Aziz à Kiffa : le geste qui en dit long sur son royal mépris…

lionA quoi se dope Aziz pour ne jamais être fatigué machallah ? Qu’est-ce que cela lui rapporte de sillonner le pays à saluer les foules la main sur le cœur alors qu’autour de lui on entend « Aziz zéro ! Aziz zéro ! ». La vidéo est très forte, malheureusement on ne peut pas la télécharger mais voici le lien. On y voit un groupe qui attend Aziz aux cris de « Aziz zéro ! » au milieu des applaudissements. Aziz arrive tranquille et passe à zéro à l’heure au milieu de ces cris avec toujours sa fameuse chorégraphie pour saluer : une main à gauche, une à droite, les deux jointes comme on salue de loin un être cher puis enfin la main sur le cœur.

Le ridicule de la scène est qu’il fait cela au milieu des « Aziz zéro » qu’il ne peut pas ne pas avoir entendus. D’ailleurs il passe à si faible vitesse que n’importe qui aurait pu lui envoyer une chaussure ou un caillou et l’atteindre à la tête. C’est incroyable.

Voir la vidéo
https://www.facebook.com/saidou.i.sall/videos/vb.100002100028168/811162482297078/?type=2&theater

Jusque-là on pouvait croire Aziz sincère dans cette chorégraphie des salutations sauf qu’à Kiffa ce qu’on a vu prouve qu’il n’a franchement rien à cirer de cette populace payée pour l’applaudir ou le maudire. On a vu à Kiffa une clique de mercenaires venus chacun embrasser sa main avec sur le visage la plus basse expression que peut prendre un visage sans foi ni loi. 

Le geste qui en dit en long sur le mépris d’Aziz pour tous ces gens, c’est cette façon de refuser toutes les lettres qu’on lui tendait. Normalement un président si proche du peuple devrait sinon les mettre dans sa poche du moins les faire passer à quelqu’un derrière lui chargé de les collecter comme on fait quand on reçoit un cadeau. Là, Aziz les évitait et quand on lui en mettait une de force dans la main, il la passait au garde du corps à sa gauche qui la laissait tomber ou la jetait de l’autre côté des comédiens et autres mendiants. On a vu ainsi un long moment le solide garde du corps noir éloigner d’Aziz non seulement cette gluante nuée de mouches mais aussi envoyer au diable leurs lettres.

Comment peut-on se dire si proche du peuple venu en adorateur et envoyer au diable ce qu’ils ont à dire ? C’est là où le bât blesse. Aziz sait très bien que tout ce cinéma est préparé et n’a rien de spontané. Quel plaisir trouve-t-il à se montrer adulé par tant de vauriens qui viendraient applaudir n’importe qui ? Est-ce juste pour les caméras pour montrer au petit peuple qu’il est adoré ? C’est bien mal connaître la Mauritanie d’aujourd’hui avec la liberté d’expression où tout se dit et se sait. 

Si Aziz entendait les commentaires lors de ses visites organisées de façon grotesque par quelques zélés et incompétents protégés alors il ne sortirait plus du palais.

Une autre image terriblement éloquente mais celle-là n’a rien à voir avec les saffagues ou la populace payée pour applaudir ou venue en badauds voir passer le président quel qu’il soit, cette image on l’a vue à la télé avec autour d’Aziz les têtes de la présidence, la fameuse dream team qui ne le quitte jamais et qu’on a même vue à ses côtés pendant sa dernière conférence de presse où il était un peu agité : fallait voir leur regard à tous, essayant chacun de croiser le regard du maître, chacun planqué derrière son masque, histoire d’avoir une miette d’attention. Quelle misère humaine et quel vulgaire spectacle !

Aziz a-t-il besoin de tout ce cirque ? Qu’espère-t-il ? À force d’engraisser des bras cassés, le voilà servi par des manchots…
Ndeyssane.

Il ferait mieux d’aller voir le général Sissi pour comprendre comment gouverne un militaire qui prend au sérieux le commandement et avance en tranchant sans faire de quartiers au lieu de louvoyer comme un marabout désarmé obligé de plaire à un danger imprévisible de tous côtés. On peut penser ce qu’on veut du Sissi, et pour ma part je ne cautionne en rien sa politique, mais on peut au moins lui reconnaître qu’il prend ses responsabilités face à ce qu’il estime être un danger pour son pays à savoir le fanatisme et l’accaparement de la religion par certains de sorte à donner de l’islam et des musulmans une image de sanguinaires fanatiques.

Nous avons besoin en Mauritanie d’un groupe de militaires qui prennent leurs responsabilités mais en 2005 l’occasion a été ratée. On nous a volé la révolution. Maintenant c’est trop tard. 
Hélas.

Source : Vlane

 

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge