Mauritanie: le 4e anniversaire du « Manifeste Haratine » sera célébrer à grande pompe

Le 4e anniversaire de la publication du Manifeste pour les droits politiques, économiques et sociaux des Haratines (MDPESH), composante maure à la peau noire et à majorité descendant d’esclaves, aura cette année un cachet particulier.

Publié début avril 2013 et suivi d’une imposante marche le 29 du même mois, ce manifeste a pour objectif de dénoncer «la marginalisation et l’exclusion historique» de la composante «Haratine» deMauritanie. Cette exclusion touche tous les domaines: politique, le commandement au niveau de l’armée, les affaires, la haute administration, etc.

Pour bien marquer l’évènement et les esprits, la célébration du 4e anniversaire du MDPESH sera marquée cette année «par des activités populaires culturelles diversifiées à Nouakchott et les autres grandes villes de Mauritanie». 

Dans la capitale, il est notamment prévu l’organisation de deux grandes marches«avec pour point de départ, respectivement la mosquée marocaine, et le carrefour de Madrid, pour une jonction au niveau de la place comprise entre l’ancienne maison des jeunes et le stade de la capitale, ou seront organisés des prestations folkloriques et un meeting populaire», annonce la direction du manifeste.

Les festivités de célébration 2017 de cet événement prévoient également «des actions de mobilisation, de sensibilisation, des conférences/débats, des séminaires, des meetings de quartiers et des rassemblements populaires».

Dans le cadre de cette sensibilisation à la cause des Haratines, les organisateurs invitent les animateurs, partisans et sympathisants du «Manifeste» à «se servir des médias et des réseaux sociaux, pour expliquer la vision et l’esprit à l’origine d’un manifeste porteur d’espoir pour l’ensemble du peuple mauritanien en quête de justice et d’égalité».

Par ailleurs, la déclaration de ce jeudi exhorte les cadres de ce courant socio-politique «à expliquer cette vision» à l’opinion nationale et internationale, en vue de faire évoluer progressivement les mentalités et de créer les conditions d’une cohabitation communautaire plus juste et plus harmonieuse en Mauritanie.

Il n’existe pas de statistiques officielles sur l’importance numérique de la composante «Haratine» en Mauritanie. Les données disponibles portent sur le groupe Hassanophone, déterminé sur la base de l’usage de la langue.

Cependant, partant des conditions sociales concrètes, des voix s’élèvent pour réclamer la reconnaissance officielle de la spécificité des haratines dont certaines organisations estiment qu’il représenterait autour de 40% de la population mauritanienne.

Partis des «Adwaba», campagnes de l’intérieur du pays, qui regroupent les populations sur des bases souvent tribales, sous la poussée de l’exode rural résultant de la terrible sécheresse du début des années 1970, cette frange de la population, est fortement implantée aujourd’hui dans les zones périurbaines deNouakchott et Nouadhibou, les 2 principales villes du pays.

Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya 
Le360

Des sénateurs entendent traduire le président Aziz devant la Haute Cour de Justice (Ghadda)

Un sénateur de l’opposition a révélé que des membres de cette haute chambre du Parlement étudient la possibilité de traduire le président Mohamed Ould Abdelaziz devant la Haute Cour de Justice pour «haute trahison», a-t-il soutenu jeudi lors d’un débat sur les amendements constitutionnels.

Le Sénateur Ould Ghadda qui s’exprimait au cours du débat sur les amendements constitutionnels envisagés par le président Mohamed Ould Abdelaziz lors d’un futur référendum a souligné que l’introduction de cette mesure est une sérieuse éventualité envisagée par un quorum de sénateurs membres de cette Haute Cour de Justice lors de la prochaine session du Parlement.

Néanmoins, le sénateur a indiqué qu’il tenait à consulter les constitutionnalistes présents sur l’opportunité légale d’action de la haute cour de justice étant entendu que d’autres membres de cette instance chargée de juger le président était composée par d’autres membres représentants l’Assemblée nationale.

S’agissant de la justification légale, le sénateur a indiqué que le président Mohamed Ould Abdelaziz se rend coupable de haute trahison en tentant de violer la Constitution par le référendum envisageant de dissoudre illégalement une chambre du Parlement usant d’un référendum manifestement irrégulier.

Rétorquant au sujet de cette dissolution programmée de la haute chambre du Parlement, le sénateur a en outre expliqué que les sénateurs frondeurs ont agi par souci « de respect des institutions constitutionnelles, par patriotisme et pour préserver leur dignité » bafouée par le chef de l’Etat.

Notons que ces propos ont été tenus par le sénateur Ould Ghadda dans le cadre d’une intervention dans le débat organisé par le forum national pour la démocratie et l’unité (Fndu, opposition).

Mauriweb

Marche Pacifique de la Jeunesse Mauritanienne (MPJM) : Déclaration

Nous jeunes de Mauritanie, issus d’horizons divers, et nourris d’une ferme volonté d’unité avons décidé de prendre notre responsabilité devant l’Histoire pour réaffirmer notre citoyenneté pleine et entière.

Car ce qui se joue aujourd’hui dans ce pays engage notre avenir. Nous ne pouvons donc rester sourds aux enjeux politiques qui se jouent en ce moment. Notre responsabilité, si nous ne voulons pas la trahir, c’est d’être dans l’alerte, voire dans la révolte, face à la déliquescence programmée de notre bien commun : la Mauritanie.

La marche pacifique que nous avons décidé d’organiser ce Dimanche 16 avril à 15H au carrefour BMD s’inscrit dans une logique de protestation citoyenne. Les conditions d’existence des jeunes mauritaniens sont aujourd’hui si étriquée, que nul épanouissement ne semble envisageable pour eux.

Une telle situation ne peut plus durer, car elle porte les germes d’une véritable explosion sociale. La jeunesse de notre pays ne peut continuer plus longtemps à faire l’objet d’un tel mépris de la part de la classe dirigeante. Classe qui se refuse à lui concéder la place qui lui revient dans la société.

Face à cette situation inacceptable, et pour améliorer sensiblement les conditions d’existence des jeunes, nous exigeons des mesures fortes et immédiates dans les domaines suivants :

• simplification des conditions d’enrôlement et d’obtention de documents d’état-civil

• formation des jeunes et leur implication dans les secteurs de décision

• création d’espaces de socialisation et d’épanouissement culturel et artistique

• Réforme en profondeur du système éducatif et revalorisation de l’école publique

• Réforme de notre système de santé avec une place plus importante accordée à la prévention

• La prise en compte des diplômes acquis à l’étranger dans les concours nationaux

L’ensemble de ces points est décliné en propositions plus détaillées dans un document qui sera adressé au président de la République.

SIGNATAIRES :

Oumou Kane – Présidente ong AMAM

Khally Diallo -journaliste

Abdel Nasser Beibe – journaliste, ambassadeur de la commission internationale des droits de l’homme IHRC et ambassadeur de la fondation de la pensée arabe en Mauritanie

Mamadou Aly Diallo, Chargé de communication activiste

Amadou Aly Ba, Ingénieur Informatique

Youssouf Diarra : Coordinateur/Superviseur Education-Développement et activiste

Hawa Ba, chargée de marketing et communication

Alassane Ba, Activiste

El hadj Malick Diop, Manager de projets

Amadou Diallo Président du groupe facerim

Tidjani Hamet Mangassouba, activiste

Yacoub Ahmed Lemrabet Activiste

Tidjani Hamet Mangassouba, activiste

Yacoub Ahmed Lemrabet Activiste

Tidjani Hamet Mangassouba, activiste

Yacoub Ahmed Lemrabet Activiste

Tidjani Hamet Mangassouba, activiste

Yacoub Ahmed Lemrabet Activiste

Tidjani Hamet Mangassouba, activiste

Yacoub Ahmed Lemrabet – Activiste

 

Source : MPJM

Retour de Paris du Président de la République

Son Excellence Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, Président de la République a regagné Nouakchott vendredi en provenance de Paris (France) où il a assisté à l’inauguration de l’Exposition Trésors de l’Islam en Afrique, de Tombouctou à Zanzibar, organisée par l’Institut du monde arabe.

Son Excellence a eu également un entretien de travail avec le Président de la République Française.

Le Président de la République a été accueilli à son arrivée à l’aéroport international de Nouakchott Oum Tounsi par le Premier ministre, M. Yahya Ould Hademine, des membres du gouvernement, le chef d’Etat major particulier du Président de la République, le directeur adjoint de cabinet du Chef de l’Etat, le wali de Nouakchott Ouest et la présidente de la communauté urbaine de Nouakchott.

Au cours de ce voyage, le Président de la République est accompagné d’une importante délégation comprenant notamment MM.:

– Isselkou Ould Ahmed Izid Bih, ministre des affaires étrangères et de la coopération

– Pr. Kane Boubacar, ministre de la Santé

– Ahmed Ould Bahiya, directeur de cabinet du Président de la République

– Mme Aichetou Mint M’Haiham, ambassadeur de la République Islamique de Mauritanie à Paris

– Abdallahi Ould Ahmed Damou, chargé de mission à la Présidence de la République

– Ahmed Ould Bah dit H’Meyda, conseiller à la Présidence de la République

– Mohamed Salem Ould Merzoug, conseiller à la Présidence de la République

– Thiam Diombar, conseiller à la Présidence de la République

– El Hacen Ould Ahmed, directeur général du protocole d’Etat.

 

Source: AMI

Afghanistan: la bombe américaine fait des dizaines de morts chez les jihadistes

Une bombe américaine de destruction massive par souffle non-nucléaire a été larguée jeudi soir dans l’est de l’Afghanistan par les Etats-Unis. Elle visait les sites occupés par le groupe Etat islamique dans la région. Cette opération a été un succès, selon Donald Trump. Le président américain qui s’est dit « très fier ». Les autorités afghanes assurent que tout a été fait pour éviter les victimes civiles et qu’au moins 36 jihadistes seraient décédés lors de cette opération.

Certains habitants de la province du Nangarhar, vivant à plusieurs kilomètres de la zone d’impact, racontent que la puissance de la bombe GBU-43 a été telle que leurs vitres ont été brisées et que la terre a été secouée comme lors « d’un puissant tremblement de terre » pour reprendre l’expression de l’un d’eux cité par les médias locaux.

On ignore le nombre éventuel de victimes civiles, bien que le général John Nicholson, qui commande les forces américaines en Afghanistan, a assuré que toutes les précautions avaient été prises pour éviter des dommages collatéraux, rapporte notre correspondante à Kaboul, Sonia Ghezali.

Le porte-parole du gouvernement afghan a même assuré que les villages situés dans la zone avaient été évacués, indiquant que le groupe Etat islamique avait subi de lourdes pertes dans ses rangs. Au moins 36 combattants sont morts, selon le ministère de la Défense, qui précise dans un communiqué que « des repaires stratégiques de Daech et un complexe profond de tunnels ont été détruits ».

Cette opération était préparée de longue date par les Américains, qui avaient intensifié les bombardements dans ce secteur. Un appui aérien aux forces américaines et afghanes qui combattent plusieurs groupes armés dans cette province frontalière du Pakistan.

Le gouvernement assure avoir été tenu au courant de cette opération d’envergure qui est dénoncée par certains opposants, tel l’ancien président afghan Hamid Karzai dont le leitmotiv, depuis qu’il n’est plus au pouvoir, est de critiquer les interventions militaires des Etats-Unis en Afghanistan.

« Un monstre qui détruit tout autour de l’impact »

La Maison Blanche et le Pentagone ont donné ensuite quelques détails sur le bombardement. Celle qui est surnommée « la mère de toutes les bombes » a été choisie car, disent-ils, il n’y avait aucun risque d’atteindre des civils dans la zone.

Et cet énorme engin était le meilleur moyen d’anéantir une position terroriste, sans mettre en danger l’armée afghane ou les conseillers venus des Etats-Unis, ajoute le communiqué du ministère de la Défense. « Cette bombe est un monstre qui détruit tout autour de l’impact » expliquent les spécialistes militaires.

C’est dans cette zone, dans l’est de l’Afghanistan, qu’un soldat américain a été tué la semaine dernière, rappelle notre correspondante à Washington, Anne-Marie Capomaccio. La nouvelle de ce bombardement intervient alors que doit avoir lieu ce vendredi à Moscou une conférence sur l’Afghanistan, en présence des délégations afghanes, indiennes et pakistanaises mais en l’absence des Etats-Unis.

Un message pour la Corée du Nord ?

Au lendemain de l’opération, la question de savoir si ce bombardement vaut avertissement pour la Corée du Nord est dans tous les esprits. « Je ne sais pas si cela envoie un message – ça ne fait aucune différence si c’est le cas ou pas, a répondu le président des Etats-Unis, interrogé sur ce point. La Corée du Nord est un problème et ce problème sera réglé. » Et si ce bombardement n’était pas un avertissement, cette réponse est clairement en revanche une mise en garde à Kim Jong-un.

Dans un entretien au Wall Street Journal, le président Trump dit toutefois avoir compris, en discutant avec son homologue chinois Xi Jinping, que le dossier nord-coréen est plus complexe qu’il n’y parait. Pour l’instant, un navire américain croise au large de la péninsule coréenne, alors que Pyongyang menace, et pourrait préparer un 6e essai nucléaire.

Mais « le problème nord-coréen sera réglé » affirme donc Donald Trump, qui tire une grande satisfaction des dernières opérations militaires, en Syrie et en Afghanistan. Certains parlementaires américains demandent à présent au président de venir expliquer sa stratégie au Congrès.

 

Source: RFI

Paris veut que l’UE accroisse son appui au G5 Sahel et à l’Afrique de l’Ouest

Le président français François Hollande a indiqué son souhait que l’Union européenne « confirme et accroisse son appui au G5 Sahel et à l’Afrique de l’Ouest ».  Il recevait mercredi son homologue mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz dont le pays est l’initiateur du G5.

dans un communiqué recçu à Alakhbar, François Hollande a confirmé la « volonté » de sont pays « de soutenir les projets régionaux portés par les pays du G5 Sahel, en matière de développement comme de sécurité. Il a rappelé la disponibilité de la France à apporter à la force du G5 Sahel en préparation un appui opérationnel à travers l’opération Barkhane, mais aussi de répondre aux demandes qui lui seraient formulées en matière de formation et d’équipement ».

Le chef de l’Etat français a également « félicité la Mauritanie pour les résultats obtenus en matière de lutte contre le terrorisme et les efforts entrepris en matière de prévention de la radicalisation. Il a également salué l’implication décisive du Président mauritanien dans la résolution politique de la récente crise en Gambie ».

François Hollande s’est par ailleurs « réjoui que le soutien bilatéral de la France en Mauritanie et l’engagement européen dans ce pays permettent d’envisager une augmentation substantielle des projets en faveur de la formation et de l’emploi des Mauritaniens. Il a également salué l’achèvement dès 2017 de la centrale hybride solaire/thermique de Kiffa, avec un appui financier de la France, qui constituera un exemple concret de mise en œuvre de l’accord de Paris sur le climat et de développement des énergies renouvelables sur le continent africain ».

 

Alakhbar

Scandale au projet eau de la SNDE

Le projet de distribution eau de la ville de Nouakchott constitue l’un des projets phares du programme du Président de la République. Son exécution a été confiée à la SNDE.

En plus des dépassements des délais d’exécution des 9 lots de ce projet, celui-ci continu à connaitre sans cesse des insuffisances de gestion et un tâtonnement dans la méthodologie de travail.

Ce fait s’est concrétisé davantage lorsque les populations d’EL MINA et de SEBKHA se sont réveillées, la journée du 10/04/02017, sans aucune goutte d’eau au robinet.

Cette situation grave qui a, d’emblée, conduit à la soif d’une grande partie des abonnés a été provoquée par des pratiques inappropriées opérées, à la fois par les responsables du projet et par la Direction de la Distribution de la SNDE.

Il s’agit d’une action de déclassement ou de déconnexion qui permet d’isoler l’ancien réseau eau par rapport au nouveau réseau, posé sans tenir compte au préalable du basculement de l’ensemble des abonnés sur le nouveau réseau.

Malgré la réticence de l’Ingénieur-conseil qui a recommandé une autre démarche, ce déclassement a été exécuté sans la coordination avec la Direction Commerciale qui est le seul interlocuteur avec les abonnés.

Compte tenu de l’ampleur des réclamations et après avoir constaté l’incident sur le terrain, la SNDE a été contrainte de remettre en service l’ancien réseau de distribution eau.

Aussi, le Ministère de l’Hydraulique et la SNDE ont chacun, en ce qui le concerne, déployé une mission d’inspection pour éclaircir le mobile de ces faiblesses.

atlasinfo.info

Libye : 97 migrants disparus dans un naufrage

Au moins 97 migrants sont portés disparus après le naufrage de leur embarcation jeudi au large de Tripoli, a indiqué le porte-parole de la marine libyenne.

Parmi eux, Il y a quinze femmes et cinq enfants. La coque de l’embarcation était complètement détruite. Le général Ayoub Kacem a indiqué que ce chiffre avait été donné par 23 rescapés de différentes nationalités africaines, secourus par les garde-côtes à un peu moins de 10 km au large de la capitale libyenne.

Les 23 migrants, tous des hommes, ont survécu en s’agrippant à un « ballon » qui était à bord de l’embarcation.
Les migrants disparus sont « probablement morts » même si aucun corps n’a pu être repêché dans l’immédiat en raison des mauvaises conditions climatiques, a ajouté M. Kacem.

