Démarrage de la première phase du Rallye des sciences et de la deuxième étape des olympiades des matières scientifiques

Démarrage de la première phase du Rallye des sciencesLa première phase du Rallye des sciences et la deuxième étape des olympiades des matières scientifiques pour l’année 2017 ont démarré, dimanche, sur toute l’étendue du territoire national, avec la participation pour le Rallye de 567 élèves des classes de 3ème, de 5ème et de 6ème de l’enseignement secondaire et 2300 candidats pour les olympiades pour remporter le prix du Président de la République dans ce domaine.

Ces concours sont organisés par le ministère de l’Education nationale au niveau des capitales des wilayas dans les matières de mathématiques, de sciences, de chimie et de physique pour les établissements secondaires.

Les épreuves se déroulent dans 16 centres d’examens dont quatre à Nouakchott.

Dans une déclaration à l’AMI, la directrice régionale de l’éducation nationale au niveau de la wilaya de Nouakchott Ouest, Mme Aissata Coulibaly, a indiqué que la compétition a démarré à 10 heures pour permettre aux candidats d’être sur place à temps, soulignant que les épreuves se sont déroulées dans des conditions normales de transparence.

Elle a ajouté que cette compétition revêt une grande importance pour sa contribution à l’amélioration des niveaux des élèves dans les matières scientifiques et leur familiarisation avec les questions spécifiques des examens nationaux.

Il est à noter que lors de la première phase de ces olympiades le 5 du mois courant 6000 élèves avaient participé aux épreuves.

Source: AMI

Guergarate : Le geste du Maroc

raLa tension baisse d’un cran dans l’affaire de Guergarate. Le Maroc vient en effet de décider le retrait unilatéral et immédiat de ses forces dans la zone. Une décision qui fait suite aux recommandations du Secrétaire général des Nations-Unies, Antonio Guterres, qui a appelé « à faire preuve de la plus grande retenue et à prendre toutes les mesures nécessaires pour éviter l’escalade des tensions ». Prenant note de ces recommandations, qui restent « conformes à la légalité internationale » selon le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération, le Maroc fait un geste afin de « sauvegarder le cessez-le-feu et renforcer la stabilité régionale » en espérant que l’intervention du SG de l’ONU permette de « préserver intact le statut de la zone concernée et de garantir la fluidité du trafic routier  normal ».

L’Economiste

atlasinfo.info

USA: Un fils du boxeur Mohamed Ali retenu en rentrant aux Etats-Unis

fils du boxeur Mohamed AliMohamed Ali Jr, fils du légendaire boxeur Mohamed Ali, âgé de 44 ans, a été retenu et interrogé deux heures durant à son retour aux Etats-Unis depuis la Jamaïque début février, en raison de son nom à consonance arabe, selon des médias américains.

Né à Philadelphie (Pennsylvanie) et porteur d’un passeport américain, Mohamed Ali Jr voyageait avec sa mère Khalilah Camacho-Ali, une ex-épouse du boxeur décédé en 2016, a raconté son avocat et ami Chris Mancini au Courrier-Journal de Louisville.

Tous deux ont été retenus pour interrogatoire à l’aéroport international de Fort Lauderdale le 7 février en raison de la consonance arabe de leurs noms, a ajouté M. Mancini.

Mme Camacho-Ali a été relâchée après avoir montré aux douaniers une photo d’elle-même au côté de son ex-mari. Mais Ali Jr n’avait pas de photo et, selon M. Mancini, il a été retenu durant près de deux heures pour se voir demander à plusieurs reprises: « d’où tirez-vous votre nom? » ou « êtes-vous musulman? ».

Il a répondu qu’il était musulman, comme son père, mais les douaniers ont poursuivi l’interrogatoire.

« Pour la famille Ali, c’est clair que tout cela est directement lié aux efforts de M. Trump d’interdire l’entrée des musulmans aux Etats-Unis », a déclaré M. Mancini au Courrier-Journal. Il faisait référence au décret, suspendu par la justice, pris fin janvier par le président américain Donald Trump pour interdire momentanément l’entrée aux Etats-Unis des citoyens de sept pays majoritairement musulmans.

M. Mancini a précisé qu’il tentait, de concert avec la famille Ali, de découvrir combien d’autres personnes avaient été retenues pour des interrogatoires similaires et qu’ils envisageaient une plainte au niveau fédéral.

Les responsables de l’aéroport et des douanes n’ont pas répondu aux questions du journal sur cette affaire.

Mohamed Ali est mort le 3 juin 2016 à l’âge de 74 ans après une lutte de 32 ans contre la maladie de Parkinson. Il était né à Louisville (Kentucky), où il a été inhumé lors d’une imposante cérémonie.

Il avait changé de nom en 1964 en se convertissant à l’islam, abandonnant son nom de naissance, Cassius Clay, pour celui de Mohamed Ali. Aussi connu pour ses titres et ses victoires légendaires que pour son combat pour les droits civiques, il avait fait scandale en refusant de faire son service militaire au Vietnam. Marié quatre fois, il a eu sept filles et deux fils.

Avec AFP

afriquemidi.com

Le ministre des Affaires islamiques supervise l’ouverture du colloque sur l’humanisme de l’Islam

Le ministre des Affaires islamiquesLe ministre des affaires islamiques et de l’enseignement originel, M. Ahmed Ould Ehel Daoud, a supervisé, samedi, au centre international des conférences de Nouakchott, l’ouverture du colloque sur l’islam organisé par le cercle des  » moustarchidines  » et des  » moustarchidates  » de la confrérie Tidjania.

Au programme de ce colloque figurait une conférence présentée par le président du cercle Cheikh Mohamed El Moustapha Sy sur le rôle de l’islam dans la tolérance, dans l’amour et dans le rapprochement entre les peuples mauritanien et sénégalais.

A cette occasion, le ministre a indiqué que le thème de la conférence implique de grandes et nobles significations basées sur la justice, l’équité et la tolérance, soulignant que l’Islam est une religion d’amour, de solidarité et de fraternité.

Il a ajouté que la Oumma islamique a besoin aujourd’hui de revenir aux enseignements tolérants de l’islam comme unique voie pour assurer l’intégrité morale des individus et des groupes, en particulier des jeunes afin de consolider un système de valeurs morales fondées sur l’entente, le renforcement de la sécurité et de la stabilité.

Le ministre a souligné que ces constantes se sont illustrées dans les choix du Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, qui veille à ce que l’Oumma islamique demeure attachée à ses valeurs ancrées et à ses constantes pour faire face aux dérives morales et à l’extrémisme.

Il a enfin dit que de grands espoirs sont suspendus sur les résultats de ce colloque qui oeuvre à l’élaboration d’une approche islamique visant une meilleure coordination entre les sociétés islamiques et une vision commune face au fanatisme et aux extrémistes.

L’ouverture du colloque s’est déroulée en présence du wali de Nouakchott-ouest, M. Mahi Ould Hamed, et du député Mohamed Abderrahmane Ould Tolba, du cercle des Mourtachidines.

Source: AMI

UPF Guyane la nouvelle section de l’UPF l’Union Internationale

UPFUn groupe d’une vingtaine de journalistes de différents médias (Guyane 1ère, ATV Guyane, Radio Péyi, AFP, Kourou Télévision, France Guyane, Une Saison en Guyane…) s’est réuni en assemblée générale constitutive le samedi 11 février à 10 h 30 à l’hôtel Royal Amazonia à Cayenne.

Ils ont créé une nouvelle association loi 1901 de journalistes. Ses activités seront complémentaires à celles organisées par le Club de la Presse de Guyane.

Pour adhérer à l’Union de la Presse Francophone de Guyane, il faut être journaliste, éditeur ou gérant de médias travaillant en Guyane ou ayant déjà exercé sur le territoire amazonien.

L’association de Guyane est affiliée à l’UPF Internationale, une organisation internationale non gouvernementale (OING) créée en mai 1950 à l’initiative des journalistes originaires du Québec et de la France.

Cette structure internationale qui officie dans le monde francophone depuis 60 ans, regroupe aujourd’hui plus de 3000 membres répartis dans plus d’une centaine de pays. Elle organise, entre autres activités, des assises une fois l’an dans un des pays membres.

L’objectif est de valoriser le travail de l’ensemble des confrères et débattre sur des thèmes concernant la profession. Les 46èmes assises auront pour thème : « Journalisme : Investigation et Transparence ». Des centaines de personnes devraient participer à cet événement.

L’UPF Internationale est la plus ancienne association de journalistes francophones reconnue par l’Organisation des Nations Unies (ONU – 24 octobre 1945), Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO – 16 novembre 1945), Agence de coopération culturelle et technique (ACCT – 20 mars 1970) devenue Organisation internationale de la Francophonie (OIF en 2005).

En revanche, la création de l’UPF précède celle de la conférence des Ministres de l’Education Nationale des pays francophones, première institution officielle francophone. Il s’avère bénéfique pour les journalistes de Guyane d’intégrer l’UPF, synonyme d’ouverture vers l’international.

Après validation des statuts, un bureau a été élu pour trois ans. Frantz Montoban, Responsable d’Edition à Guyane 1ère, a été élu à l’unanimité président de l’UPF Guyane.

Le bureau est composé de journalistes de différents médias de Guyane : Mathilde Romagnan (1ère vice-présidente – Radio Péyi), Catherine Vulpillat (2ème vice-présidente – France Guyane / TV Magazine), Ayodélé Germa (Secrétaire générale – ATV Guyane), Franck Leconte (Secrétaire général adjoint – Guyane1ere) Nikerson Perdius (Trésorier – Guyane1ere), Nicolas Mézil (Trésorier adjoint – Radio Péyi).

« Cette pluralité dans l’instance dirigeante devrait permettre aux élus de transmettre les informations sur les activités, les projets dans les rédactions et de faire remonter toutes les propositions des confrères auprès de l’administration. L’association se veut fédératrice de toutes les énergies. L’essentiel est de créer un véritable lieu d’écoute et d’échange entre les professionnels », précise Frantz Montoban qui avait reçu mandat officiel de l’UPF Internationale, le 05 décembre 2016, pour la création de l’UPF Guyane.

« Cette association veut s’atteler à resserrer les liens entre les journalistes et tous les professionnels ayant une activité permanente dans le domaine de la presse sur le plan local, régional, caribéen, national et international, d’organiser ou participer à des formations, d’encourager le développement des médias francophones, d’en rapprocher les membres, de produire, faire réaliser ou participer à la réalisation de différents supports…

Pour développer et conforter ces liens, nous envisageons de faciliter l’organisation, de participer ou d’organiser des conférences-débats, des assises ou des séminaires à caractère régional, national ou international susceptibles de valoriser, de promouvoir la langue française et le métier de journaliste.

A cet effet, nous allons mener des actions d’envergure pour faciliter le déplacement de ses membres à l’extérieur de la Guyane dans le cadre de leur pratique professionnelle et / ou manifestations ayant un lien avec la profession partout où il sera nécessaire de promouvoir et de valoriser l’activité journalistique », ajoute Frantz Montoban.

L’assemblée générale constitutive, très enrichissante, annonce de bonnes perspectives pour le développement de cette association avec l’aide de différents partenaires dans le respect de l’éthique et de la déontologie journalistique. L’UPF Guyane devrait s’intégrer parfaitement dans le paysage médiatique local. Les confrères ont fait part de leur satisfaction quant à l’arrivée de cette structure internationale en Guyane. Ils espèrent développer des échanges avec les journalistes du monde entier.

Nous sommes déjà en relation avec nos confrères de la Guadeloupe, très intéressés, eux aussi, au développement des échanges. Jocelyn Durizot (président de l’Union des Journalistes et des Médias Guadeloupéens (UJMG) et Jean-Claude Rodes président de l’UPF Guadeloupe sont membres de l’UPF Internationale depuis quelques années déjà. Ensemble, nous envisageons de travailler sur différents dossiers, notamment celui de la formation professionnelle, un atout pour nos membres face au développement des nouvelles technologies.

« Cette pluralité dans l’instance dirigeante devrait permettre aux élus de transmettre les informations sur les activités, les projets dans les rédactions et de faire remonter toutes les propositions des confrères auprès de l’administration. L’association se veut fédératrice de toutes les énergies. L’essentiel est de créer un véritable lieu d’écoute et d’échange entre les professionnels », précise Frantz Montoban qui avait reçu mandat officiel de la part de Jean Kouchner, secrétaire général de l’UPF Internationale, le 05 décembre 2016, pour la création de l’UPF Guyane.

« L’UPF Guyane a pour objectifs de défendre la liberté de la presse et des journalistes, défendre la liberté des médias et la liberté d’expression, développer les relations entre professionnels de la presse et des médias existants et à venir, d’entretenir l’esprit de fraternité et de solidarité au sein de l’association en assurant la promotion de la langue française. Elle participera et organisera toute manifestation valorisant le travail et la formation des journalistes », conclut Frantz Montoban, le président fondateur de l’UPF Guyane.

Lauthentic.info

Flash : 8 nouvelles à découvrir …

le championMauritanie : le champion en titre du football mauritanien, le FC Tevrag Zeina, battu à domicile, o-1 par l’équipe championne du Soudan El Merrick, dans le cadre des championnats arabes des clubs champions.Mauritanie : le ministre de l’équipement et des transports, Seyidna Ali O. Mohamed Khouna a effectué une visite d’information à l’office national de la météorologie.

Etats Unis : le président Trump annonce son intention de prendre un nouveau décret interdisant l’entrée des réfugiés et les citoyens de 7 pays musulmans.

Libye : le conseil présidentiel du gouvernement d’entente national a annoncé samedi la conclusion d’un accord de cessez le feu à Tripoli supervisé par les structures concernées qui en relèvent et des notables dans les villes de Terhouna et Guerbane.

Congo : le conseil de sécurité a condamné les violences intervenues dans le Kasaï et a déclaré que les exactions commises par les forces de l’ordre peuvent être qualifiées de « crimes de guerre ».

Syrie : 42 morts sont mortes dans deux attentats contre deux postes de sécurité à Homs selon l’AFP.

Nigéria : lors d’un sommet tenu à Oslo, les pays donateurs ont promis une aide d’urgence de 672 millions de dollars au Nigéria et aux autres pays de la région du lac Tchad afin d’aider les populations déplacées qui ont fui les exactions de Boko Haram, menacées de famine.

Irak : les forces armées ont repris le contrôle de la totalité de l’aéroport de la ville de Mossoul, après avoir chassé les combattants de l’état islamique.

Campagne de sensibilisation à Nouakchott sur les dangers de la migration illégale et de l’extrémisme

Campagne de sensibilisation à NouakchottLe Réseau des associations des jeunes a organisé, samedi, à Nouakchott, une caravane de sensibilisation sur les dangers de la migration illégale, de l’extrémisme et du terrorisme.

La caravane financée avec l’appui de l’organisation internationale pour la migration (OIM) et du gouvernement du japon s’est ébranlée de la moughataa de Riyad vers celle de Sebkha en passant par la moughataa d’El Mina.

Au niveau des carrefours principaux de l’itinéraire de la caravane, les organisateurs ont présenté des exposés mettant en exergue les dangers de la migration illégale et mettant en garde les jeunes contre l’extrémisme et le terrorisme.

A cette occasion, le président du Réseau, M. Moussa Mbareck, a indiqué que cette caravane entre dans le cadre des efforts visant à contribuer à la sensibilisation de la société sur les dangers et risques de la migration illégale, de l’extrémisme et du terrorisme qui sont des phénomènes étrangers aux valeurs de notre société musulmane et tolérante.

Il a remercié l’OIM et le gouvernement du Japon pour leur appui qui a permis au réseau d’organiser cette activité.

Pour sa part, Mme Tomoko Sato, représentante de l’OIM, a loué cette manifestation qui va contribuer à la sensibilisation des jeunes et à les informer sur les dangers de la migration illégale.

Il est à noter que le réseau des associations des jeunes comprend trois coordinations qui sont l’ « Association des Jeunes Mauritaniens pour la Culture, le Sport et les Arts « , le  » Forum Panafricain de la Jeunesse Associative  » et  » la Jeunesse à l’heure « .

La cérémonie de lancement de cette caravane s’est déroulée en présence du délégué régional de la jeunesse et des sports au niveau de la wilaya de Nouakchott Sud et d’un grand nombre de jeunes.

Source: AMI

Mauritanie : le chef de l’armée, un « héritier potentiel » du pouvoir

ghazizLe chef d’état-major des armées mauritaniennes, le général Mohamed Cheikh Mohamed Ahmed Ould Ghazwani (Gauche), « répond aux critères » fixés par Mohamed Ould Aziz pour son dauphin à la tête de l’Etat, a confié une source politique à Alakhbar.

Mohamed Ould Abdel Aziz est à son deuxième et dernier mandat à la tête de la magistrature suprême, selon les dispositions de la Constitution. Dans une interview à France 24, il a promis son soutien à un « dauphin » connaissant les intérêts de la Mauritanie et capable de gouverner le pays.

Selon la source, « ces critères favorisent plus les membres des Forces armées et de sécurité que les civils ».

La source soutient : « Si des civiles dans la majorité présidentielle connaissent les intérêts de la Mauritanie, il leur manque le deuxième critère. Aux yeux des militaires, l’armée ou les forces de sécurité sont les seules capables de gouverner le pays, parce qu’elles sont dotées de force et de rigueur. Mohamed Ould Abdel Aziz avait d’ailleurs renversé le président civil, (le 6 août 2008) Sidi Ould Cheikh Abdellahi après l’avoir accusé d’incapacité de gouverner ».

En tête de liste des membres des forces armées ou de sécurité capables de gouverner la Mauritanie après le départ de Mohamed Ould Abdel Aziz, la source place son chef d’état-major de armées et « ami fidèle de longue date », le général Ould Ghazwani.

Mohamed Ould Abdel Aziz et Mohamed Cheikh Mohamed Ahmed Ould Ghazwani, surnommés « Les deux Mohamed » font partie de la même promotion des derniers officiers mauritaniens sortant de l’Académie royale (interarmes) de Meknès au Maroc.

« Les deux Mohamed ont déjoué la stratégie de l’ancien chef de l’Etat, Ely Ould Mohamed Vall, qui encourageait le vote blanc » aux élection présidentielle du 25 mars 2007 « pour se maintenir au pouvoir », poursuit notre interlocuteur.

 Les deux Mohamed ont ensemble renversé le régime de Maouya Ould Sidi Ahmed Taya le 3 août 2005 puis le régime Sidi Ould Cheikh Abdellahi.

En 2009, le président Aziz a subi un accident d’avion. En 2011, il a été blessé par balle. « Durant ces moments difficiles le général Ould Ghazwani lui est resté fidèle alors qu’il pouvait avoir des ambitions du pouvoir ».

Durant tout le règne de Ould Abdel Aziz, ce dernier « s’est servi de son chef d’état-major comme une baguette magique pour maintenir la stabilité au sein des institutions militaires et sécuritaires ».

Le général Ould Ghazwani « jouit d’une bonne popularité parce qu’il est originaire de l’Est du pays où la forte densité de la population et il est issu d’une famille maraboutique dispersée dans plusieurs endroits du pays ».

« Parmi les atouts du général Ould Ghazwani c’est qu’il entretient aussi de bonnes relations avec l’Occident ».

« Jusque-là Ould Ghazwani s’est placé au-dessus des tiraillements politiques au sein de la majorité présidentielle et entre le pouvoir et l’opposition ».

Le général Ould Ghazwani « n’est pas impliqué dans le dossier du passif humanitaire ». Il jouit d’une » bonne réputation » au sein de l’armée.

Si le général Mohamed Cheikh Mohamed Ahmed Ould Ghazwani pourrait « facilement passer au premier tour des élections présidentielles » comme le pense la source, son handicape est qu’il sera comptable du bilan d’Ould Abdel Aziz parce qu’il fait partie de son régime.

L’opposition pourra aussi considérer l’arrivée du général Ould Ghazwani au pouvoir comme un échec de sa lutte contre la l’implication de l’armée dans la vie politique.

Aussi la source indique : « Des proches parents du président Mohamed Ould Abdel Aziz qui ont pu repoussé du terrain commercial la tribu de l’ancien chef de l’Etat Taya craignent à leur tour d’être prochainement concurrencés par la tribu du général Ould Ghazwani, une fois au pouvoir ».

Reste cette question centrale que se pose notre source : « Qui va continuer le travail de stabilisateur des forces armées et de sécurité quand le général Mohamed Cheikh Mohamed Ahmed Ould Ghazwani sera occupé de gérer les affaires de l’Etat? ».

A suivre l’héritier du président Aziz

Alakhbar

France: à Nantes, des heurts éclatent en marge d’une manifestation anti-FN

à NantesEntre 2 000 et 3 000 personnes ont défilé dans les rues de la capitale de la Bretagne historique ce 25 février pour protester contre la venue le lendemain de Marine Le Pen. La présidente du Front national doit en effet se rendre à Nantes pour un meeting censé marquer le début de sa campagne.

Des heurts ont éclaté ce samedi 25 février dans le centre de Nantes, en Loire-Atlantique, en marge d’une manifestation pour protester contre la venue dimanche de Marine Le Pen, la présidente du Front national (FN) et candidate à la présidentielle.

Réunis à l’appel du Collectif nantais de refus des extrêmes droites, de la CGT, de la ZAD (Zone à défendre) de Notre-Dame des Landes, sous le slogan « Nantes debout soulève toi », les 2 000 à 3 000 protestataires brandissaient des pancartes proclamant « FN imposture sociale » ou « Le fascisme ne passera pas ».

Pas un parti comme les autres

A Nantes, ce 25 février, des gendarmes et CRS mobiles étaient postés à chaque intersection de ruerapporte notre envoyé spécial, Alexis Bedu. Face à eux, une centaine de jeunes manifestants cagoulés. Les grenades lacrymogènes ont répondu aux jets de pierres et aux bouteilles en verre. Dans les rues de la ville, avec la cohue et les mouvements de foule, l’air est devenu irrespirable, ce qui n’a pas empêché la manifestation d’aller à son terme.

Pour ses opposants, le FN n’est pas un parti comme les autres. Selon eux, rien n’a changé depuis 1972, année de sa création. « Le FN est resté un parti raciste, homophobe et dangereux pour le « vivre ensemble » », selon un manifestant.

Les actions se poursuivront ce dimanche : une « opération escargot » est prévue autour du Zénith de Nantes où Marine Le Pen tient son meeting. L’objectif ? Gêner la tenue de cet évènement censé lancer la campagne de la candidate du Front national.

Source: RFI

Référendum en Turquie: le camp du «oui» passe à l’offensive

binaliyildrim_0La campagne référendaire est lancée en Turquie. Les électeurs vont devoir dire le 16 avril prochain s’ils acceptent le changement de système politique et le passage à un régime présidentiel, selon le souhait du président Recep Tayyip Erdogan. Ce 25 février, le camp du « oui » mené par le Premier ministre Binali Yildrim a lancé sa campagne devant plusieurs milliers de personnes à Ankara. Mais si le « oui » bénéficie du soutien de la machine administrative et de la plupart des médias, pour l’instant, les résultats s’annoncent plus serrés que prévu.

Le Premier ministre turc a exhorté ce 25 février ses concitoyens à dire « oui » à une réforme controversée qui renforcerait considérablement les pouvoirs du président Recep Tayyip Erdogan. « Pour une Turquie forte, une stabilité durable, notre décision est « oui ». C’est notre voeu, il se réalisera », a déclaré Binali Yildirim lors du premier meeting de campagne du Parti de la justice et du développement (AKP, au pouvoir) à Ankara.

La Turquie se dirige vers un référendum, le 16 avril, sur une révision constitutionnelle qui vise à transférer la totalité du pouvoir exécutif au président, ce qui renforcerait considérablement les prérogatives du président Erdogan.

Mais les opposants à cette réforme estiment qu’elle accorderait trop de pouvoirs au président turc, accusé de dérive autoritaire, notamment depuis le putsch manqué du 15 juillet qui a été suivi de purges d’une ampleur inédite.

« Non au système d’un seul homme »

La Turquie vit toujours sous état d’urgence. Des députés de l’opposition sont emprisonnés pour soutien au terrorisme et des milliers de personnes ont été licenciées ou arrêtées. Le contrôle de Recep Tayyip Erdogan sur le pays n’a jamais semblé aussi fort.

Pourtant à Istanbul, même dans des quartiers plutôt favorables au président comme à Esenyurt, les avis sont très partagés, avec notamment cet électeur sensible aux arguments du camp du « non » : « Regardez au Proche-Orient, ce qui se passe dans les régimes d’un seul homme, c’est la division. Ce pays est celui de tous, et pour nous tous. Le système parlementaire est au service de tous. Je dis « non » au système d’un seul homme ».

Le camp du « oui » joue pour sa part la carte de la stabilité sous l’autorité de Recep Tayyip Erdogan, un discours qui fait mouche quelques mois après le coup d’État raté de juillet dernier : « Oui, je vais dire « oui » pour la Turquie. Sans unité, nous ne pourrons pas venir à bout de cette période de troubles. Nous vivons dans une époque dangereuse, et c’est pourquoi je vais voter « oui ». Que Dieu nous vienne en aide et sauve nos âmes ».

Les premiers sondages indiquent que le « non » pourrait l’emporter. Avec cette campagne qui démarre, le camp du « oui » entend bien se rassurer sur le sort du système présidentiel.

Source: RFI