Aziz passe, les problèmes demeurent…

AZZ_en_visite_r_004Partout où il a été, que ce soit dans les Hodhs, au Tiris, en Assaba comme au Gorgol, le président Ould Abdel Aziz a été accueilli en héros. Partout, les hôtes ont chanté le Prince dont l’action aurait évité à la Mauritanie de sombrer.
Mais, à y voir de plus près, la Mauritanie pouvait mieux se sentir, si le locataire actuel de la Maison ocre n’y était pas ! Car par rapport à l’époque de Ould Taya et même au regard de la situation du pays au temps de Ely et de Sidioca, le citoyen lambda a vu son statu dégringoler, sa situation avec… Aujourd’hui, on semble ne pas avoir progressé d’un iota.
Les difficultés quotidiennes sont toujours les mêmes sinon pire que celles que traversaient les familles il y a dix ans ; les pauvres sont toujours pauvres et les riches encore plus riches. Regardez autour de vous et vous verrez que ce sont toujours les mêmes d’il y a dix, vingt trente ans qui sont là si ce ne sont leurs rejetons de fils.
Le cas contraire, ce sont les proches du Prince qui sont au devant. En face, le peuple souffre et vit de promesses et d » inaugurations. Partout, les plaintes sont les mêmes : on évoque pèle mêle, des cas vécus au quotidien. Des candidats au recrutement dans les corps de la sécurité poussés par des « mains invisibles » là où leur citrouille ne les aurait jamais permis d’accéder.
Comme par le passé, ils sont nombreux les candidats méritants, qui ont subi la gifle de l’injustice tribalo-régionaliste et celle des mafias affairistes. En termes d’injustice, des cas ont été relevés par-ci et par-là. La grogne est venue de partout, de certaines communautés comme de régions qui se sentent oubliées.
L’un de nos confrères a publié il y a quelque temps le cas d’un homme licencié pour avoir augmenté trois jours à ses jours de congé. Comme, il n’était pas en place, Hop, l’employeur le fit débarquer pour recruter un jeune formé à la tâche et qui était en stage, qui n’est autre que son propre neveu.
On dirait que la justice et l’équité dérangent, déstabilisent, nuisent à l’image et pervertissent la mission de l’administration. Parmi les abus que les Mauritaniens décrient, l’on note les détournements à ciel ouvert qui touche tous les secteurs de la vie, le clientélisme érigé en mode de gestion, les marchés publics accordés de gré à gré, la stigmatisation de jeunes, le partage inéquitable des ressources du pays détenues par une portion de riches et hommes d’affaires appartenant au cercle réduit des proches du président de la République.
Tout cela parce que le Système le veut. C’est ce système qui en fait, dirige l’Etat. Lequel, « vache à lait » intarissable, restera pour toujours à la portée de ce système ou plutôt, de ces hommes, sinon des clans qui se succèdent et s’accrochent dans l’antichambre du pouvoir.

JOB

Source : L’Authentique (Mauritanie)

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge