Aziz prend à contrepied un média qui n’est pas à son coup d’essai

«Le président Mohamed Ould Abdel Aziz a promis une vengeance à la hauteur de la bavure commise par l’armée malienne qui a massacré des prédicateurs mauritaniens». «L’information» publiée par un site électronique, relayée par d’autres  sites de la place et qui n’a pas laissé les lecteurs, aura été prise à contre-pied  par le président de la République.

Venu accueillir à l’aéroport internationale de Nouakchott, ce mercredi 12 septembre, les corps de prêcheurs tués par des éléments de l’armée malienne, Ould Abdel Aziz a dénoncé un crime odieux mais a pris le soin de  ne ménager le Mali qui traverse ne situation sécuritaire fragile. «Ce crime odieux, qui a causé la mort de 16 personnes paisibles, qui ne sont pas terroristes, et qui sont porteuses d’un message de fraternité, de paix et de modération et qui ont été traitées d’une manière inappropriée, ne peut être imaginé. Mais étant donné les conditions dans ce pays et la fragilité de sa sécurité, de telles actes ne sont pas étonnants dans de telles circonstances », a déclaré le président sans laisser transparaitre un seul instant une idée de vengeance.

Le média qui aura affirmé que le président a promis de venger la mort de prêcheurs et qui a été finalement pris à contre-pied, n’est pas à son coup d’essai. On s’en souvient dans les semaines qui suivirent l’éclatement  du conflit au nord du Mali, le même média n’avait pas hésité une seule seconde à affirmer que des manifestations ayant eu lieu à Bamako ont débouché sur la mort de sept (7) Mauritaniens. L’intox avait provoqué un véritable émoi obligeant l’ambassade de Mauritanie à Bamako de se fendre d’un communiqué pour dire qu’aucun citoyen mauritanien n’a été tué.

 

Source : Taqadoumy

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind