauver nos juvéniles (âgés de 12 à 19 ans) à  de l’extrémisme violent, banditisme, racisme tribalismes vulgaires envahissants au profit de la recherche scientifique .
2-      En matière d’Agriculture :
2-1 Au niveau du fleuve :
           Valoriser les 6 milliards de m3/an du Delta que nous déversons à l’Océan ou offrons à l’engraissage des oiseaux migrateurs.
          2-2 Au niveau des Oasis modernes au Nord : accepter d’implanter 3 usines de dessalement pour télé irriguer par l’énergie renouvelable 10.000 à 30.000 ha des oasis modernes du territoire saharien devenu récemment, grâce au phénoméne du réchauffement de la terre, apte à la phoeniciculture créateurs de 40.000 à 180.000 d’emplois de jeunes à revenus à l’ha 40 fois supérieur à celui de l’ha du riz.
          2-3 Au moment où je mets sous frappe cet article j’ai été informé que prés de 500 tonnes de légumes restantes des 2000 tonnes de la production des agriculteurs de Madden  qui subissaient depuis janvier la destruction des termites par non commercialisation ainsi que la production dattiére de cette Oasis sont attaqués depuis prés d’un mois par les criquets dans la partie Sud de l’Oasis prés du Barrage.
            Si l’Etat accepte de répondre à ces proposition  journalistiques de sauvetage ( transport  par 10 camions frigos importés au coût du transport de la production) de cette production  menacée et proposée depuis le 17 mars dernier sans réponse, je gage que cette Oasis pourra donner l’exemple au pays en produisant non plus 2000 tonnes mais 20.000 tonnes créatrices d’un retour massif des populations au terroir et de l’acquisition d’un revenu annuel de plus de 2 milliards d’UM.
           En un mot pour  introniser notre presse que vous créée  dans sa véritable place de 4éme pouvoir , il faut et il suffit que le Président de la République fasse le pas de répondre à nos nombreuses investigations de bonne gouvernance des secteurs de l’Education et de l’Agriculture.
           Nouakchott le 4 Mai 2017
          Cheikhany  Ould Sidina
          Ancien reporter de presse
 –          Maire de Maaden El ervane

Candidature unique pour le FNDU : Une illusion ?

Le Forum National pour la Démocratie et l’Unité (FNDU), principal pôle de l’opposition démocratique, a décidé de se trouver une candidature unique pour la présidentielle de 2019. Un gros challenge  confié à l’ancien Premier ministre de Sidioca, Yahya ould Ahmed El Waghf, entouré d’une commission ad hoc.

L’homme a certes les capacités et les qualités pour proposer de bons critères de désignation à ses pairs, comme il peut, également, concocter un programme commun de gouvernement. Mais le Forum, constitué de membres de tous les horizons, partis politiques, Société civile, syndicats et personnalités indépendantes, qui  ont  fréquemment  étalé leurs divergences, sera-t-il pour autant capable de se choisir un candidat en son sein ? La décision de le tenter est certes louable, elle est même à saluer : elle montre le souci du FNDU à changer de stratégie, en  proposant  une alternative  au peuple mauritanien ; mais risque fort, avancent nombre d’observateurs, ne pas faire long feu. « C’est même la meilleure manière de faire éclater le Forum »,  croit savoir un observateur averti de la scène politique. Il faudra donc négocier dur pour harmoniser les points de vue. Sur quelles bases concocter un programme gouvernemental commun, par exemple, alors que les islamistes  de Tawassoul prêchent un Etat islamique, quand les autres en prônent un libéral ? Cela dit, une telle question peut amener chacun à approfondir sa position, dépasser ses préjugés et à trouver, ainsi, une voie tout à la fois fidèle et novatrice…

Pour parvenir à une candidature unique, il semble incontournable de lister des critères de candidature, organiser une primaire, désigner un corps électoral et convaincre, enfin, les uns et les autres de respecter les règles du jeu. Mission parsemée de plusieurs embûches… D’abord au sein même du Forum où  personne ne semble prêt à suivre les autres, leur donner  plus de chances qu’à soi-même. Occasion plutôt rêvée de jauger le poids de son propre parti au sein de l’opinion.  Or, il  n’est un secret pour personne que les différents partis politiques obéissent à des agendas  différents. Le refus de Tawassoul à se plier au boycott prôné par le FNDU, lors des municipales et législatives de 2013, en est une illustration mais n’est que la partie émergée de l’iceberg. Certains pôles du Forum – surtout les personnalités indépendantes, pour ne pas les nommer – reprochent souvent à leur homologue politique de faire trop ombrage aux autres. On raconte même que Cheikh Sid’Ahmed  Babamine, qui a cédé le fauteuil de président du rassemblement citoyen  à Mohamed Jemil Mansour, il y a quelques semaines, aurait été victime d’une cabale montée par diverses personnalités du Forum. C’est ce qui expliquerait son absence aux manifestations, en fin de son mandat. Habituellement étouffé, le malaise des indépendants pourrait éclater  au grand jour. Les syndicats et la Société civile  sortant, eux aussi, de leur silence. La question de la candidature unique est donc manifestement à haut risque. S’en remettre, alors, à une candidature indépendante, pour préserver l’« unité de façade » du FNDU ? Conscients des dangers d’implosion, quasiment tous les partis du Forum en sont à peser le pour et le contre…

Plusieurs observateurs de la place avancent l’idée de soutenir une  candidature unique mais  externe, tenant compte des expériences de 1992 et 2009. Dans le premier cas, l’UFD peinait à se trouver un candidat et jeta son dévolu sur Ahmed ould Daddah, fraîchement  débarqué de l’extérieur. Dans le second, Le Front National pour la Défense de la Démocratie (FNDD) choisit Messaoud ould Boulkheir, alors président de l’Assemblée nationale et de l’APP. Tawassoul refusa l’option et jeta son président  Jemil Mansour dans la course.  On connaît la suite.

Le FNDU doit rester prudent dans sa quête. Il lui faut, d’abord et en priorité, s’assurer un pacte de confiance en son sein. Et se méfier, ensuite, des manœuvres en coulisses du pouvoir qui ne manquera pas d’user de tous les moyens pour l’empêcher de s’entendre sur un candidat unique, surtout si celui-ci devait être de ses  ennemis  jurés, comme Ely ould Mohamed Vall  ou  Mohamed ould Bouamatou. A cet égard, on n’oubliera pas que le pouvoir suspecte les trente-trois sénateurs frondeurs d’avoir été contactés par l’opposition vivant à l’étranger, notamment au Maroc…

Comme on le sait, la puissance régnante s’est déclarée, par la voix de son chef, depuis Néma, après une critique acerbe de l’opposition, convaincue de que celle-ci n’a aucune chance de gagner l’alternance. Les dés sont-ils pipés d’avance ? Mais  la  crise  multiforme que connaît  le pays et que nie le pouvoir a suffisamment pris d’ampleur pour contraindre les acteurs à s’asseoir autour d’une table et débattre, sans passion, afin de permettre au pays d’aborder le virage de 2019 dans la sérénité. Faute de quoi, ils auraient à en répondre, devant les Mauritaniens et l’Histoire.

Que les partisans du recours à la violence ou à un coup d’Etat se détrompent ! Le pays ne veut pas de tels expédients : il sait parfaitement comment et quand cela commence mais jamais quand ni comment cela finit. Aux ordres et désordres des militaires, depuis 1978, la Mauritanie veut se construire, enfin, dans la durée citoyenne. Supporterait-elle une nouvelle transition, avec un autre militaire-caméléon, prêt à se muer en civil pour garder le pouvoir ? Aujourd’hui, chaque tribu a ses galons, dispose donc d’armes, alors que la citoyenneté a pris racine, au sein même du peuple : grands sont les risques d’embrasement.

DL

 

 

Source: lecalame

La fondation Habib Ould Mahfoud decerne des prix aux lauréats du concours du meilleur article dans les langues arabe et français

 La fondation Habib Ould Mahfoud a remis, mercredi à Nouakchott, les prix aux lauréats du concours du meilleur article dans les langues arabe et français, organisé dans le cadre des activités commémoratives de la journée internationale de la liberté de presse.
Le Représentant du ministère des Relations avec le Parlement et de la Société Civile à cette cérémonie, le chargé de mission M. Moustapha Ould Sid’El Moctar, a débuté son intervention, en appelant à la lecture de la sourate d’‘’El Vatiha’’, pour l’âme de feu Habib Ould Mahfoud, transmettant les salutations du département à la fondation et rappelant pour la circonstance les qualités élevées du défunt et ses compétences rares, en tant que doyen de la presse indépendante en Mauritanie et icône du quatrième pouvoir national.
A propos des lauréats, le premier prix pour la catégorie arabe, a été remporté par Abdallahi Ould Etvagha El Moctar, et remis en son nom à Mohamed Vall Ould Oumeir par M. Jean Kouchner, secrétaire général adjoint de la fédération internationale de la presse francophone.
Le même prix pour la catégorie français a été decerné à Sneiba Mohamed, et remis à l’intéressé par le chargé de mission au département des Relations avec le parlement.
La seconde place de la catégorie arabe a été remportée par Mohamed Moctar Ould Mohamed Vall, directeur du site « Ennahar ». Le prix a été remis par la présidente du réseau des femmes journalistes, Mme Meimeh Mint Mohamed Ahmed.
Le second prix catégorie français a été decerné à Ahmed Bezeid Ould Beyrouck, remis à son nom au président d’honneur de la fondation, par M. Ahmed Ould Hamza, président de l’Alliance franco-mauritanienne.
Le troisième prix arabe a été discerné à Sidi Mohamed Ould Ejiwone, de la télévision Sahel, remis par le président du syndicat des journalistes mauritaniens (SJM), M. Ahmed Salem Ould Moctar Salem.
Le prix du 3e lauréat de langue française a été decerné à Oumar Sow, et remis en son par la présidente de la fondation Taghla Mint Abeidalla, au journaliste Sy Mamoudou, directeur de publication du journal ‘Eveil Hebdo.
Les premiers prix dans les deux catégories ont porté sur des PC dons, à part égale, de Mauritel et de la commune de Tevragh Zeina.
Pour les autres lauréats, les prix ont porté sur une attestation de distinction et un précieux livre.
Notons enfin, que le conseiller scientifique de la fondation, Dr Lemine Ould Mohamed Baba, a rappelé dans une intervention pour la circonstance, la décision de la commission d’organiser ce prix de meilleur article en français, déjà organisé par l’Union Européenne, en ajoutant la catégorie arabe, partant de l’actif scientifique de feu Habib Ould Mahfoud, qui a dédié sa vie et sa plume pour la consécration de la liberté de presse.

 

 

 

Source: AMI

Zouerate : Snim : après l’échec des négociations syndicales, les délégués du personnel rencontreront demain le wali

Zouerate Actu – Après trois jours infructueux de négociations entre la Snim et les représentants des travailleurs, ces derniers seront reçus ce vendredi 28 avril 2017, pour la seconde fois, par le wali du tiris zemmour, M. Isselmou Ould Sidi, apprend-on de source sûre.
Les autorités administratives locales avaient interdit tout meeting avant le 1er mai, mais les délégués du personnel tiennent à organiser un rassemblement ce samedi pour faire le compte-rendu des négociations syndicales aux travailleurs, indique la même source.
Les représentants des travailleurs avaient mis sur la table des négociations : une augmentation générale de 10%, gratification de cinq (05) salaires, retour des licenciés lors et après la grève de 2015, gratuité des acomptes de la fête du maouloud, gratuité des produits alimentaires de l’économat pendant le ramadan.
L’entreprise avait accepté les trois derniers points, mais les délégués syndicaux ont rejeté demandant l’application des cinq points avancés.
A souligner que cette fois-ci, le collège des délégués (CNTM, UTM, CGTM, CMT) fait bloc pour aller aux négociations.

 

 

Source :  Zouerate Actu

Je reste une militante de mon parti, tant qu’on ne m’a pas informé du contraire, dit El Malouma

« Je n’ai reçu de mon parti, l’UPR, aucun avis officiel, sur les informations diffusées sur le web et je n’accorde pas du tout, d’importance aux rumeurs relayées sur les réseaux sociaux », a affirmé la sénatrice Malouma.
« Je voue tout le respect et toute la considération à mon parti et à son président », a-t-elle ajouté. « La situation étant telle, je me considère toujours une militante de l’Union, n’ayant aucun problème avec mon parti », a-t-elle poursuivi.
La sénatrice avait organisé dernièrement une soirée artistique, au cours de laquelle, elle a présenté une chanson, rejetant les amendements constitutionnels, auxquels, son parti tient fermement.
Traduit de l’Arabe par Cridem

 

Source : Taqadoumy

Mauritanie : révision des listes électorales en prévision du referendum

Le conseil des ministres, dans sa réunion du jeudi, a adopté un projet de décret prévoyant l’organisation d’un recensement administratif complémentaire à caractère électoral à la liste des élections présidentielles de 2014.
Selon le ministre de l’intérieur et de la décentralisation, Ahmedou O. Abdalla, ce projet vise l’organisation d’un recensement administratif complémentaire à caractère électoral pour la mise à jour de la liste des dernières élections présidentielles de 2014.
Il a ajouté que ce recensement sera organisé sur toute l’étendue du territoire national et pour les mauritaniens de l’étranger.
Elle est du seul ressort de la commission électorale nationale indépendante, qui sera chargée de la préparation et de la supervision de tout le processus.
Le ministre a ajouté qu’après la publication de la liste électorale révisée, un délai de 10 à 8 jours sera donné à ceux qui n’auraient pas vu leurs noms sur la liste pour s’inscrire.

Les initiateurs de la Marche pacifique de la jeunesse Mauritanienne (MPJM) compte organiser un rassemblement pour expliquer leur revendication.

Le comité de pilotage et de réflexion de la MPJM a annoncé qu’il compte organiser un rassemblement pacifique de toute la jeunesse mauritanienne, pour mieux expliquer son programme de revendication. Cette révélation a été faite au cours d’une conférence de presse tenue au siège du FONADH, en présence du collectif des avocats et sympathisants du mouvement.

Prenant la parole un des responsables du mouvement de MPJM à l’honneur de Khally Diallo a souligné que «à travers cette marche nous avons des revendications qui n’ont pas encore étaient remise à l’interlocuteur que nous avons choisis et qui est le président de la république. Donc nous avons fait des doléances qui ne sont pas encore arrivées au bond port donc le travail va continuer et à partir de maintenant il n’ya plus lieu de reculons. ».

Les organiseurs veulent à travers ce rassemblement éduquer les jeunes à s’approprier les revendications consignés dans leur document sous forme de doléances. « Car ses doléances représentes les enquêtes, les réflexions qui ont été menées pour la jeunesse mauritanienne » ajoute-t-il.

Revenant au caractère de la marche, Mr KHally diallo a précisé que leur démarche s’est toujours inscrite dans la légalité. « Nous avons choisis la voie la plus difficile, une voie pacifique, sans violence. Nous sommes prêt à subir les matraques, les lacrymogènes, mais nous ne serons jamais prêt à répliquer ou à répondre par la violence. » Précise khally diallo de l’infinitive.

Pour lui, il s’agit d’une leçon de moralité que la jeunesse mauritanienne doit présenter face aux autorités, qui croient que les jeunes sont des bons à rien, qui ne savent que dormir ou œuvrer dans la violence ou la délinquance. Quand à Hawa Ciré Ba membre du comité de pilotage et de réflexion, elle a remercié le collectif des avocats qui s’est battu corps et âmes pour la libération des détenus du mouvement des jeunes. Madame Hawa a exhorté les jeunes à se battre et à rester ensemble. « Ce pays nous appartiens à nous tous et nous devons le construire ensemble. On doit se battre pour nos petits frères et pour nos enfants » a-t-elle conclu.

Il faut également noter qu’au cours de cette conférence de presse les avocats des détenus de la marche pacifique se sont également exprimés pour soutenir les jeunes à rester sur leur ligne pacifique et légale. C’est dans ce sens que Maitre Hamd Hamed Ould Haj Sidi a exprimé son enthousiasme du discours pacifique des jeunes. Il a rappelé la phrase du président Feu Mokhtar Ould DAdah, qui disait « l’avenir de la Mauritanie sera ce qu’en fera sa jeunesse ». Ould Haj sidi a exhorté les jeunes à rester sur la voie du pacifisme et à se conformer à la loi. Parlant de l’ordre national des avocats, Dr Hamd Hamed a souligné que « le barreau mauritanien a été reconnu toujours à travers le temps, et notamment à travers les secousses qu’a connu la Mauritanie comme un barreau, qui défend les délits d’opinions. Cette tradition va certainement continuer » «Je partage très sincèrement et très profondément vos convictions de changer la Mauritanie. De rêver pour une Mauritanie plurielles, plus égalitaires et encore plus démocratique. Et cela est bien possible » a conclut Maitre ould Hajj Sidi. Dans la même lancé Maitre El IDE a manifesté le soutien des avocats à la cause des jeunes tant que leur action s’inscrit dans la loi et dans le pacifisme.

Oumar Amadou M’baye

 

 

 

 

Source: essirage

Marine Le Pen: les étudiants africains devront rentrer après leurs formations

Marine Le Pen veut réserver les emplois aux français en priorité

Sur le plateau de TF1, Marine Le Pen a brossé les grandes lignes de son programme ce mardi 25 avril. Si elle affirme qu’elle veut suspendre toute immigration légale pendant une certaine période après sa prise du pouvoir, elle a également évoqué le cas des étudiants africains présents en France.
Marine Le Pen veut réserver les emplois aux français en priorité, elle l’a dit et répété. Pour y parvenir elle compte mettre en place des taxes sur l’emploi des étrangers, mais pas que… Si la présidente du Front national ne compte pas en finir à long terme avec le programme des étudiants étrangers venant d’Afrique, elle ne veut pas non plus que ces derniers s’installent en France après leurs études.
Pour la candidate du FN, ces étudiants formés en France seront bien plus utiles en Afrique où ils pourront aider au développement de leurs pays. Une mesure qui somme toute est plébiscitée par de nombreux adhérents du parti frontiste, mais aussi par certaines ONG africaines qui dénoncent depuis plusieurs décennies la fuite des cerveaux vers la France.

 

 

Source:  Webnews

Réunion du Conseil des ministres

 Le Conseil des ministres s’est réuni, jeudi matin au palais présidentiel à Nouakchott, sous la présidence de Son Excellence Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, Président de la République.

 

 

Source: AMI