Au moins 590 migrants sont morts ou portés disparus au large de la Libye depuis le début de l’année, selon un bilan provisoire de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) en fin mars.

 

Source: BBC-Afrique

Maroc : le roi Mohammed VI attendu par Donald Trump ce week-end

En vacances en Floride, le souverain marocain sera l’hôte d’un déjeuner offert par le président américain, dimanche 16 avril.

Après une semaine de vacances à Cuba, le roi du Maroc est arrivé, jeudi 13 avril, à Miami, en Floride. Selon des sources proches du Palais, il doit rencontrer le président américain, Donald Trump, ce week-end.

Mohammed VI sera l’hôte d’un déjeuner offert par le président américain, dimanche 16 avril.

Le roi du Maroc sera ainsi le deuxième chef d’État africain à rencontrer Donald Trump, après le président égyptien Abdefettah Al-Sissi. Lundi 27 mars, ce dernier a été reçu à la Maison Blanche et félicité par Trump pour « son travail fantastique » à la tête de son pays.

Sahara occidental

Mohammed VI est parti de Cuba, jeudi 13 avril, à bord d’un avion du roi Salman d’Arabie Saoudite. Il a profité de son séjour à La Havane pour rencontrer des responsables cubains. Des contacts qui pourraient présager de la normalisation des relations entre les deux pays, après 37 ans de gel à cause du soutien apporté par Cuba au Polisario.

Ce mois d’avril, comme chaque année, le dossier du Sahara est de retour à l’agenda du Conseil de sécurité. Les intentions de la nouvelle administration américaine à ce sujet ne sont pas encore connues.

 

jeuneafrique.com

Hollande célèbre les «Trésors de l’islam» avec ses homologues ouest-africains

François Hollande a visité jeudi 13 avril l’exposition «Trésors de l’islam en Afrique» à l’Institut du monde arabe à Paris en compagnie de trois chefs d’Etat ouest-africains : le Mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz, le Malien Ibrahim Boubacar Keïta et le Burkinabè Roch Marc Christian Kaboré. L’exposition retrace treize siècles de diffusion de l’islam en Afrique de Tombouctou à Zanzibar, du Maroc au Kenya. L’occasion pour le président Hollande de saluer une dernière fois ceux qu’il nomme ses «amis».

Tapis rouge devant l’Institut du monde arabe. François Hollande a réuni trois homologues d’Afrique de l’Ouest pour une visite de l’exposition consacrée à l’islam sur le continent. « Très belle exposition, réagit Roch Marc Christian Kaboré. L’islam est une religion de tolérance, les déviations que nous constatons aujourd’hui ne doivent pas remettre en cause l’essentiel. Cette façon de magnifier cette culture est une très bonne chose qu’il faut que nous nous évertuions à faire aussi en Afrique pour permettre d’exorciser les mauvais esprits qui planent avec l’extrémisme et le terrorisme. Qui ne sont ni l’islam, ni la vision du monde arabe. »

Parmi les œuvres, ils avancent à pas feutrés. Jusqu’au joyau de la collection : une dizaine de manuscrits de Tombouctou jamais encore dévoilés au public. « Il était majeur que nous puissions protéger ces biens. Les premiers qui l’ont fait, ce sont les Maliens de Tombouctou eux-mêmes qui, au risque de leurs vies, ont caché les manuscrits », a souligné le chef de l’Etat français.

Un hommage apprécié par le chef de l’Etat malien. « Bien sûr Tombouctou, en raison du rôle que cette ville a joué au plan culturel, au plan universitaire, au plan cultuel, tient la vedette », se réjouit Ibrahim Boubacar Keïta.

Voir l'image sur TwitterVoir l'image sur TwitterVoir l'image sur TwitterVoir l'image sur Twitter

Hommage à François Hollande

Tous ont un mot pour saluer l’engagement du président Hollande en Afrique. « Il est un homme au service de la France et de l’humanité, commente le président malien. C’est ce qu’il a amené au chevet du Mali ce 11 janvier 2013 quand l’essentiel était en cause. N’eût été cette décision, dont le courage m’étonne encore aujourd’hui, parce qu’il fallait la prendre cette décision… ! Elle a été prise et elle a stoppé net ce qui aurait pu être fatal à mon pays. »

Roch Marc Christian Kabore lui s’interroge sur son successeur. « Si c’est la même politique tant mieux, mais sait-on jamais ! » Plaisante-t-il.

Au neuvième étage, Paris s’étend derrière les quatre présidents réunis pour une dernière photo de famille.

 

RFI